Mon amant, 15 ans de plus, à peine sorti de prison… et ce qu’il a changé

Artemis a trompé son compagnon par coup de foudre, avec un homme de 15 ans son aîné... qui sortait de prison. Elle raconte ce que lui a appris cette infidélité.

Mon amant, 15 ans de plus, à peine sorti de prison… et ce qu’il a changé

Après 2 ans de couple avec mon copain, j’ai eu une liaison secrète avec un homme de 15 ans mon aîné qui sortait de prison.

J’ai vécu une relation passionnelle et incontrôlée avec cet homme qui m’a séduite.

Je me suis laissée embarquée, je me suis sentie coupable, parfois comme une salope… Et j’ai fini par m’en sortir et prendre du recul sur ce qui s’est passé.

Ma rencontre avec l’homme avec qui j’ai trompé mon copain

C’était à un moment de ma vie ou j’avais choisi de me reconvertir professionnellement. J’étais déterminée à m’investir à fond dans mon nouveau projet.

J’avais 25 ans, j’étais en couple avec mon copain depuis un moment. Nous étions dans une relation sans histoire, pacsés, mais dans une phase où nous étions très pris par nos boulots et vies respectives.

À l’époque je n’avais pas remarqué qu’on s’éloignait à ce point, mais je pense que cette ambiance dans mon couple a facilité mon attachement pour David.

David, oui, l’homme de 40 ans avec lequel j’ai trompé mon petit ami, et qui était dans la même formation que moi.

Je ne suis pas du genre à aller voir ailleurs, mais quand je l’ai rencontré, j’ai eu un coup de foudre et c’était réciproque.

J’ai eu du mal à lutter contre mes sentiments, je ne suis qu’une simple humaine, et j’ai fini par me laisser aller.

On prenait la même ligne de métro, on allait boire des verres, au fur et à mesure on se voyait de plus en plus, et de fil en aiguille… Ça s’est fait.

Se perdre dans une double vie avec un homme « instable »

Nous avions 15 ans d’écart, et nous avons noué cette relation amoureuse et charnelle pendant plusieurs mois, sans que je ne dise rien à mon copain.

Notre relation est devenue amoureuse et passionnelle, et ce que j’ai aimé c’est son honnêteté. Il m’a tout de suite dit qu’il avait fait de la prison, et la raison de son incarcération : le meurtre de son père.

En apprenant ça, n’importe qui aurait fait marche arrière. Mais je ne trouvais pas ça juste, je me suis dit qu’il avait droit à une seconde chance.

Il regrettait beaucoup son geste, avait purgé sa peine, et je pense que son allure d’homme seul, sensible, abandonné de tous et toutes, m’a séduite.

J’ai fait un banal syndrome de l’infirmière : je me suis dis que j’allais prendre soin de lui, lui donner ce que personne ne lui avait jamais donné. Mais rapidement cette relation est devenue très dure à gérer.

15 ans de prison, ça laisse des traces. Pendant toutes ces années, il n’avait connu ni été en contact avec aucune femme, à part les gardiennes.

Il avait gardé des habitudes de détention : sa manière de gérer son appartement, son côté maniaque. Il était aussi très dur dans sa manière de parler, cru et sans filtre.

Il avait un côté très autodestructeur, à toujours vouloir saboter et noircir notre relation quand tout allait bien.

C’était une personne émotionnellement instable, et je me suis retrouvée à devoir gérer ça plus mon couple, plus ma formation… Ça devenait très lourd à porter.

Mettre fin à ma double vie

Depuis le début David était au courant que j’étais en couple. L’avenir de notre relation était un peu flou, mais on était très accrochés l’un à l’autre, et lui comme moi on se faisait beaucoup de films sur le futur.

Parfois je nous sentais tellement proches que je m’imaginais construire une vraie relation avec lui. On se montait la tête avec plein de projets, on voyait loin.

Mais c’était toujours l’ascenseur émotionnel. Un jour c’était fusionnel, et puis tout d’un coup tout partait en sucette.

On s’engueulait, on se traitait de tous les noms, et quand ça n’allait pas, je me réfugiais dans le cocon que j’avais construit avec mon compagnon.

Je me suis souvent dit qu’il fallait que je mette fin à cette double vie, mais j’espérais toujours que ça change, que ma relation avec David s’améliore.

Et un jour je me suis rendu compte que j’avais beaucoup changé, psychologiquement et physiquement. Mon propre corps commençait à me donner des signaux d’alerte : je n’avais plus beaucoup d’appétit, j’étais bouleversée…

Alors j’ai décidé de mettre fin à tout ça.

