Live now
Live now
Masquer
police justice complices collages feministes
Société

Violences conjugales dans les forces de l’ordre : un « Complément d’enquête » à ne pas manquer

Dans un documentaire édifiant diffusé ce jeudi 23 novembre dans « Complément d’enquête » sur France 2, les journalistes Sophie Boutboul et Ilioné Schultz ont enquêté sur l’omerta régnant dans les rangs des forces de l’ordre quand l’un de leurs pairs est accusé de violences conjugales.

En mai 2021, un terrible féminicide secouait la France : celui de Chahinez Daboud, une mère de famille de 31 ans, brûlée vive devant son domicile à Mérignac (Gironde) par son ex-conjoint. Elle avait pourtant alerté sur le calvaire qu’elle subissait au quotidien et sur ses craintes de représailles, et avait déposé plainte à la police. 

On apprenait pourtant deux mois après son décès qu’un tel drame était survenu en raison de multiples défaillances dans la chaîne judiciaire. À commencer par celle concernant l’agent de police qui avait pris sa plainte et qui a lui-même fait l’objet d’une condamnation pour violences envers son ex-conjointe. 

Comment traiter de manière impartiale une plainte pour violences conjugales et apporter à la victime la protection nécessaire quand on a soi-même été condamné pour des faits similaires ? 

Cette affaire, et les questionnements qu’elle suscite, ont été le point de départ du travail Sophie Boutboul et Ilioné Schultz. Alors que France 2 se mobilise cette semaine à l’occasion de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, les deux journalistes ont consacré un documentaire au phénomène des violences conjugales au sein des forces de l’ordre. Il est diffusé ce jeudi 23 novembre dans Complément d’enquête. 

Intimidations et esprit de corps

Car les violences conjugales au sein de la police et de la gendarmerie sont loin d’être marginales. Selon les chiffres que Sophie Boutboul et Illioné Schultz ont réussi à se procurer auprès du ministère de l’Intérieur, 470 policiers et 430 gendarmes ont été mis en cause dans des affaires de violences conjugales, entre 2021 et aujourd’hui. « On ne peut pas vraiment savoir si les chiffres du ministère sont exhaustifs, explique à ELLE Sophie Boutboul. Quand ces policiers et gendarmes restent en poste, ils restent en contact avec des victimes. Nous voulions montrer l’impact que cela pouvait avoir sur la société.  »

Après le féminicide de Chahinez Daoud, Gérald Darmanin avait annoncé que tout policier ou gendarme condamné pour violences conjugales ne devait plus être en contact avec le public. Le documentaire montre pourtant que cette consigne est loin d’être appliquée. Pire : les journalistes ont démontré que certains officiers en charge de brigades spécialisées dans les violences intrafamiliales sont eux aussi mis en cause dans des affaires similaires. 

Sophie Boutboule et Illioné Schultz sont allés les confronter, et ont aussi donné la parole à d’anciennes compagnes de policiers ou gendarmes violents. Comme Anaïs, qui vit dans la peur de son ancien concubin, fonctionnaire dans une brigade canine, et qui utilise les moyens mis à sa disposition dans le cadre professionnel pour la surveiller et la menacer.

« Dans le discours de ces policiers et gendarmes, on retrouve une forme d’intimidation liée à l’utilisation de leur fonction. Toutes les femmes que nous avons rencontrées rapportent des propos du type : ‘C’est moi le gendarme, c’est moi la loi !’ Ou encore : ‘C’est ta parole contre la mienne.’ Ces propos dissuadent de porter plainte parce qu’ils mettent en avant leur réseau. Même si leur pouvoir n’est pas réel, cela terrifie », analyse Ilioné Schultz. 

Si l’ex-conjoint d’Anaïs a depuis écopé de 8 mois de prison avec sursis pour l’avoir frappée et menacée avec son arme de service, le documentaire met en lumière l’esprit de corps qui profite aux hommes violents en uniforme. Protégés par leurs pairs et parfois même par leur hiérarchie, les fonctionnaires et gendarmes auteurs de violences conjugales profitent de l’omerta et jouissent d’une impunité au détriment de la parole de leurs victimes. 

« Violences conjugales : quand l’agresseur porte l’uniforme », un documentaire de Sophie Boutboul, Ilioné Schultz et Thomas Lhoste, diffusé jeudi 23 novembre à 23 heures sur France 2. 

Violences conjugales : les ressources

Si vous ou quelqu’un que vous connaissez est victime de violences conjugales, ou si vous voulez tout simplement vous informer davantage sur le sujet :


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Société

DNK, le quatrième album d’Aya Nakamura est sorti le 27 janvier 2023
Musique

Aya Nakamura chantera pour la céréomine d’ouverture des JO 2024, et le mépris contre elle redouble déjà

133
Salon du livre féministe
Culture

Le Salon du livre féministe fait résonner la sororité ce samedi

Source : Capture d'écran Youtube
Société

Bruno Vandelli : après la plainte pour viol de Yanis Marshall, cinq autres élèves le mettent en cause

Source : Canva
Société

Violences sexuelles dans le sport : l’Assemblée Nationale adopte à l’unanimité une loi pour mieux protéger les enfants

1
Jill Stein // Source : Canva
Politique

Jill Stein : « On voit apparaître un vote de rébellion, soyez prêts ! »

Source : Capture vidéo
Actualités France

#MeToo cinéma : que retenir de la prise de parole de Judith Godrèche au Sénat ?

Gaza
Actualités mondiales

Guerre Israël-Hamas : à ce jour, plus de 30 000 personnes sont mortes à Gaza

10
Source : Wikimedia Commons
Société

Palestine : Hunter Schafer arrêtée pour avoir manifesté avec des Juifs antisionistes

2
Réforme des retraites // Source : © Sénat - Palais du Luxembourg
Politique

Droit à l’avortement : le Sénat approuve la constitutionnalisation de l’IVG

2
Source : Sénat Sénat
Société

L’avenir du droit à l’IVG se joue maintenant et on vous explique pourquoi

La société s'écrit au féminin