Live now
Live now
Masquer
Nu couché (1916, huile sur toile 65,5 x 87 cm, Amedeo Modigliani , Collection Emil Bührle, Zurich)
Arts & Expos

Puisque les tétons sont bannis des réseaux, des musées se rabattent sur OnlyFans

Pas le droit aux tétons et aux fessiers nus sur les réseaux sociaux, même en huile sur toile de maître ? Les musées de Vienne contournent la censure et investissent OnlyFans !

Je poste régulièrement mes illustrations sur Instagram. Et j’avoue avoir un léger penchant pour les corps dénudés et les mamelons qui se dressent fièrement quand il s’agit de prendre le pinceau.

Mais mon attrait pour le nu n’est pas toujours du goût d’Instagram. Et ça, je l’ai appris à mes dépens quand je me suis vue supprimer plusieurs de mes publications — visiblement, mes poitrines en acrylique vont « à l’encontre des règles de la communauté »…

La censure est parfois si forte que les institutions artistiques se voient dans l’impossibilité totale de promouvoir certaines collections ou œuvres qui auraient l’audace de montrer un bout de corps nu.

Dans une ampleur un poil plus notable (juste un poil), c’est aussi ce à quoi les musées de Vienne sont confrontés lorsqu’ils tentent de promouvoir des oeuvres figurant un soupçon de nudité. Lassés de se voir censurés sur des plateformes comme Instagram, Facebook et TikTok, ils se sont unis avec l’office du tourisme pour créer un compte OnlyFans et y poster les oeuvres qui ne trouvent pas grâce ailleurs.

Cachez ce Egon Schiele que je ne saurais voir

Pas de selfies suggestifs ou de vidéos NSFW sur le compte OnlyFans de l’office du tourisme de Vienne, mais plutôt des œuvres de Peter Paul Rubens, d’Egon Schiele et d’autres artistes qui ont été supprimées des plateformes sociales mainstream en raison de la nudité qui figure dans leur travail.

Jeune-fille-agenouillee-de-Egon-Schiele-jpg
Jeune fille agenouillée reposant sur les deux coudes, Egon Schiele

On connaissait déjà les règles, parfois absurdes, des géants des réseaux sociaux en termes de censure à la nudité — un téton féminin apparent, et vous voilà bannie des applications — mais moins leur fougue à s’acharner, même sur les tableaux de maîtres.

Le magazine Dazed rapporte plusieurs cas de censure dans la capitale autrichienne :

« En juillet dernier, le compte TikTok du musée Albertina a été suspendu, puis bloqué, pour avoir montré des images de Nobuyoshi Araki comprenant un sein partiellement obscurci. En 2019, pendant ce temps, Instagram a affirmé qu’une peinture de Peter Paul Rubens violait les directives de la communauté (bien que ces directives stipulent : “La nudité dans les photos de peintures et de sculptures est OK”). »

La censure est parfois si forte que les institutions artistiques se voient dans l’impossibilité totale de promouvoir certaines collections ou œuvres qui auraient l’audace de montrer un bout de corps à nu.

Pire : certaines oeuvres, comme la paléolithique statue de Vénus de Willendorf, ont été relayées au rang de « contenus pornographiques » par Facebook.

venus-de-willendorf
CC Ziko van Dijk

Helena Hartlauer, porte-parole de l’office du tourisme de Vienne, déclarait même à The Guardian que certaines oéuvres, comme celles du portraitiste italien Amedeo Modigliani, étaient systématiquement jugées trop explicites pour en faire la moindre pub

Et ça, c’est ce que vivent de grandes institutions reconnues. Imaginez un peu contre quoi les artistes indépendants qui travaillent autour de la nudité se battent au quotidien sur les réseaux sociaux, surtout s’ils sont issus de communautés marginalisées ! Instagram supprime régulièrement des comptes de créatifs, les empêchant de faire la promotion de leur travail.

Les musées de Vienne ont beau avoir transféré les contenus qui posaient problème à Facebook et Instagram sur OnlyFans, ils ne peuvent pas en faire la promotion.

