Live now
Live now
Masquer
emmanuel macron flux migratoire afghanistan
Société

Quand les personnes afghanes deviennent des « flux migratoires », ça sent mauvais, non ?

Une occasion de montrer sa solidarité avec le peuple afghan et d’annoncer des mesures concrètes pour un accueil décent de toutes les personnes demandeuses d’asile ? Eh bien non : allons plutôt draguer l’électorat d’extrême-droite.

Ce sont deux petits mots qui nous ont retourné le ventre ce lundi 16 août à l’heure du dîner. « Flux migratoires ». Alors qu’Emmanuel Macron s’adressait aux Françaises et aux Français afin d’évoquer la situation en Afghanistan :

« La déstabilisation de l’Afghanistan risque également d’entraîner des flux migratoires irréguliers vers l’Europe. La France comme je l’ai dit, fait et continuera de faire son devoir pour protéger celles et ceux qui sont les plus menacés. Nous prendrons toute notre part dans le cadre d’un effort international organisé et juste. »

Avant d’ajouter un peu plus loin :

« L’Europe ne peut pas à elle seule assumer les conséquences de la situation actuelle. Nous devons anticiper et nous protéger contre des flux migratoires irréguliers importants qui mettraient en danger ceux qui les empruntent et nourriraient les trafics de toute nature. »

Certains ont même cru à une erreur de traduction, comme le lanceur d’alerte Edward Snowden.

« Ça ne peut pas être vrai, n’est-ce pas ? Est-ce que c’est une erreur de traduction ? Parce que là, on dirait vraiment que la priorité de Macron, alors que les talibans sont au beau milieu de leurs représailles, est de couvrir ses arrières pour une élection, et non de sauver des vies. »

Entretenir la peur de l’immigration

Edward Snowden est loin d’être le seul à avoir été choqué par cette déclaration.

Parce qu’en tentant de montrer une solidarité de façade avec l’Afghanistan, Emmanuel Macron s’adresse à nous en tirant les ficelles de la peur.

On ne parle plus de milliers de personnes, celles-là même qui étaient massées sur le tarmac de l’aéroport de Kaboul ces derniers jours, toutes celles qui craignent le retour des talibans, le retour de la répression et de la privation de liberté et qui sont prêtes à tout pour y échapper, même à risquer leur vie en s’accrochant au train d’atterrissage d’un avion au décollage. Non, on parle de « flux migratoires », on convoque une image lointaine, plus insaisissable qui permet de ne pas évoquer des vies humaines.

Des propos qui sont effectivement loin d’être anodins à moins d’un an d’une présidentielle.

Entretenir les peurs face à une immigration présentée comme massive, incontrôlable, menaçante pour notre pays, notre sécurité, nos valeurs, c’est faire de la stratégie politique sur le dos des Afghans et des Afghanes.

C’est les utiliser pour labourer sur les terres de l’extrême-droite, couper l’herbe sous le pied de Marine Le Pen et de toutes celles et ceux qui partagent ses idées sur l’immigration et l’accueil des personnes réfugiées. C’est utiliser ce qu’il se passe actuellement en Afghanistan à des fins purement électoralistes pour tenter de gagner des voix.

C’est tout sauf manifester sa solidarité avec le peuple afghan. C’est tout sauf expliquer de façon concrète comment la France va accueillir décemment des personnes vulnérables qui ont fui leur pays. C’est tout sauf s’engager à assurer la sécurité de toutes les personnes qui ont travaillé pour l’État français.

Sur Twitter, c’est la journaliste Feïza Ben Mohamed qui a le mieux résumé la situation, estomaquée par les propos du président français, qu’elle a renommé… Emmanuel Le Pen.

Avec cette allocution, Emmanuel Macron laisse entendre une distinction entre les réfugiés « les plus menacés » et ceux qui le seraient un peu moins, ou pas autant, ou qui ne sont pas prioritaires. Un peu comme on trie le bon grain de l’ivraie.

On évoque les activistes, les journalistes, les artistes, qui sont effectivement visibles et seront sans nul doute pris pour cible. Mais ce serait une erreur de croire que le reste de la population sera épargnée.

Qui, dans les milliers de personnes qui étaient sur le tarmac de l’aéroport de Kaboul hier, n’est pas assez prioritaire ? Qui de ces 640 passagers afghans ayant réussi à monter à bord de cet avion cargo américain sans un seul bagage n’est pas suffisamment menacé ?

Ce n’est pas seulement que cette allocution n’est pas à la hauteur : c’est qu’elle est en-dessous de tout.

