La Marinière

Comme chacune le sait, les soldes sont une période propice au futur fashion faux-pas ou à la remise en fond de placard car qui dit soldes dit « j’achète des trucs que j’aurais jamais acheté en temps normal mais que là j’achète parce que c’est pas cher ». Par là les talons trop hauts, par […]

La Marinière

Comme chacune le sait, les soldes sont une période propice au futur fashion faux-pas ou à la remise en fond de placard car qui dit soldes dit « j’achète des trucs que j’aurais jamais acheté en temps normal mais que là j’achète parce que c’est pas cher ». Par là les talons trop hauts, par ici la combi moulante non respirante, re-par là le jean improbable (jean bi-matière, c’est de toi que je parle). Pour ma part, le craquage de slip est dû à un vêtement que je ne pensais jamais acquérir pour cause de « trop vu, j’en peux plus, chuis pas un mouton mouah », à savoir, la marinière.

Vous voyez tout de suite de quoi que je cause, normal, elle est actuellement présente dans 90% des magasins de prêt à porter, et sur le dos d’au moins 4 filles que vous croiserez demain.

Damn it. Je me suis faite avoir. Enfin… Faut avouer qu’une marinière c’est stylé. On ne saurait trop dire pourquoi d’ailleurs. Et puis, je devrais trouver de quoi l’assortir dans mes frusques… La preuve.

Historique et déclinaisons

« L’acte de naissance de la marinière se trouve dans le décret du 27 mars 1858 qui introduit dans la liste officielle des tenues de matelot de la marine le tricot rayé bleu et blanc. Les marins avaient coutume de dire que la rayure permettait de mieux repérer l’homme tombé à la mer. »

Ce tricot rayé est à la base un sous-vêtement, et une marinière en réalité une vareuse. Apanage du moussaillon et du pêcheur breton, la marinière a été détournée de son usage premier dès 1930 par d’illustres inconnus tels que Coco Chanel, Picasso, Jean Seberg ou Andy Warhol avant de devenir un symbole à part entière dans les années 80 grâce à un Jean-Paul Gaultier inspiré et son fameux « Mâle », entre autres. On a vu pire comme CV modeux.

Jamais vraiment sortie de nos dressings, la marinière ne fonctionne pas dans la tendance cyclique de la mode (ça s’en va et ça revient…), au vu de son statut d’icône basique. Impossible cependant de ne pas avoir remarqué son omniprésence depuis quelques saisons.

Ce qui fait sa force ? Sa modularité et son aisance à s’adapter. Petite typologie.

– La vraie de vraie : en coton, les rayures, de même largeur, sont bleues sur fond blanc, sur toute la longueur du corps. Les manches sont longues, le col rond ou bateau. La coupe est droite et assez ample.

Variantes : la rayée mais pas partout, celle qui prend des libertés au niveau du colorcode : blanc sur bleu, gris et noir, rouge et blanc…

1 : School Rag 35€ /2 : Maison du pêcheur 9€ / 3 : Etam 19,95€ /4 : Petit Bateau 45€ / 5 : Et Vous 75€ / 6 : American Apparel Printed 29€

– La sequinisée : c’est elle qui a consacrée la marinière « tendance ». Broderies, perles, rocailles et chainettes viennent se greffer sur les épaules de la marinière, le but étant de la féminiser. Les coupes se font plus ajustées, les matières plus douces, le corps prend un peu de longueur pour un côté loose.

Variantes : toutes celles accessoirisées de motifs / boutons reprenant l’univers de la marine comme les ancres, les nœuds… Souvent dorés. Faut que ça brille.

1 : I love my T’s 45€ / 2 : New Look 22£ / 3 : New Look 20£ / 4 : Dorothy Perkins 25£ / 5 : Maje 95€

– L’inspirée de : robe, gilet, pull, les rayures sont partout, en gardant donc cet esprit « nautique » via les couleurs et l’imagerie.

Variantes : les bijoux, les dessous, pas difficile de se faire un total look marinière !