La riposte sur OnlyFans

Bien que la politique de la plupart des réseaux sociaux pointés du doigt prétende que la nudité dans la peinture et dans la sculpture ne pose aucun problème, dans les faits, c’est nein.

En censurant certaines œuvres de cette manière, les plateformes sociales font en gros doigt d’honneur aux artistes en ne considérant pas leur travail comme légitime.

Pour riposter — et accessoirement tenter de faire leur boulot sans bâtons dans les roues, les musées de la ville de Vienne se sont donc rués sur OnlyFans. Malgré les récentes menaces de la plateforme de bannir les contenus pour adultes, l’application reste l’un des derniers bastions de la nudité non censurée.

Helena Hartlauer, la porte-parole de l’office du tourisme de Vienne, explique à The Guardian :

« Notre initiative marketing n’est pas la solution ultime à cette relation problématique entre le monde de l’art et les médias sociaux, mais […] nous voulons défendre nos valeurs et nos convictions. »

Pour faire migrer les aficionados d’art vers la plateforme NSFW et relancer la visite des musées qui ont pâti de la crise sanitaire, l’office du tourisme offre aux premiers abonnés une Vienna City Card ou un billet d’entrée dans un des musées de la ville.

Malgré tous ces efforts, la censure est tenace. Les musées de Vienne ont beau avoir transféré les contenus qui posaient problème à Facebook et Instagram sur OnlyFans, ils ne peuvent pas en faire la promotion puisque les réseaux sociaux en question les empêchent d’en publier le lien… C’est le serpent qui se mord la queue !

À lire aussi : Plot twist : OnlyFans suspend l’interdiction des contenus explicites

Crédits photos : Collection Emil Bührle, Zurich / Master Collection


Ajoutez Madmoizelle à vos favoris sur Google News pour ne rater aucun de nos articles !

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Arts & Expos

Source : ildipapp / Canva
Culture

La culture de la diaspora maghrébine célèbre sa richesse au salon du monde arabo-amazigh

Livres

Avec Galatea, découvrez des histoires exclusives en format audio ou ebooks

Humanoid Native
« Cosmic Latte se demande à quoi ressemblerait le monde sans racisme » : Sonya Lindfors, chorégraphe // Source : Uwa Iduozee / Zodiak - center for new dance, UrbanApa, Sonya Lindfors
Arts & Expos

« Cosmic Latte se demande à quoi ressemblerait le monde sans racisme » : Sonya Lindfors, chorégraphe

Le photographe de mode Paolo Roversi s’expose au Palais Galliera, et c’est hypnotique
Mode

Comment l’expo photo de Paolo Roversi au Palais Galliera va vous hypnotiser

Dolorès Marat, "La femme aux gants", 1987. Tirage pigmentaire Fresson Collection MEP, Paris, acquis en 2006. // Source : © Dolorès Marat
Arts & Expos

Annie Ernaux, en textes et en photos, s’expose à la MEP jusqu’au 26 mai 2024

MAD paris
Arts & Expos

Paris : Avant les Jeux Olympiques 2024, 5 expos autour du sport, au musée et ailleurs

Berthe MORISOT (1841-1895) Autoportrait, 1885 Huile sur toile, 61 x 50 cm Paris © musée Marmottan Monet, Paris
Culture

Berthe Morisot : à la découverte de la peintre invisibilisée du mouvement impressionniste

Rocky 6 sera joué du 31 janvier au 4 février 2024 au Lavoir Moderne Parisien // Source : Madeleine Delaunay
Culture

« Pour sortir l’intersexuation du seul champ de l’intime, j’ai écrit la pièce de théâtre Rocky 6 » : Alice Etienne

Giselles Photo Pascal Elliott 7
Arts & Expos

Trois raisons de découvrir Giselle(s), le ballet romantique remis au goût du jour

Source : affiche officielle de l'expo avec une oeuvre d'Annette Messager
Culture

L’exposition Affaires personnelles explore les liens entre art contemporain et solidarité

Léa MKL // Source : Cactussand
Culture

Léa MKL : « C’est important d’exprimer ce qu’on a sur le cœur et d’en faire des archives »

La pop culture s'écrit au féminin