J’ai testé pour vous… faire partie de la #FitFamily

Healthy.josie a découvert la #FitFamily par hasard... avant d'en faire partie. Elle vous raconte comment cela l'aide à se réconcilier avec son corps.

J’ai testé pour vous… faire partie de la #FitFamily

— Publié le 22 juin 2016

Un beau jour (oui, il y avait sûrement du soleil ce jour-là), j’ai découvert qu’Instagram ne servait pas qu’à suivre des tatoueur•se•s et à liker les photos de tes potes qui ont décidé d’abandonner Facebook – certainement parce qu’ils aiment mettre des filtres sur leurs selfies.

Pour ceux qui ne connaissent pas vraiment le principe d’Insta, il faut savoir que c’est un réseau social où cohabitent des communautés que l’on suit grâce à des hashtags (#OkayTuLeSavais #DésoléeMaisToutLeMondeNestPasAussiCoolQueToi). Rien n’est fermé, donc rien qu’en suivant ces hashtags (on appelle ça « follower ») et en interagissant sur les différents comptes, tu intègres la ou les communautés qui t’intéressent.

big-comptes-instagram-voyage

La #FitFamily, qu’est-ce que c’est ?

Et ce beau jour (où le soleil brillait donc…), ma vie a changé (rien que ça ?) au moment où je suis tombée sur la #FitFamily.

Cette communauté est constituée de gens qui font du fitness, mangent « healthy » et ont envie de partager ce mode de vie afin de motiver un maximum de personnes et surtout de garder leur propre motivation.

fit-family-gif
« Ce n’est pas un régime, c’est un changement d’habitudes de vie »

Pourquoi je me suis intéressée à la #FitFamily

Depuis toujours, je suis grosse (ouhlala le vilain mot) et depuis toujours, je suis (« subis » serait sans doute plus juste) régime sur régime sur régime sur… RÉGIME. 

Mon nutritionniste devait être absent au cours de tact

Après un énième rendez-vous avec un nutritionniste qui a tenté de me faire comprendre que je ne maigrirais jamais sans opération mais que j’avais de la chance car je ne faisais pas mon poids (il devait être absent lors du cours sur le tact), j’ai décidé que j’allais mincir seule, en changeant mon rapport à la nourriture mais surtout, la relation conflictuelle que j’ai avec moi-même.

À lire aussi : Selon Jennifer Lawrence, « traiter les gens de « gros » à la télé, ça devrait être illégal »

À ce moment précis, j’ai décidé de commencer un rééquilibrage alimentaire seule, d’apprendre à mieux connaître mes besoins et surtout à m’accepter.

Devenir « la meilleure version de soi-même »

C’est exactement cet aspect de la #FitFam (oui, oui, on aime bien les petits surnoms sur Insta) qui m’a attiré : la plupart des personnes faisant partie de cette communauté ne prône pas la minceur, les muscles, « le corps parfait », mais « la meilleure version de soi-même » qui peut se traduire par « le moment où tu te sens à l’aise dans tes baskets sans être obsédé•e par ce que le mec assis à côté de toi dans le bus est en train de penser de toi ».

awkward

Une intégration progressive

Au début je m’intéressais à cette communauté de loin, en continuant à utiliser mon compte « normal » (celui que mes amis connaissent et qui est lié à mon profil Facebook) car elle m’impressionnait : tout semblait si parfait, un peu faux, voire oppressant.

Certains jours, je me sentais exactement comme Sarah.

Mais plus je m’intéressais à cette communauté, plus je comprenais que ces filles (oui, je suis majoritairement des filles, je ne sais même pas pourquoi) prennent énormément de plaisir (et de temps) à partager ce qu’elles mangent, leurs trainings, leurs progrès… car c’est une manière de motiver les personnes qui les suivent, mais aussi d’avoir une trace, comme un journal intime, de leur parcours.

En m’intéressant à cette communauté, j’ai rencontré énormément de « profils » différents, car elle n’est pas exclusivement peuplée de personnes musclées, mangeant végane et allant à la salle cinq fois par semaine. Non, pas du tout.

