Live now
Live now
Masquer
ariana-grande-agression-sexuelle
Féminisme

Ariana Grande, pelotée sur scène lors d’un enterrement, dans le plus grand des calmes

Lors des funérailles d’Aretha Franklin, Ariana Grande a été touchée de façon fort peu innocente par… un évêque rendant hommage à la disparue. L’absence de respect n’a aucune limite.

Aretha Franklin est décédée ce 16 août 2018.

L’enterrement d’Aretha Franklin, Ariana Grande présente

C’était une immense dame, une figure incontournable de l’Histoire musicale comme politique, et une femme forte chantant l’importance du R.E.S.P.E.C.T.

Ses funérailles étaient un évènement, un moment marquant pour toute une partie du peuple américain qui disait « au revoir » à une réelle idole.

Plusieurs personnalités ont été invitées à cette grande cérémonie, dont Ariana Grande qui a repris Natural Woman d’Aretha Franklin.

Avant de se mettre à chanter, elle était sur le podium avec l’évêque Charles H. Ellis III qui s’adonnait à un petit discours.

Et là, le respect a quitté la pièce.

Ariana Grande pelotée aux funérailles d’Aretha Franklin

L’évêque commence par une « blague » sur le nom d’Ariana Grande et ses supposées racines latino-américaines (alors qu’elle est plutôt d’origine italienne, mais bon, ça aurait été gênant dans tous les cas).

Et pendant son discours, il passe son bras autour de la « taille » de la jeune femme… lui enfonçant très clairement ses doigts dans le sein.

Impossible de croire à un geste innocent, maladroit, ou que Charles H. Ellis III ne se rend pas compte de ce qu’il fait. Le moment en vidéo, ci-dessous :

Ariana Grande, pelotée devant les États-Unis tout entiers

Mon cœur se serre quand je vois Ariana Grande dans cette vidéo, parce que comme énormément de femmes, je comprends ce qui doit lui passer par la tête

.

« Est-ce qu’il… Sérieux ? Il touche mon sein ? Je suis folle ? Attends je regarde… Non il touche mon sein. Putain. Il touche mon sein en pleines funérailles d’Aretha Franklin.

Je fais quoi ? Je peux pas faire un scandale. C’est pas ma cérémonie. Ça va détourner l’attention. Sourire, essayer de me dégager, attendre que ça passe. »

La jeune femme lâche un rire nerveux, se tortille pour échapper à la poigne qui la compresse — honnêtement ça doit faire MAL — sans réussir à se sortir de la situation.

Comme moi, comme toi probablement, comme tellement de femmes qui, confrontées à un toucher inapproprié, analysent en un éclair la situation pour savoir si protester risque de se retourner contre elles…

Les « excuses » de l’évêque ayant peloté Ariana Grande

Charles H. Ellis III s’est « excusé », mais on n’est pas sur la plus intense des contritionsVanity Fair relaie ses propos :

« Mon intention n’était pas de toucher des seins. J’ai juste mis mon bras autour d’elle… Peut-être que j’ai franchi une frontière, que j’ai été trop amical, trop familier.

En tout cas je suis désolé. […] Je ne veux pas détourner l’attention du sujet important. L’essentiel dans tout ça, c’est Aretha Franklin. »

J’ai du mal à voir comment il est possible de confondre, au contact, une cage thoracique solide avec le moelleux d’un sein. Toucher la poitrine par mégarde et retirer sa main, ça arrive, mais là ça DURE, ce pelotage.

Surtout qu’il est possible de prendre ses précautions lorsqu’on enlace une femme. Démonstration (regardez bien le pouce) :

https://twitter.com/m_isschief/status/1035964618852560896

Ariana Grande, pelotée en plein jour et en direct

Je pense à tous ces gens qui disent que « #MeToo va ruiner les rapports humains », qu’« on ne peut plus regarder une femme dans les yeux sans craindre qu’elle nous accuse de quelque chose »…

De toute évidence, Charles H. Ellis III ne craignait pas grand-chose puisqu’il a labouré le sein d’Ariana Grande, superstar internationale, lors d’un évènement hyper-médiatisé, et face aux caméras.

Détente, quoi.

Si ça peut arriver à une femme dans une telle situation de puissance médiatique, imaginez donc la vie des femmes anonymes, derrière des portes closes ou au milieu d’un bus bondé…

Oui, le monde a toujours besoin du féminisme. Pour qu’un jour, aucun homme de pouvoir ne se sente libre d’exploiter ainsi le corps d’une femme.

Et peut-être qu’avant ça, quand une femme est pelotée en public, elle osera élever la voix, confiante dans le fait que le monde sera de son côté. Ça serait bien, non ?

À lire aussi : J’ai été violée en plein jour et en public ; 10 ans après, j’en souffre toujours


Écoutez l’Apéro des Daronnes, l’émission de Madmoizelle qui veut faire tomber les tabous autour de la parentalité.

Les Commentaires

30
Avatar de Slippin
5 septembre 2018 à 01h09
Slippin
Par contre sur les photos on a l'impression qu'elle le regarde outrée avant de regarder sa main baladeuse, mais sur la vidéo j'ai même pas l'impression qu'elle s'en rende compte. Je sais pas si c'était voulu d'utiliser les photos de cette manière...
0
Voir les 30 commentaires

Plus de contenus Féminisme

Salon du livre féministe
Culture

Le Salon du livre féministe fait résonner la sororité ce samedi

culture-du-viol-explications
Féminisme

Je veux comprendre… la culture du viol

52
Source : Canva / Midjourney
Déclic

Ed, 38 ans : « Je vois le couple classique plutôt comme une TPE que comme une relation »

5
Manifestation contre les violences faites aux femmes  // Source : Jeanne Menjoulet
Société

Féminicide à Montpellier : « Notre vision de la vieillesse empêche de politiser les violences sur les séniores »

2
Laurène Daycard
Féminisme

Laurène Daycard : « Notre société est malade de sa fascination pour les bourreaux »

3
Source : Getty Image / MARIA DUBOVA
Féminisme

Ève, 42 ans : « Quand il m’a demandé où était le nettoyant après six mois de vie commune, j’ai pleuré »

5
Source : Capture écran YouTube
Société

Attaque du Hamas : des assos féministes bientôt privées de subventions pour des propos « ambigus » ?

3
Euphémie
Déclic

Euphémie, 28 ans : « Pour moi, on ne peut pas être féministe et de droite » 

Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-01-22T105711.943
Société

Selon le HCE, les hommes se sentiraient menacés par le féminisme (rien que ça)

3
Source : Kristina Paukshtite / Pexels
Daronne

Réarmement démographique : « Ce discours nataliste fait écho à un imaginaire très ancré à l’extrême droite »

La société s'écrit au féminin