Ariana Grande n’a pas causé la mort de Mac Miller, et l’insinuer est honteux

Par  |  | 21 Commentaires

Mac Miller, talentueux rappeur, est décédé à 26 ans d'une overdose. Certains et certaines n'ont pas hésité à blâmer Ariana Grande, son ex-compagne...

Ariana Grande n’a pas causé la mort de Mac Miller, et l’insinuer est honteuxAriana Grande feat. Mac Miller — The way

Ce vendredi 7 septembre, j’étais tranquillement au bar de la Grosse Teuf quand mon téléphone a vibré.

Une notification Messenger d’une copine avec laquelle on s’écrit plutôt rarement.

— Mymy, Mac Miller est mort je suis trop triste…

Hein ? Quoi ? Attends. Je pose mon verre, j’ouvre Google.

Le rappeur Mac Miller est mort

Je tape « Mac Miller », je n’ai même pas besoin de faire défiler. C’est vrai.

Mac Miller est mort. À 26 ans — mon âge. D’une overdose.

Mac Miller que j’aime tant, Mac Miller dont je suis un peu amoureuse, Mac Miller qui m’ambiance depuis des années, depuis que ma petite sœur me l’a fait découvrir, Mac Miller qui est si jeune, Mac Miller et son sourire lumineux.

Mac Miller est mort, ouais.

C’est tellement triste, putain.

Ariana Grande blâmée pour la mort de Mac Miller

Ariana Grande a été la petite amie de Mac Miller pendant deux ans, de 2016 au printemps 2018.

Ils formaient un adorable couple qui réchauffait mon petit cœur.

Les voir se séparer m’a donc un peu attristée, mais pas plus que ça, car ce ne sont pas mes affaires.

Sauf qu’il y a toujours des gens pour se mêler de ce qui ne les regarde pas.

Quand Ariana Grande est accusée d’avoir causé la mort de Mac Miller

Des fans de Mac Miller se sont précipités sur Internet pour accuser Ariana Grande d’être au moins en partie responsable de ce tragique décès.

Très vite, la jeune femme a dû désactiver les commentaires sur son profil Instagram, par exemple.

L’« argument » de ces malotrus ? Ariana Grande, en quittant Mac Miller, l’aurait plongé dans une spirale de dépression et d’abus de substances, avec comme point final sa mort.

Ce n’est que plusieurs jours plus tard qu’elle a partagé cet hommage silencieux — parfois, il n’y a pas assez de mots pour dire ce qu’on ressent.

Ariana Grande n’a pas tué Mac Miller, mais l’addiction, si

Mac Miller n’a jamais caché ses problèmes d’addiction. Son premier contact avec la drogue, c’était quand il avait 15 ans.

Décédé très jeune, il l’était encore plus quand il a connu la célébrité, et les risques qui vont avec. Il s’est notamment exprimé sur le sujet dans Stopped Making Excuses, un documentaire sorti en 2016.

« Avoir plein d’argent, c’est dangereux parce que si on essaie une drogue et qu’elle nous plaît, alors on peut en acheter beaucoup. […]

Je préfèrerais être un rappeur blanc bien sage qu’une épave droguée jusqu’aux sourcils qui ne peut même pas sortir dehors.

Ce n’est pas en faisant une overdose qu’on entre dans l’Histoire. »

À la lumière des récents évènements, cette déclaration fait l’effet d’une douche froide, triste et inéluctable.

Le rôle d’Ariana Grande n’a jamais été de guérir Mac Miller

Quiconque a côtoyé des proches en proie à l’addiction le sait : ce n’est pas seulement à grands coups d’amour qu’on guérit les gens.

L’affection, le soutien et la tendresse ne suffisent pas si la personne n’est pas en état de se sortir du cercle vicieux. C’est pourquoi l’aide professionnelle est nécessaire.

Insinuer qu’Ariana Grande a causé la mort de Mac Miller, c’est non seulement insultant et terriblement cruel, c’est aussi la preuve d’une méconnaissance profonde des mécanismes de l’addiction.