Que fait la France pour venir en aide aux Afghans et aux Afghanes ?

Alors que le Royaume-Uni vient de s’engager à lever les règlementations aux frontières pour autoriser l’accès aux demandeurs d’asile afghans qui fuient les talibans même sans passeport, alors que le Canada s’est engagé à reloger 20.000 personnes sur son territoire, où étaient les mesures françaises hier soir ?

La goutte d’eau, c’est aussi Emmanuel Macron qui nous explique quelques heures après son allocution que nous n’avons pas bien compris, que nous avons déformé ses propos. On retiendra surtout une volonté de plaquer son agenda politique sur une crise internationale aux conséquences terribles.

Farhad Omid, un ancien traducteur afghan réfugié en France depuis dix ans, ne cache pas son amertume auprès de France Inter et surtout la peur de voir l’histoire se répéter, encore et encore :

« Nous avons perdu toute importance aux yeux du monde entier. C’est la faute de l’État afghan avec la vaste corruption qui gangrène l’administration depuis 20 ans, et rien n’a pu être fait avec l’argent extérieur pour la reconstruction.

Donc à un moment donné les gens se demandent pourquoi ils sont engagés en Afghanistan et se disent qu’ils vont nous laisser entre nous. J’ai vu tout ça quand je travaillais là-bas à la reconstruction. 

Sauf que d’ici à 5 ans, on va voir s’il y a de nouveaux camps d’entrainement d’Al Qaïda, de Daech, ou je ne sais quel autre groupe terroriste qui va s’installer et qui va encore attaquer les États-Unis, l’Europe… À ce moment-là, on va s’intéresser à nous, car il faudra combattre les terroristes.

L’histoire va se répéter, comme souvent ces 40 dernières années. »

À lire aussi : Quelles associations soutenir pour aider les femmes en Afghanistan ?

Crédit photo : Allocution présidentielle du 16 août 2021 / Twitter

Les Commentaires
5

Avatar de Shiho
17 août 2021 à 17h27
Shiho
Et concrètement, on fait quoi sinon ?
On fait venir et on loge / éduque / soigne tout ceux qui le veulent ?
On continue de balancer des milliards qui seront préemptés par quelques heureux élus ? Les USA et l’OTAN ont mis un budget pharaonique sur la table au cours des 20 ans passés, même si l’opération était illégitime, et ça n’a pas l’air d’avoir servi à quoi que ce soit.
C’est une vraie question.
0
Voir les 5 commentaires

Plus de contenus Société

Féminisme
michaela-coel

« Je dédie ce prix à toutes les survivantes de violences sexuelles » : Michaela Coel bouleverse les Emmy’s 2021

Kalindi Ramphul

20 sep 2021

Arts & Expos
Larc-de-triomphe-empaqueté-de-Jeanne-Claude-et-Christo

Jeanne-Claude, l’artiste cachée derrière l’Arc de Triomphe empaqueté (pas que par Christo)

Anthony Vincent

17 sep 2021

4
Société
pexels-pixabay-harcelement 2010

Harcèlement en ligne : que se passe-t-il sur Tik Tok contre les enfants nés en 2010 ?

Beauté
LEurope-veut-durcir-ses-lois-contre-les-tests-sur-les-animaux

L’Europe veut durcir ses lois contre les tests sur les animaux, et vous pouvez agir

Anthony Vincent

17 sep 2021

Société
skam france – tenue vestimentaire

Et si on sortait enfin des polémiques sur les crop tops dans les écoles ?

Maëlle Le Corre

16 sep 2021

9
Actu mondiale
rickia young – the philadelphia inquirer

Aux États-Unis, l’histoire de Rickia Young montre que la police est prête à tout pour redorer son image

Maëlle Le Corre

16 sep 2021

3
Médias
women dont regret abortion usa – vertical format

Annuler un avortement, c’est impossible, mais les anti-IVG mettent la thune pour vous faire croire l’inverse

Maëlle Le Corre

16 sep 2021

5
Beauté
Emmaeus-ouvre-une-boutique-solidaire

Emmaüs ouvre sa première boutique beauté solidaire : un espace moins cosmétique qu’il en a l’air

Anthony Vincent

16 sep 2021

2
Psychologie
Conversation-mémoire-covid

« Je l’ai sur le bout de la langue » : la pandémie nous fait perdre nos mots

Psychologie
Consultation-psychologue-tarifs

Le coût de la thérapie : en France, aller voir un psy reste un luxe

La société s'écrit au féminin