Live now
Live now
Masquer
fellation_dr_monboule
Sexo

SOS Docteure Monboule, comment on fait une fellation ?

27 août 2021

Chaque semaine, notre spécialiste anonyme du cul, l’illustre Docteure Monboule, vient à la rescousse de vos interrogations sexuelles et vous conseille avec humour !

Mais qui est Docteure Monboule ?
Docteure Monboule, c’est la personne à contacter quand vous avez des questions qui concernent la sexualité. Eh oui, Madmoizelle reprend du service pour vous accompagner dans vos tourments… du cul.

Vous vous posez des questions sur votre vie sexuelle ? Vous avez des envies ou des fantasmes, et vous ne savez pas comment en parler ou les réaliser ?
Chaque semaine, Docteure Monboule vous aide à mettre le doigt sur ce qu’il vous faut (ou dedans, c’est comme vous préférez) !

La promesse de cette consultation, c’est que vous en sortirez avec des conseils utiles, sans jugement ni injonctions… Et des mauvais jeux de mots, parce que pourquoi s’en priver.

Si vous avez des questions à poser à la docteure, écrivez-nous à
drmonboule[at]madmoizelle.com avec l’objet « SOS Docteure Monboule »

« Help, Docteure Monboule !

Voilà ma situation : j’aimerais bien essayer de pratiquer la fellation sur mes partenaires de cul, mais… je n’ai aucune idée de comment utiliser ma bouche sur un pénis. Franchement, aucune. Je suis confuse, et ça me bloque ! Du coup, même si j’ai envie d’expérimenter cette partie du sexe oral, je ne l’ai jamais fait et la peur de mal faire m’empêche de passer le cap. Tu n’aurais pas un ou deux conseils dans tes tiroirs ? »

Chère apprentie oratrice,

Comme je comprends ta confusion ! La première fois que j’ai approché ma tête près d’une verge en érection, j’ai réagi exactement comme une biche devant les phare d’une voiture : je suis restée immobile 5 minutes, avant de partir en courant dans la forêt.

Mais pas de panique ! Après avoir côtoyé des pénis des cinq continents (le titre de Docteure du cul ne s’acquiert pas sans expertise), j’ai emmagasiné quelques infos utiles pour qui souhaite murmurer à l’oreille des teubs.

Pour commencer, un avant-propos est de rigueur. Tu mentionnes un blocage, qui m’a tout l’air d’être dû à l’inconnu et surmontable avec plaisir et facilité. Mais si jamais tu ressens un autre type de malaise, ne te force pas ! On peut difficilement kiffer sans s’écouter. Aucun acte sexuel n’est obligatoire, et si quelqu’un essaie de te le faire croire, envoie-le voir dans un gouffre plein d’orties si t’y es.

Autre détail d’importance : chaque corps est différent, et chaque personne pourvue d’un pénis aura ses propres envies, désirs, et plaisirs. Comme dans 100% des cas (selon mes propres statistiques), communiquer ne pourra que te faciliter la tâche !

Allez, c’est l’heure de la pratique : voici mes prescriptions.

Tu dis que tu as peur de « mal faire », mais je peux t’assurer d’une chose : ce n’est pas un concours, et tes partenaires sont déjà très certainement honorés de partager du sexe avec toi.

Prescription numéro 1 : se rappeler qu’Internet ment

Dans le cul comme dans la vie, une seule chose est immuable : on ne peut pas croire tout ce qu’on voit sur Internet. Si l’on en croit le porno mainstream, certains tutos niveau expert ou encore les randoms de Twitter, le sexe oral sur pénis requiert un bac +12 en anatomie et la capacité de faire des bruits de tyrannosaure pendant l’acte… De quoi déboussoler les plus tranquilles d’entre nous.

Il est d’ailleurs très possible que ta confusion vienne de ces modèles qu’on voit sur le Web, et qui ont la fâcheuse manie de complexer à peu près la terre entière. Je te rassure : je ne sais pas distinguer ma gauche de ma droite, et personne ne s’est jamais plaint de mes performances.

D’ailleurs, personne ne se plaindra probablement jamais des tiennes non plus ! Tu dis que tu as peur de « mal faire », mais je peux t’assurer d’une chose : ce n’est pas un concours, et tes partenaires sont déjà très certainement honorés de partager du sexe avec toi. S’ils ne le sont pas, n’hésite pas à me laisser leur numéro de téléphone en commentaires, j’ai quelques petites choses à leur dire.

Tant que tu es à l’écoute du corps de la personne avec qui tu pratiques et du tien, tout ne peut que bien se passer… Sauf si tu fais mal à autrui — et c’est pour ça qu’il faut quand même qu’on parle des dents.

Prescription numéro 2 : apprivoiser la zone

Passons donc à la prise en main. Tu dis être très confuse quant à la manière d’utiliser ta bouche sur un pénis et c’est bien normal : « sucer », en vrai, ça ne veut rien dire. Savoir comment donner du plaisir à ses partenaires, ce n’est donc pas forcément intuitif, et cela nécessite de pouvoir prendre ses aises avec l’organe.

D’ailleurs, ta confusion vient peut-être du fait que tu le connais peu, cet organe ! Si tu as sous la main la personne à qui tu aimerais compter fleurette à l’entrejambe et que tu as son consentement, n’hésite pas à regarder et à toucher son pénis, juste histoire de l’apprivoiser un peu.