Sortir du secret pour tout avouer

Toute cette relation, je l’ai vécue dans une grande solitude. Les seules personnes à qui j’en ai parlé étaient deux de mes amies, ma mère, et mon beau-père.

Mes amies m’ont toujours dit de mettre fin à cette relation malsaine. L’une d’entre elles a lâché l’affaire quand elle a vu que je continuais.

Ma mère et mon beau-père, eux, ont été dans un certain rejet. Ils ont été choqués, et m’ont dit que tant que j’étais avec David, je ne pouvais pas compter sur eux. Ils voulaient me provoquer un électrochoc.

Ça a été très dur de prendre la décision de quitter David, parce que je l’aimais, mais ça a été un vrai soulagement.

Il a compris, il l’a assez bien pris, et s’est confondu en excuses. Il estimait que tout était de sa faute, qu’il avait tout fait foirer.

Après cette rupture, mon sentiment de culpabilité était toujours bien présent, alors j’ai voulu être honnête, et j’ai tout dit à mon copain.

Après tout, il n’avait rien fait pour mériter tout ça, il méritait au moins la vérité.

Quand j’ai avoué à mon copain que je l’ai trompé pendant plusieurs mois

Mon copain n’était pas dupe, il avait senti que j’étais complètement changée depuis quelques temps, et que la distance entre nous se creusait de plus en plus.

Sans lui donner tous les détails, je lui ai dit ce qu’il c’était passé, depuis combien de temps, et avec qui.

C’était très dur, mais je me suis libérée d’un poids, et il a réagi avec beaucoup de sagesse. Il m’a remerciée de lui en avoir parlé, m’a dit qu’il tolérait mon erreur, mais qu’il n’y en aurait pas de deuxième.

Il a été ferme, et sage. Et à partir de là, notre relation a complètement changé. Ça nous a beaucoup rapprochés et ça m’a aussi poussée à m’engager un peu plus avec lui.

Jusqu’ici j’avais assez peur de l’engagement, mais à partir de cet instant je ne me suis même plus posé de questions, et je me suis lancée à fond dans notre relation.

Ma tromperie a consolidé mon couple

Le jour de l’anniversaire de notre PACS, je l’ai demandé en mariage.

J’avais tout prévu, j’avais acheté les bagues, je les avais fait graver. On était chez ma mère, il n’y a que mon frère qui était au courant.

Et il a dit oui. Donc on s’est fiancés !

Aujourd’hui avec le recul je me rends compte que cette relation m’a permis de mieux me connaître, de réfléchir à la personne que je suis, à mes aspirations…

Je me suis rendue compte que je n’étais pas une personne qui penchait spécialement pour la monogamie, que j’étais plutôt pour les relations ouvertes, et ce même si ce n’est pas du tout le cas de mon compagnon.

Lui est plus traditionnel, et j’ai décidé de respecter son choix par amour et respect pour lui.

Maintenant c’est un sujet qu’on aborde plus facilement, dont on discute. Mais je ne pense pas qu’être dans un couple ouvert soit une fin en soi.

Je n’ai jamais eu un avis très tranché sur l’infidélité. Je pense que tant qu’on n’a pas vécu ce genre de situation, une attirance incontrôlée pour quelqu’un d’autre que sa ou son compagnon… On ne peut pas juger.

En tout cas aujourd’hui je suis heureuse dans mon couple, et toute cette histoire est derrière moi !

À lire aussi : Ces conneries qu’on entend quand on sort avec un mec de 40 ans

POURQUOI REGARDER THE HANDMAID’S TALE ALORS QUE ÇA MET BIEN LE SEUM ?

Une madmoiZelle


Tous ses articles

Commentaires
  • Skjaldmö
    Skjaldmö, Le 17 décembre 2018 à 14h55

    @candyclown Et bien à la lecture, j'ai eu se ressenti. Il ne s'agit pas de dire que la personne qui pardonne est une andouille. Mais là, dans ce témoignage, faut pas se leurrer, il y a quand même un bon nombre de disquette. Tout action qu'elle a pu faire est systématiquement désamorcer. "J'ai mené une double vie mais il l'a prit avec sagesse" - "J'lai prit pour un c*n mais il était pas dupe" - "J'lai tromper mais on peut pas juger tant qu'on la pas vécu pis on va se fiancer donc tout va bien" - Le témoignage est tellement lisse que, effectivement, lorsqu'on est arrivé au conjoint, j'avais l'impression qu'elle décrivait une carpette... je suppose que c'est parce qu'elle emploie les mots qui l'arrangent, son mec parlerait de cette situation, on aurait une tout autre vision des choses, et à mon avis pas aussi "propre" que celle qu'elle veut nous renvoyer.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!