À lire aussi : J’ai testé pour vous… l’addiction au sport

big-essena-oneill-ado-star-instagram-envers-decor

Cette famille m’a permis de trouver des personnes ayant des complexes proches des miens, essayant d’avoir une alimentation plus saine ou se mettant plus ou moins péniblement au sport. En gros, j’ai trouvé des gens qui comme moi cherchaient à améliorer la relation qu’ils entretiennent avec leur corps.

C’est à ce moment-là que je me suis rendu compte que je ne voulais plus être seule, que j’avais besoin d’être entourée de personnes qui savent ce que j’ai vécu en tant que gosse grosse, qui se créent aussi des limites à cause de l’image qu’ils ont d’eux-mêmes mais aussi qui comprennent pourquoi ça peut me paraître insurmontable de « changer de vie ».

J’ai donc décidé de me créer un profil qui serait mon identité dans la #FitFamily afin de pouvoir partager tout ce que j’avais (j’ai…) honte de partager sur un compte que mes amis ou ma famille peut voir : mes repas, mes trainings, mes coups de mou…

À lire aussi : Comment je me suis réconciliée avec le sport

simpsons-homer-sport

D’une certaine manière, je cache le changement que j’apporte à ma vie. Un regard connu sur ce changement pourrait me bloquer comme j’ai une légère tendance à me sentir jugée (une habitude de #FatGirl certainement).

La #FitFamily et les préjugés

Et puis un jour, je suis tombée sur cet article de Rue 89, « Les instagrameuses fitness vont l’esprit tranquille », qui a fait d’énormes vagues dans la communauté instagrameuse.

Cet article parle de la #FitFamily en prenant en exemple plusieurs instagrameuses ayant de nombreux followers qui ont été contactées par courriel. Il critique surtout le fait d’afficher sa transformation corporelle en publiant des photos en brassière ou en maillot (surtout si elles correspondent à la femme idéale prônée par notre société) dans des mises en scène qui les mettent en valeur.

À lire aussi : « Je me mets nue sur le web », Delilah témoigne sur son rapport à la nudité

J’ai rencontré énormément de personnes sur Instagram, très peu prônaient la minceur à tout prix

C’est cet article qui m’a donné envie de témoigner sur comment je me sens au sein de cette #FitFam. Moi, une anonyme qui n’a pas 500 followers mais qui, bien qu’elle soit grosse (et féministe), suit la plus part des comptes épinglés par Rue 89. Si l’on se base uniquement sur ce qu’il est écrit, cette grande famille semble être constituée uniquement de filles, minces, musclées, bronzées, passant une bonne partie de leur journée en brassière à faire la pose du flamand rose. Mais est-ce réellement ça ? Je ne pense pas.

Sur Instagram, j’ai rencontré énormément de personnes, et très peu prônaient la minceur à tout prix ou le physique « parfait », et encore moins l’idée de « bikini body » car la plupart des membres de la #FitFam cherchent à être bien dans leur corps toute l’année et pas seulement l’été. Elles désirent s’accepter durablement.

Ces instagrameuses qui ne cherchent pas un « bikini body » de magazine

Parmi tou•tes celles et ceux que j’adore suivre quotidiennement, trois comptes se dégagent particulièrement : ils prouvent déjà une certaine diversité dans les membres de la communauté.

L’un des comptes que je suis le plus est celui de @mincir_avec_folie car elle est drôle, ne se prend pas au sérieux et assume autant ses fautes d’orthographe que ses marques de perte de poids.

Elle a perdu 50 kg, bosse dur pour obtenir un corps plus ferme et plus musclé mais ne désire pas recourir à la chirurgie pour s’assurer un corps dans les normes. Elle a même participé au livre Strong Is The New Sexy écrit par un coach fitness.

J’aime aussi énormément celui de @lesgrossessaventcourir qui cherche à équilibrer sa vie tout en continuant à boire des bières et à avoir un humour graveleux.

