Jardiland le dimanche après-midi

Tout d’abord, faut te mettre le jingle dans la tête, sinon c’est pas drôle. Le week end dernier, mon grand chantier c’était de planter de la ciboulette chez moi. Je sais pas si c’était pour faire la nique à Ducros ou me la péter devant ma grand-mère à Pâques, toujours est-il que j’ai pas arrêté […]

Jardiland le dimanche après-midi

Tout d’abord, faut te mettre le jingle dans la tête, sinon c’est pas drôle.

Le week end dernier, mon grand chantier c’était de planter de la ciboulette chez moi. Je sais pas si c’était pour faire la nique à Ducros ou me la péter devant ma grand-mère à Pâques, toujours est-il que j’ai pas arrêté de trépigner avant de me trouver dans les rayons de Jardiland – où ça sent toujours la botte et les granules – afin de concrétiser mon projet.

Dimanche après-midi, 15h.

Au vu du nombre de familles aux ventres rebondis par un récent rôti, le lieu a l’air d’être un bon programme pour un créneau dominical libre. Les enfants sont circonspects : pour qu’ils se taisent, on leur a dit qu’il y aurait des lapins alors ils cherchent, ils cherchent, mais quand la mère dit « touche à rien », ils sentent l’arnaque. J’ai envie de me pencher vers eux et de leur dire : « Ne t’en fais pas tête blonde, au vu de l’odeur, y’en a bien quelque part, des pinpins ». 

J’ai pas pris de chariot, faut pas déconner non plus je voudrais pas que les gens pensent que je suis une habituée, contrairement à ce couple qui a carrément une pièce de caddy siglée Jardiland, au secours, et une liste. UNE LISTE !

J’ai essayé de me coller au rein de madame pour lire ce qui y était écrit par-dessus son épaule, afin de comprendre ce qu’avaient dans la tête les gens qui dressaient une liste avec marqué JARDILAND souligné en tête, mais elle a viré à gauche vers les pots d’extérieur, je n’ai donc pu qu’imaginer son contenu :

JARDILAND :
– Bégonias
– mini-bine et mini-rateau
– pots d’extérieur pour rempoter le Yuca (ouais d’où le virage à gauche ndlr).

Comme j’y connais rien en agencement de magasins dédiés aux loisirs du jardin, j’ai commencé à errer au hasard des rayons. J’ai ainsi pu découvrir des publicités vidéos pour les fertilisants Fertiligène, commentées par le même monsieur qui dit « Félicitations ! » quand une pub s’ouvre en popup sur PC (bah ouais faut bien gagner sa croûte). Plus loin, j’apprenais qu’une bine et une bêche avaient en commun un col plat, mais qu’une avait des griffes et l’autre une pellette (une petite pelle).

Ok super, mais faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages, je refuse de croire que Jardiland est aussi un lieu de perverse consommation : C’EST Où LA CIBOULETTE ?… Allez clique sur la suite, j’t’y emmène !

Je finis par trouver un mur entier de semis, eh oui parce qu’entre temps moi j’ai appris ce que c’était des semis. Je voyais bien en gros, mais disons j’aurais pas pu en dessiner un. Eh ben depuis dimanche dernier, et parce que j’ai passé 25 minutes devant ce mur où étaient rangés des semis d’à peu près tout les trucs qui peuvent sortir de la terre (je me demande même si j’ai pas aperçu du manioc, à un moment donné) je sais.

Entourée de geeks du jardinage qui se demandaient si c’était « pas déjà trop tard pour les topinambours » en fronçant du sourcil, je me suis ressaisie.

« Ok, super, sur le paquet c’est dessiné un beau brin de ciboulette comme je les connais. Mais en attendant, dans le paquet c’est que des petites graines. Or, je me demande si j’ai les pré-requis nécessaires pour porter de la ciboulette dans mon ventre pendant 2 mois » (ndlr : 2 mois étant ici le temps de gestation de la ciboulette).

– « Y’a pas de la toute faite ? ai-je donc demandé à un fan des Gun’s & Roses la nuit, vendeur à Jardiland le jour.
– Vous dépassez la serre des Géraniums…
– Oui…
  Vous tournez à gauche au terreau pour gazon…
– Ouais je vois ouais
– Et vous arriverez aux aromates demi-saison en pots »

Et là, après les géraniums, le terreau et à gauche, je l’ai vue. C’était elle, je l’ai su tout de suite. Elle m’a regardé avec ses petits brins, je l’ai prise dans mes bras et j’ai fermé les yeux. Pendant ce court instant, tout ce qu’on allait pouvoir faire ensemble m’a traversé l’esprit. Omelettes, salades de tomates, terrines, un vrai supplément cuisine Femme actuelle…

J’ai fait le tour des aromates, « juste pour voir », exactement comme chez Zara, et puis je suis tombée sur du thym, du persil plat et de la menthe. Bon au niveau couleurs ils sont très axés Vert cette saison, mais sinon y’a vraiment des trucs sympas.

Moi je me prenais pour Jean-Pierre Coffe, je me penchais, frottais entre le pouce et l’index, je sentais, j’auscultais, je disais à demi-voix, « Oooh, c’est quand même pu’ c’que c’était, les goûts » (genre l’ancienne, quoi).

Eh ben vous savez quoi ? Faut pas se fier. On croit qu’il n’y a rien à acheter a priori chez Jardiland, c’est faux. In fine, j’ai pris un chariot. En grommelant.

J’ai pris ciboulette, persil, romarin, veaux-vaches-cochons, tout le bordel.
+ 25 litres de terreau horticole, qui, comme me l’a indiqué la version française d’Axel Rose, c’est « le meilleur pour ce genre d’aromates »
+ un petit arrosoir vert trop mignon
+ une mini bine, que je ne sais absolument pas utiliser, mais je demanderai à ma grand-mère à Pâques, je suis sûre qu’elle me filera un bifton tellement elle sera fière de ma question aux accents de retour aux sources.

Et je suis repartie, après avoir causé le brin de violette avec une senior qui achetait une grosse machine qui avait l’air chère. Et aussi en me demandant si la caissière qui s’appelait Zohra disait aux garçons qu’elle rencontrait « Je peux pas venir dimanche, je fais la ferm’ à Jardiland ».

Pour finir, j’aurais bien aimé te proposer d’écouter le slogan Fertiligène, que j’ai dans la tête depuis une semaine à cause de la pub dans le magasin. Mais je l’ai pas trouvé. Si tu l’as, fais-moi signe, je suis preneuse.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 17 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Une Bretonne A Paris
    Une Bretonne A Paris, Le 4 octobre 2009 à 13h49

    J'adorais aller voir les animaux la bas ! Les poissons, les rongeurs,... Mais mes parents m'en ont jamais acheté, je suis traumatisée depuis ! lol

Lire l'intégralité des 17 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)