1 : Miss Selfridge 38£ / 2 : Miss Selfridge 18£ / 3 : Miss Selfridge 38£ / 4 : Miss Selfridge 12£ / 5 : Miss Selfridge 12£6 : Dorothy Perkins 14£ / 7 : Dorothy Perkins 2£ / 8 : Dorothy Perkins 25£ / 9 : Little Marcel culotte 25€ / 10 : Little Marcel serviette 20€

How to wear la marinière

Esprit « Ohé du bateau ! »

Ici on est au 1er degré, on veut sentir le varech, et les embruns sur nos visages, on s’imagine sur le pont du bateau, mais plutôt…

– En mode moussaillon ?

On doit avoir à l’esprit le côté pratique et fonctionnel, c’est simple et joli. On peut très bien féminiser la silhouette en faisant un nœud sur les hanches, en retroussant les manches, un joli bijou, des ballerines et le tour est joué.

Là c’est trop : une corde en guise de ceinture, un bandeau sur l’œil, un perroquet sur l’épaule, voilà un bien joli déguisement pour votre prochaine surboum costumée.

– En mode croisière ?

Beaucoup de marques de haute couture ont une ligne « croisière », comme quoi le yachting est un vrai art de vivre ! Ici, on insiste sur le côté visuel, avec des couleurs qui vont bien, du bleu, du blanc, du « à pont », on fait la belle sur la croisette.

Là c’est trop : marinière brodée nœud + sautoir ancre + short à pont + compensées bleu-blanc-rouge avec semelle en corde (je vous aie vues chez NewLook) + moue + petite coiffe… On évite le total look. Trop de symboles rendent ridicule. A moins qu’on ne sente vraiment pin-up dans l’âme, et dans ce cas là on n’oublie pas le rouge à lèvres bien rouge.

1 : robe Boohoo 15£ / 2 : ensemble Etam 43€ / 3 : marinière I love my T’s 45€ / 4 : New Look 18£ / 5 : 3 Suisses 15,92€

Esprit graphique

C’est la rayure qui compte, elle structure la silhouette, apporte de la personnalité à la tenue, habille à elle toute seule.

– En mode pièce forte

La marinière se suffit bien à elle-même, pas besoin d’en rajouter. Un jean, une petite paire de talons, éventuellement un foulard ou un sautoir, c’est parfait.

Là c’est trop : le but est de mettre en avant la marinière, gare à ne pas la noyer sous les accessoires, on doit avoir l’impression qu’on a enfilé les 3 trucs qu’on avait sous la main.

– En mode basique

La marinière se fait plus sobre, elle est là pour dynamiser sans prendre le dessus. Elle n’est pas difficile et s’accorde avec tout ou presque, pantalons, jupes, robes, gilets et blazers, boyfriend outfit ou vestiaire ultra féminin, la marinière se fait passe partout.

Là c’est trop : les mélanges d’imprimés, trop de couleurs, mélanges de formes fortes (sarouel x manches ballons), oui, trop c’est trop (mais même sans la marinière y’a pas moyen).

1 : Vero Moda 25€ / 2 : VILA 49€ / 3 : Gérard Darel 70€ / 4 : Urban Outfitters 46€ / 5 : Urban Outfitters 43€ / 6 : Urban Outfitters 40€ / 7 : Urban Outfitters 37€

Vous pourrez trouver des marinières pratiquement partout, avec des prix commençants à 10-15€. A vous de voir selon vos desiderata pour la coupe, la matière, la sequinade ou pas…

La marinière est également une pièce qui se prête fort bien au jeu de la customisation, à coup d’inscriptions, de colorisation, d’ajout de boutons, bref, en fait faut vraiment avoir peu d’imagination pour la porter de la même façon que sa voisine !

Et toi, how do you wear la marinière ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 58 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Pildream
    Pildream, Le 11 avril 2010 à 14h47

    J'aime beaucoup les marinières, mais en ce moment c'est vraiment l'overdose, comme beaucoup l'ont remarqué. J'ai tout de même un tee shirt loose façon marinière avec rayures noires, c'est bien sympa avec un jean. De toute façon, je pense également que cette mode ne va pas durer éternellement. :)

Lire l'intégralité des 58 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)