Je devais faire 6,4km mais j'ai compris dès le premier km que ça allait etre tendu. Rien dans les canes, mal de bide menstruel, mais surtout une douleur lanscinante de batard dans le mollet gauche ( comme dab) qui croît tout au long des kilomètres. Donc, ou je continue et je me fais vraiment mal et je ne peux pas courir le 5juin, ou je calme le jeux et je suis opé pour les 10kmpourelles. Nikeplus ne prends pas en compte que je fais 100,1 kg je vais essayer de faire quand meme leur seance de fractionné sur 11km, ca a l air cool mais là demain non. Je vais glacer et chauffer et decontractiler!! #instarun #instarunner #instarunfrance #instarunning #courir #toofattorun #run #running #runner #courseapied #jogging #footing #nikeplus #runningfrance #nikeplusrunning #runningmum #instarunfrancevenus #runwomen #runaddict

A photo posted by Les grosses savent courir (@lesgrossessaventcourir) on

Bien qu’étant en surpoids, elle a participé à plusieurs courses et partage ses hauts et ses bas avec nous.

Puis il y a @lepantalonacraque qui rappelle tous les jours à ses #SpartiateTurtles que perdre du poids, changer ses habitudes, apprendre à aimer le sport et surtout à s’aimer soi-même… cela ne se fait pas en deux semaines.

[…] Je l'ai pourtant dit et redit que ce que jfais en ce moment jl'aurai pas fait ya 2ans. Entre temps j'ai fait ma petite vie à contre sens de tous et ça m'a pris MALHEUREUSEMENT pour toutes celles qui voudraient bien avoir le même résultat 2 ANS mais HEUREUSEMENT pour moi aujourd'hui puisque je n'ai rien repris et que vous allez jusqu'à me féliciter. Cette fois les filles le boule de la crémière sera pas facile à avoir sans avoir ACCEPTER DE PRENDRE VOTRE TEMPS! Chercher des solutions rapides c'est surtout perdre encore du temps à le prendre (ce temps) et du coup à perdre du temps à atteindre votre objectif avec (re)prise de poids avec bonus. Si 2 ans c'est trop long… Que dire de nos 10 ans… 20 ans de régime passé? Était ce réellement long finalement? Arrêtez de me dire que c'est long 2 ans, jle sais, jl'ai fait et même si aujourd'hui pour beaucoup je suis à la fin de mon parcours c'est faux! Le plus dur est encore à venir. De toute manière c'est un changement pour la vie donc je crois que la réponse c'est pas que 2 ans c'est long mais plutôt que ça fait 2 ans que j'ai commencé ma nouvelle vie… Ça fait déjà 2 ans de changement. Voilà comment il faut voir les choses mes tortues… Pas le temps que vous allez devoir prendre pour y arriver mais le point de départ et vous félicitez dans 2 ans d'avoir avancé même si ça a pris du temps. Kiss and 2 ans mes tortues (comme l'aurait certainement approuvé ma KilleuZz @ely_killeuse) 😙 (Oui ceux sont des photos déjà postée sur mon IG 😑 mais à 5h du mat' pas le temps et fraîche! 😴)

A photo posted by Sousou a craqué le 12.12.13 (@lepantalonacraque) on

J’adore son profil car elle écrit des pavés, toujours tellement cash : elle ne va jamais dire quelque chose simplement pour te faire plaisir !

Une idéalisation de la femme ?

L’article de Rue 89 parle de « quasi-nudité » au sujet des photos prises par les instagrameusess afin de montrer leur évolution. Elles sont généralement « mises en scène » afin de mettre en valeur la personne qui se prend en photo. Elle peut être en maillot, en short et brassière ou en sous-vêtements afin de montrer une plus grande partie du corps.

Partout, tout le temps, nous sommes entourés d’images de « la femme idéale », cette représentation déformée et aseptisée de ce que devrait être une femme pour être considérée dans la norme.

Cette idéalisation de la femme peut avoir des répercutions négatives sur les personnes qui y sont confrontées. D’un autre côté, chaque personne a le droit de faire ce qu’elle veut de son corps quel que soit son « type de physique ». Chaque femme a le droit d’être fière de son corps, de le montrer si elle le désire.

