«Si je m’arrête, je tombe», ou l’illusion de l’équilibre #62jours

Par  |  | 177 Commentaires

« Si je m’arrête, je tombe », c’est ce que Clémence se répétait pour se motiver, quitte à finir sur les rotules tous les 3 mois. Mais que se passe-t-il vraiment, quand on décide de lever le pied ?

«Si je m’arrête, je tombe», ou l’illusion de l’équilibre #62jours
Clémence veut mettre à profit cet été pour développer 62 réflexions introspectives, dans le but de devenir sa meilleure alliée… et donc une meilleure version d’elle-même. Rendez-vous tous les jours sur #62jours pour devenir meilleure : un exercice de développement personnel en pratique.

Précédemment dans #62jours : C’est quoi la différence entre une décision et un choix ?

1…2…3… Soleil ! J’adorais ce jeu. J’adorais être attentive aux intonations de la voix du maître du jeu. Il fallait bouger vite dans son dos et se figer à « soleil ! », aussi longtemps qu’il resterait retourné face aux joueurs statufiés, traquant le moindre battement de cil.

J’adorais devoir garder l’équilibre de toutes mes forces, et l’instant d’après, lâcher tous les chevaux pour avancer le plus possible vers l’arrivée.

C’était un jeu. Et je crois que j’ai pris beaucoup trop au sérieux l’idée qu’il fallait se dépêcher d’avancer, dans la vie.

« Si je m’arrête je tombe », le mensonge qui m’a épuisée

J’ai gardé ce rythme dans la vie. De l’école au travail, j’ai toujours surchargé mes emplois du temps. Une option, deux options, un sport, un instrument de musique, une asso, un projet, je signe.

Plus je suis occupée, plus le temps passe vite, et plus c’est facile de vivre, je trouve. S’il y a toujours des trucs à faire, c’est donc que je n’ai pas le temps de m’ennuyer. Et l’ennui me tue.

Et surtout, si je suis occupée toute la journée, je n’ai pas le temps de penser, de réfléchir à moi, mes envies, mes choix, ma vie. Des trucs qui vont me faire stresser, angoisser, bader.

« Si je m’arrête, je tombe », c’est quelque chose que j’ai eu tendance à me répéter trop souvent, pour me convaincre que cette hyper activité était la solution. L’idée, c’est de rester active pour trouver l’équilibre.

À la recherche de l’équilibre

C’est difficile de rester en équilibre à l’immobile. Pas les deux pieds sur terre j’entends, mais dès qu’on lève un pied, un bras, que le sol bouge un peu… C’est très vite un challenge.

Alors que lorsqu’on est en mouvement, la question ne se pose même pas. On est en équilibre lorsqu’on bouge.

Prends un vélo, par exemple. Ça ne tient pas debout à l’arrêt, mais depuis qu’on m’a enlevé les petites roues, j’ai jamais perdu l’équilibre en roulant.

Je faisais pareil dans la vie : faire toujours plus de trucs, dans tous les sens, pour rester en mouvement coûte que coûte. Comme un vélo : « si je m’arrête, je tombe ».

Sauf que je ne suis pas un deux-roues, je suis un être humain. Donc forcément, au bout d’un moment, j’ai besoin de m’arrêter. Effectivement, après m’être poussée à bout toute seule, oui, je tombe. Dans mon esprit borné, ça prouvait ma théorie.

Sauf que j’avais tort, bien sûr.

Et si je ralentissais ?

J’ai compris, en écrivant une lettre de rupture à ma dépression, que c’était à cause d’elle, de notre relation, que je me surmenais comme ça. C’était la peur de tomber dans le gouffre qu’elle déploie devant mes pieds qui me pousse sans arrêt.

Parce qu’avec elle, quand je tombe, je tombe de haut.

C’était ça, le piège : croire qu’avancer toujours plus, toujours plus vite, allait me protéger du risque de chute. Que j’avais trouvé mon équilibre, tant que j’étais dans ce mouvement effréné.

Mais j’avais tort. Aujourd’hui, j’essaie une autre méthode, exactement le contraire de ce que j’ai toujours fait : j’apprends à ralentir.

J’apprends à observer un instant de pause avant de répondre à une question. J’apprends à écouter ma pensée jusqu’au bout, au lieu de commencer à parler sans savoir où ma phrase veut m’emmener (ça fait des merveilles contre les tics de langage, étonnant…)

J’apprends à prendre le temps, au lieu de lui courir après. Et c’est fou, la différence que tout ça produit dans ma vie.

Quand je m’arrête, je respire

Déjà, incroyable : quand je ralentis, je ne tombe pas. J’ai même tout de suite beaucoup plus de stabilité, d’équilibre. Je prends le temps de voir, d’apprécier tout le travail que je réalise, dans tous les domaines auxquels je touche.

Je prends le temps d’analyser mes problèmes, et de trouver plus efficacement les solutions. J’apprécie davantage mes réussites.

À lire aussi : Chéris tes premières fois, ces chutes libres au seuil de l’inconnu #62jours

Je gagne en sérénité, parce que je ne suis plus dans le stress d’avancer toujours plus vite. Je gagne en efficacité aussi, alors que je vais moins vite : c’est normal, j’arrête de me faire violence… J’accomplis tout en investissant moins d’efforts, en gaspillant moins d’énergie.

Pour prendre une image, c’est comme si j’étais sur un tapis de course, et que je courrais au bon rythme.

Quand je regarde en arrière, celle que j’étais il y a encore quelques semaines, c’est comme si j’essayais de courir plus vite que le tapis, en appuyant mes pas pour le faire tourner plus vite aussi.

Sauf que je ne peux pas mettre le monde à mon rythme — surtout que ce rythme m’épuise…

C’est pas si facile de ralentir, quand on a passé autant de temps à courir. Mais ça fait un bien fou.

Valeur : + de 40€
18.90€ + 4€ de livraison

Clemence Bodoc

Clémence Bodoc a été jeune cadre dynamique dans une autre vie, avant de rejoindre la Team madmoiZelle. Elle s’intéresse à l’actualité et à l’écologie, aime la politique et les débats de société. Grande fan de sport (mais surtout à la télévision), et de cinéma (mais seulement en VO), son nom de scout est dinde gloussante azurée. Elle ne mord pas mais elle rit très fort.

Tous ses articles

Commentaires
  • Kanaée
    Kanaée, Le 21 juin 2018 à 16h41

    Hey @Clemence Bodoc , un projet trop cool de type #62jours pour cet été ? ;D

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!

Gestion des cookies

Partages sur les réseaux sociaux

Grâce à ces cookies, nos articles peuvent être directement partagé sur les réseaux sociaux via des boutons de partages. Ces cookies sont gérés par l'éditeur de chaque réseau social.

Facebook, Twitter, Pinterest, Whatsapp
facebook
twitter
pinterest
whatsapp

Mesures d'audience

Nous mesurons les visites de manière anonyme sur les différents articles pour comprendre les intérêts de nos lectrices.

_ga, _gaq, _gid,
_ga, _gaq, _gid
cb

Stream

Nous faisons parfois des lives sur Youtube ou Facebook. On utilise ce cookie pour ne pas afficher les streams si tu ne souhaites pas les voir sur le site.

hideStream

Publicitaires

Ces cookies sont déposés par Smart AdServer et DFP, les outils que nous utilisons pour afficher des publicités sur le site. Ces publicités servent au financement de madmoiZelle et sa rédaction.

smartadserver, doubleclick
smartadserver
doubleclick

Close your account?

Your account will be closed and all data will be permanently deleted and cannot be recovered. Are you sure?