Je sais bien que ce conseil peut avoir l’air un peu con, mais tu n’imagines pas le nombre de personnes qui n’osent regarder ce membre que de loin ! Comme si, à force de patriarcat et de gratte-ciels phalliques, on s’était mis dans le crâne qu’il n’y avait rien de plus intimidant qu’une teub.

Une fois que tu as pu apprivoiser un peu l’objet sans forcément y goûter, tu peux aussi t’en rapprocher pendant le sexe, sans passer le cap de la fellation si tu ne t’y sens pas encore prête. En l’embrassant sans le mettre dans ta bouche, par exemple, ou en embrassant les zones érogènes qui en sont proches : les testicules, le pubis, l’intérieur des cuisses…

Prescription 3 : varier les plaisirs

Quand tu t’y sens prête et que les étapes précédentes t’ont permis de te sentir plus à l’aise et moins perdue, tu peux passer à la fellation à proprement parler !

Le porno hétéro mainstream a tendance à donner une image unique de la pipe : celle d’une femme capable de faire entrer un pénis entier dans sa bouche, et d’effectuer des mouvements de va-et-vient vigoureux sur celui-ci.

Dans la réalité, tout le monde n’a pas des cervicales d’aussi bonne qualité et il est très possible que si tu essaies de faire rentrer un pénis entier dans ta bouche trop rapidement, tu stimules ton réflexe vomitif. Tu peux donc plutôt commencer par lécher la verge de ton partenaire ou utiliser un lubrifiant (ingérable sans risques) pour rendre le sexe oral plus facile et agréable pour vous deux.

Ensuite, tu peux placer ta bouche autour du gland (en l’ouvrant assez pour que tes dents n’entrent en contact avec rien du tout), et effectuer des va-et-vient que tu allongeras au fur et à mesure, le temps de voir jusqu’où il est agréable d’aller pour toi. Chaque personne est différente là-dessus, il faudra donc faire en fonction de tes ressentis !

N’hésite pas à varier les plaisirs : ce n’est pas parce que tu as commencé une fellation que tu ne peux pas t’arrêter et passer à la masturbation avec tes mains et/ou ta poitrine par exemple. Tu peux aussi faire les deux à la fois, en gardant ta bouche sur le haut de la verge et en masturbant sa base (ok, pour cette technique, il faut un peu de coordination).

Tu te demandes quoi faire de tes mains pendant ce temps ? Tu peux choisir entre les poser à un endroit stratégique sur le corps de ton partenaire, t’en servir pour te soutenir ou les utiliser pour t’accompagner dans ta tâche en caressant ses testicules, par exemple.

Rappelons également qu’une pipe n’a pas à aller jusqu’à l’orgasme. Dès que tu as envie d’autre chose, on arrête ! Et si tu pratiques le sexe oral sans protection, n’oublies pas non plus que tu peux choisir de laisser ou non ton partenaire éjaculer dans ta bouche : c’est toi qui décides.

Il existe des tas de positions différentes dans lesquelles pratiquer la fellation, et bien des méthodes. Mais tu débutes en la matière, et il ne faudrait pas te surcharger d’informations ! Avec tout ça, tu devrais pouvoir apprivoiser un peu ta peur de passer à l’acte, et surtout pouvoir satisfaire ton envie d’essayer.

Et si tu inventes une nouvelle technique, n’oublie pas de nous l’envoyer pour qu’on teste !

À lire aussi : Est-ce grave de ne pas aimer la fellation ?

Les Commentaires
1

Avatar de Esturgeon
29 août 2021 à 05h40
Esturgeon
@Mymy Haegel Vous pouvez ajouter un encart sur l'importance de se faire tester avant de faire des fellations non protégées svp ? Pour rappel, papillomavirus, herpes, hépatite B, syphillis, chlamydia, gonocoques et même VIH peuvent être transmis lors d'une fellation par exemple.
Et puisqu'un peu de prévention ne fait jamais de mal, n'oublions pas aussi que des IST peuvent de transmettre lors de cunnilingus : il ne faut pas non plus oublier la digue dentaire (ou la capote coupée en longueur) pour pratiquer tant qu'on n'a pas été se faire tester.
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Sexo

Actu sexe
Femmes – Europe -sexualité

La crise sanitaire provoque un pic de masturbation

Santé
crampe-menstruelle

Vaccin contre le Covid et endométriose : « encore une fois, on ne nous prend pas au sérieux »

Élodie Potente

14 sep 2021

15
Santé
pexels-cottonbro-endometriose

On a identifié le gène responsable de l’endométriose ! « Y a plus qu’à » trouver le remède, maintenant…

Maëlle Le Corre

13 sep 2021

3
Conseils sexe
épilation-femme

Faut-il prévenir son partenaire qu’on n’est pas épilée avant un rapport sexuel ?

Sexo
ananas-vert

Il paraît que l’ananas change le goût de la vulve : intox ou vérité ?

QueenCamille

10 sep 2021

9
Quizz et Tests
bdsm-telephone

TEST — À quel point êtes-vous kinky au lit ?

Actu sexe
[Site web] Visuel horizontal-2

Un politicien canadien s’autoproclame « soldat de la rétention à l’éjaculation », un bien beau programme

Santé sexuelle
Pertes-vaginales-culottes-trous

Votre cyprine ronge le fond de vos culottes préférées (mais c’est normal, pas de stress)

Sexo
femme-tire-langue

« Mes pipes sont bof » ?! Eh bien j’ai appris à m’améliorer

Santé sexuelle
spermatozoide

L’ivermectine, faux « traitement » dangereux du Covid, ruine les spermatozoïdes des personnes qui le prennent

La société s'écrit au féminin