Live now
Live now
Masquer
2022 CTMG, Inc. All Rights Reserved. the woman king
Cinéma

Selon Viola Davis, le succès de The Woman King est crucial pour l’avenir des femmes noires au cinéma

Alors que l’on s’apprête à découvrir The Woman King, sa tête d’affiche, l’actrice Viola Davis, évoque les enjeux autour de la sortie ce blockbuster porté par des femmes noires.

L’échéance approche. Le 28 septembre, The Woman King s’invitera dans les salles obscures. Au-delà de l’impatience de découvrir une œuvre où le spectacle se mêle au récit historique et anticolonialiste, la pression est grande autour de la sortie du film. En témoigne une interview de l’actrice Viola Davis, star incarnant une grande générale de guerre dans The Woman King.

Verra-t-on d’autres films de femmes noires si Woman King échoue ?

Avec son budget colossal de 100 millions de dollars, sa réalisatrice, noire (Gina Prince-Bythewood) et son casting presque exclusivement composé de femmes afro-américaines, le film constitue une petite révolution dans l’écosystème blanc et masculin des blockbusters Hollwyoodien. D’après L’express, Viola Davis aurait passé six ans à convaincre les maisons de production de financer le film. Dans une interview à l’AFP, l’actrice a fait part de la pression autour de la sortie du film :

« Avant tout, le film doit rapporter de l’argent. Et je suis divisée vis-à-vis de cela (…) S’il ne rapporte pas d’argent, que faut-il comprendre ? Que des femmes noires, des femmes à la peau foncée ne peuvent pas être en tête du box-office mondial ? 

Si ce film ne rapporte pas d’argent,  » vous ne verrez plus du tout « . C’est la vérité. J’aimerais qu’elle soit différente. (…) On ne fait pas ça avec des films blancs. Quand un film échoue, vous en faites un autre, et encore un autre. » 

Quoi qu’il en soit, l’intrigue de The Women King a de quoi donner envie : le film, qui se situe au XIXe siècle, raconte la lutte des guerrières du royaume de Dahomey (actuel Bénin) contre les colons et les esclavagistes occidentaux. On a hâte !

2022 CTMG, Inc. All Rights Reserved. the woman king
© CTMG

À lire aussi : Black Panther : Wakanda Forever se dévoile dans une bande-annonce puissante