Cette jeune femme n’était pas son infirmière, sa psychiatre ou son médecin référent. C’était sa compagne, et c’est un rôle totalement différent.

Pour comprendre le syndrome de l’infirmière

Ce n’est pas aux femmes de réparer les hommes

En filigrane, dans ces horribles accusations, je lis d’abjectes injonctions.

« Tu aurais dû rester avec lui, même si tu ne le pouvais plus, même si tu ne le voulais plus ; tu aurais dû être sa béquille, son infirmière, au point de t’oublier toi-même.

Tu ne l’as pas fait, maintenant il est mort, et c’est comme si tu l’avais tué. »

Ce n’est pas le rôle des femmes de guérir les hommes. Nous ne sommes pas des soignantes. Nous sommes des personnes, avec nos capacités, nos envies, nos besoins.

Tout mettre de côté pour se dédier corps et âme à un mec, ça marche dans les films cucul-la-praline, pas dans la vie. Si l’homme en question ne peut guérir seul, ce n’est pas son couple qui le sauvera.

Déjà, il y a quelques mois, Ariana Grande avait magistralement répondu à un type l’accusant d’être responsable du fait que Mac Miller venait d’avoir un accident alors qu’il conduisait en état d’ébriété.

« Je me suis occupée de lui, j’ai essayé de le soutenir dans sa sobriété et de prier pour son équilibre pendant des années (et je le ferai toujours) mais blâmer les femmes pour l’incapacité d’un homme à prendre soin de lui-même, c’est un gros souci. »

La santé mentale, l’addiction et les hommes

Il n’est pas rare que des célébrités succombent à une overdose de produits stupéfiants, malheureusement. Mac Miller n’est que le dernier en date sur une longue liste noire.

Il n’est pas rare non plus que des hommes succombent à des soucis physiques ou mentaux.

Aux États-Unis, le suicide est la 10ème cause de mort la plus répandue. Et elle est prévalente chez les hommes, qui sont 3 fois plus nombreux que les femmes à mettre fin à leurs jours.

Parmi la population masculine américaine, le suicide monte à la 7ème cause de mort la plus répandue. En 2015, 70% des suicides ont été commis par des hommes blancs.

Rien n’indique que le décès de Mac Miller soit un suicide, mais l’abus de drogues, comme d’autres comportements à risque, est inclus dans les possibles symptômes de comportement suicidaire.

Les hommes ont moins tendance que les femmes à rechercher de l’aide quand il s’agit de leur santé mentale. Mental Health America suggère quelques pistes d’explications pour cette disparité :

  • Les normes sociales (« un homme, un vrai », c’est fort, ça n’a pas de problèmes)
  • Des difficultés à s’exprimer, à dire « à l’aide »
  • Une minimisation de leurs symptômes.

Si vous voulez mon avis, c’est tout ça qui a tué Mac Miller. C’est l’addiction, c’est la drogue, c’est peut-être aussi le fait qu’il allait mal, et qu’en tant que mec, il n’a pas su, pas pu demander de l’aide.

En tout cas, ce n’est pas Ariana Grande.

Repose en paix, Mac Miller. Je suis sûre que jamais tu n’aurais approuvé le comportement de ces fans qui osent insulter ton ex-compagne.

Et j’espère qu’ils y réfléchiront à deux fois avant de blâmer une innocente, la prochaine fois.

À lire aussi : Ariana Grande, pelotée sur scène lors d’un enterrement, dans le plus grand des calmes

Mymy

Mymy, entre deux bouquins qu'elle chronique parfois en vidéos, est la rédac-chef adjointe/correctrice/community manager de madmoiZelle. Elle aime rester chez elle, les chatons mignons, la raclette du dimanche et les séries télé avec des retournements de situation dedans.

Tous ses articles

Commentaires
  • Missqr
    Missqr, Le 12 septembre 2018 à 6h30

    C'est triste, mais quand j'ai vu que Mac Miller est mort ma première pensée a été pour Ariana Grande "Elle va encore s'en prendre plein la gueule put*in....."

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!