À lire aussi : Alicia Keys pose sans maquillage pour dénoncer les diktats de beauté

Peut-on réellement critiquer le fait que des filles bien dans leur corps décident de l’afficher ?

Alors, je me demande si on peut réellement critiquer le fait que des filles qui se sentent bien dans leur corps décident de s’afficher de la manière dont elles le désirent — sachant que la #FitFamily n’a pas que des membres correspondant aux critères de cette fâmme idéale. De plus, ce que l’article oublie de dire est que la #FitFamily est aussi constituée d’hommes, qui postent également ces « avant-après » en quasi-nudité.

Alors, peut-on réellement remettre en cause le choix de certaines femmes d’afficher publiquement leur corps si on ne le fait pas pour les hommes ? N’est-ce pas encore une manière, détournée, de régir le comportement et la vie des femmes ?

Ces changements dans ma vie depuis que je fais partie de la #FitFamily

Je voulais perdre du poids et me muscler, des objectifs de long terme

J’avais des objectifs : je voulais perdre du poids et me muscler pour être moins flasque. Des objectifs sur le long terme et pas simples à atteindre. De plus, je ne mettais aucun objectif afin d’améliorer ma relation avec moi-même comme si en perdant tous les kilos qui me séparent d’un IMC dans la norme, j’allais d’un coup nous réconcilier mon corps et moi.

À lire aussi : Le culte de la minceur VS mes complexes, une histoire de paradoxes

J’ai perdu du poids, oui. Je me suis raffermie, oui. Mais pas tellement, pas autant que je l’aurais voulu et surtout, pas seulement… Je vois que le conflit que j’ai avec mon corps commence à s’apaiser. J’ai exposé des autoportraits où je mettais en avant mes bourrelets. Je cours après le bus et en plus, je l’attrape. Je suis allée à un concert et j’ai participé au pogo sans me dire que les gens me jugeraient.

J’ose faire du sport, seule, en public, à la salle ou à la piscine. J’ai participé à un Street Tattoo où je devais montrer mes tatouages sur la Grand Place de Bruxelles.

Et, de plus en plus régulièrement, je suis fière de moi.

620-nique-les-complexes-temoignages

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 34 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Shumylee
    Shumylee, Le 27 août 2016 à 10h10

    Je fais partie de la communauté depuis 3 ans maintenant.
    J'ai créé mon compte car j'avais besoin de motivation, du coup poster tous les soirs mes repas et mes séances d'entrainement m'a permis de tenir et d'atteindre mon objectif de poids (72kg pour 1m74, j'ai débuté à 92kg).
    Puis j'ai commencé à me laisser influencer par les comptes de fitnanas qui allaient à la salle tous les jours, prenaient leurs shake de truc entre deux repas, buvaient du thé de bidule 3 fois par jour, se lançaient dans des challenges alimentaires "extrêmes" pendant 5, 14 ou 28 jours... Et je me suis mise à les imiter parce que putain, elles avaient un corps de ouf, quoi! Ça a juste réussi à accentuer mes crises d'hyperphagie et à perdre des sous.
    Tout ça pour dire que IG, c'est un formidable outil de motivation, mais il faut se fixer son objectif perso, ne pas dévier et garder en tête que tout n'est pas vrai dans ce qu'on voit. Il y a beaucoup de mise en scène, et il y a de fortes chances que la nana qui vous présente le dernier produit à la mode soit payé pour le faire.
    Choisissez bien les comptes que vous suivez, perso je suis des petits comptes (moins de risques de pubs) de fitmum, des nanas cools et sans prétentions. Et surtout, VOUS N'AVEZ PAS BESOIN D'ACHETER DES PRODUITS OU DES PROGRAMMES SPORTIFS POUR ATTEINDRE VOS OBJECTIFS! Ne vous laissez pas piéger comme moi, IG est également un formidable outil marketing, des trucs vous sembleront indispensables, c'est juste que la marque a bien travaillé pour tenter d'imposer son produit comme étant incontournable.
    Je m’arrête là, je pourrais continuer à parler pendant des heures de mes fails, des comptes incontournables selon moi, des produits testés...

Lire l'intégralité des 34 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)