Crédit de l’image à la Une : © CTMG

Les Commentaires
14

Avatar de Banane Pouet
15 novembre 2022 à 20h57
Banane Pouet
Pas d'accord avec toi. Les Occidentaux glorifient à outrance la Grèce Antique et la Rome Antique, ainsi que les Vikings qui étaient pourtant des états esclavagistes. Je ne vois pas pourquoi on devrait rappeler à tout bout de champs les côtés obscurs du Dahomey. En Grèce et à Rome, les esclaves étaient le pilier de l'économie de ces états, il y a un moment où il y avait plus d'esclaves que d'Hommes libres. Et je parle d'Hommes car la condition des femmes était lamentable dans ces états, ce qui n'empêche aucunement leur glorification. Mais ces critiques ne visent jamais les pays Blancs occidentaux.
(si tu ne veux pas être citée, je supprimerais)
En revanche, au Dahomey ( et en Afrique de l'ouest en général), la place des femmes était plus complexe, moins genrée. Beaucoup de femmes artistes/potières en Afrique de l'Ouest "pré"coloniale. Des femmes à des postes importants d'administration à égalité avec les hommes. La parité existait au Dahomey, les postes hauts placés occupés par les Hommes était aussi occupé par les femmes.
Des femmes puissantes comme Anna Zinga et ou les Reines Mères( on en parle dans ce film, la Kpojito d'ailleurs). ont eu des prérogatives importantes. C'était pareil durant l'Empire du Mali ou l'impératrice avait autant de pouvoirs que le Roi.
Le Dahomey est à peu près le seul état avec une armée "organisée" de femmes, mais des femmes guerrières il y en a eu dans tous les états (la reine haoussa Amina par exemple), les Candaces de Nubie, les femmes Sérères etc, la mère de Chaka Zulu, le culte Niabinghi, Sarrounia, etc.
Pour revenir au Dahomey/Allada/Adjaché ( trois peuples issus du même peuple), contrairement aux idées reçues , certains souverains se sont opposés à la traite comme Tezifon , le roi d'Allada : http://www.shenoc.com/esclavage.html ou Adandozan du Dahomey(personnage mal compris dans ce film d'ailleurs : https://www.goodreads.com/book/show/46256729-adandozan-plaidoyer-pour-un-roi-banni
Je pense que le succès de ce film est important pour une mise en perspective de l'histoire des Noir.es, créer des héros noirs et africains pour les Africains, les Afro caribéens/américains/Afropéens, une population marginalisée , méprisée et discriminée, considérée comme arriérée et stupide. Evidemment , si le film fait un flop , il ne va pas condamner les blockbusters historiques portés des hommes ou femmes noires, mais un succès de ce film serait symbolique pour nous. Il montre la puissance que la femme noire pouvait obtenir en Afrique.
Sinon, je l'ai vu et j'en suis ravie parce qu'il est primordial pour l'afroféminisme , qu'il relate assez bien la réalité des Agoodji/Gbeto mais en même temps il est écrit comme un film de super héros Marvel, très manichéen, avec une vision d'Oyo excessivement caricatural et loin des réalités( les femmes à Oyo étaient puissantes), avec des personnages stéréotypés : les femmes guerrières très sûres d'elles, courageuses, intelligentes, les courtisanes du roi complètement connes et superficielles. C'est pas la réalité, beaucoup de femmes du "roi " avaient des prérogatives importantes( trésorière, conseillère etc). Au niveau de la religion et des costumes( ceux d'Oyo) c'est n'importe quoi, mais bon comme toute prod' hollywoodienne. J'ai vu le film en VF donc je sais pas pour les accents.
Les Agoodji interdites de se marier est en parti vrai, mais à nuancer, car certaines arrivaient à contourner les règles(plus que ce qu'on dit)et à fonder des familles, donc
Contenu caché du spoiler.
Enfin, la représentation des Kpojito , la reine mère , est assez réaliste même si le choix de la Kpojito était plus complexe. En effet, certaines Kpojito ont participé à choisir des Rois du Dahomey, d'autres ont été choisies. Mais en général, elles étaient choisies pour leur capacités et leur intelligence, comme le montre le film.
Voilà, un bon film qui ne sort pas des clichés mais qui est nécessaire en termes de représentation.
Désolée, je réponds un peu tard, je viens juste de voir ton message.
Je suis d‘accord avec toi. Je me suis fait la réfléxion après avoir vu le film qu‘effectivement beaucoup de films sur l‘antiquité ou le moyen-âge glorifient des figures historiques sans aucune nuance. Ça serait donc hypocrite de reprocher la même chose à ce film, d‘autant plus qu‘il n‘occulte pas complètement la question de l‘esclavage.
Je trouve le film plaisant, (même si un peu cliché pour le scénario) et en tout cas bien meilleur que tout un tas de films d‘action sorties ces dernières années.
2
Voir les 14 commentaires

Plus de contenus Cinéma

PR_V
Pop culture

Un petit frère : rencontre avec Léonor Serraille, la réalisatrice qui filme ceux qu’on ne voit jamais au cinéma

Maya Boukella

01 fév 2023

beauté

Comment consommer des cosmétiques de manière plus raisonnée ?

Humanoid Native
disney +
Pop culture

Les 8 meilleurs films à voir sur Disney+

Maya Boukella

29 jan 2023

jared-leto-et-la-methode
Cinéma

Le « Method Acting » des comédiens n’excuse pas le fait d’être un gros con, et ça commence à se savoir

Kalindi Ramphul

28 jan 2023

21
aftersun
Pop culture

Une bande-annonce magnifique et intrigante pour Aftersun de Charlotte Wells avec Paul Mescal

Maya Boukella

27 jan 2023

1
the whale
Cinéma

The Whale : Darren Aronofsky répond que les accusations de grossophobie n’ont « aucun sens »

Maya Boukella

26 jan 2023

14
everything leonine
Cinéma

Aux Oscars, aucune femme nominée dans la catégorie meilleure réalisation

Maya Boukella

25 jan 2023

10
retour à séoul 9
Pop culture

Rencontre avec Park Ji-min, l’actrice féministe de Retour à Séoul, chef d’œuvre sur l’adoption

Maya Boukella

25 jan 2023

scream 6
Cinéma

Scream 6 avec Jenna Ortega se révèle (déjà) dans une bande-annonce sanglante

Maya Boukella

24 jan 2023

avatar-2-details-intrigue
Pop culture

Triste après avoir vu Avatar ? C’est peut-être le syndrome de dépression post-Avatar

Maya Boukella

23 jan 2023

pale blue eye 1
Pop culture

The Pale Blue Eye sur Netflix : que vaut le thriller gothique avec Christian Bale ?

Maya Boukella

22 jan 2023

1

La pop culture s'écrit au féminin