Diglee pousse un coup de gueule contre « les violences sexuelles et leur impunité »

Diglee a failli être agressée physiquement dans la rue, et ça lui a rappelé à quel point notre monde sexiste puait du cul...

Diglee pousse un coup de gueule contre « les violences sexuelles et leur impunité »

S’il y a bien un truc qui me met en boule à coup sûr, c’est la violence sexiste, soit les agressions verbales ou physiques que le genre féminin subit majoritairement… pour la simple raison qu’il est féminin.

Vraiment, ça me met en rogne quasiment tous les jours, et c’est pour ça que je suis toujours un peu soulagée quand quelqu’un manifeste sa colère. Quelque part, je me sens moins seule et ça me libère en partie de ma propre indignation. Donc merci, Diglee.

Si tu connais pas Diglee, sache que c’est une (belle personne) illustratrice de talent qui a déjà collaboré sur différents projets, pour combattre le harcèlement de rue par exemple.

Hier, elle a publié sur son site un billet coup de gueule plein d’une colère légitime contre « les violences sexuelles et leur impunité ».

Je t’avoue que si tu veux passer une bonne journée, ce n’est pas ce témoignage qui va t’aider, mais par contre, si tu cherches à ouvrir les yeux d’une autruche qui se trouve dans ton entourage, là c’est le jackpot ! 

Combien d’autres billets dans ce genre — ou comme celui de Paye Ta Shnek — faudra-t-il avant qu’il ne soit plus nécessaire de répéter que réellement, le sexisme est un vrai sujet de lassitude, d’inquiétude et de colère ?

big-sexiste-epuise

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 2 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Soph63
    Soph63, Le 2 juin 2016 à 23h37

    Je connais Diglee depuis un moment et j'aime beaucoup son travail, c'est toujours rafraîchissant et agréable à lire/regarder. Après avoir été confrontée au cas de ma meilleure amie qui avait été frappée et violentée par son ex-compagnon et ne m'en avait jamais parlé quand elle était avec lui, je crois que je prends conscience de la façon ignoble et éhontée dont notre société réduit les victimes au silence tout en les faisant culpabiliser.
    Il est grand temps que la honte change de camp, et les copines dessineuses font à mon sens un sacré travail de pédagogie sur des sujets aussi graves. Chapeau les filles, je ne pourrais pas être aussi patiente. Il y a des colères tout à fait saines.:attaque:

Lire l'intégralité des 2 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)