Live now
Live now
Masquer
Sarah Voss Deutsche_Meisterschaften_Gerätturnen_Mehrkampf_weiblich_Einturnen_at_Internationales_Deutsches_Turnfest_Berlin_2017_(Martin_Rulsch)_024
Féminisme

Pourquoi la tenue des gymnastes allemandes aux Jeux olympiques est un vrai geste contre le sexisme

Exit le justaucorps échancré ! Kim Bui, Pauline Schaefer, Sarah Voss et Elisabeth Seitz ont choisi de participer aux JO vêtues d’un unitard, plus pratique à leur goût.

Elles veulent en finir avec la sexualisation constante de leur corps dans les compétitions sportives. Kim Bui, Pauline Schaefer, Sarah Voss et Elisabeth Seitz sont les quatre athlètes qui représentent l’Allemagne dans les Jeux olympiques de Tokyo. Et elles se sont fait remarquer en portant une autre tenue que le traditionnel justaucorps !

Elles ont en effet opté pour le unitard, une combinaison longue et bien plus couvrante, dans laquelle elles sont surtout bien plus à l’aise :

« On veut montrer que toutes les femmes, toutes les personnes, devrait décider de ce qu’elles portent. »

https://www.instagram.com/p/CRwmYXvMsGi/?utm_source=ig_web_copy_link

Choisir la tenue dans laquelle on sera le plus à l’aise

Ça n’a l’air de rien, mais le symbole est énorme. Quelques jours après l’amende de 1.500€ imposée à l’équipe norvégienne de beach handball qui avait osé joué un match en short et non en bikini, le geste des Allemandes sonne comme un signal fort en direction des instances sportives et de leur sexisme latent.

Ce qui est d’autant plus chouette, c’est que ces athlètes ont bien conscience que leur geste peut aider à faire bouger les lignes et qu’elles ont été soutenues par leur entourage sportif, comme l’explique :

« Nous, les filles, avons beaucoup de poids. Les entraîneurs étaient aussi à fond. On nous a dit qu’il fallait qu’on soit le plus à l’aise et dans la tenue qui nous donne le plus confiance en nous. Ça nous a juste fait nous sentir encore mieux. »

https://www.instagram.com/p/CRof4WHjyVp/?utm_source=ig_web_copy_link

Elles ont par ailleurs reçu le soutien de la championne américaine Simone Biles. Si elle préfère conserver le traditionnel justaucorps — qui selon elle lui permet de paraître plus grande que son 1,42 mètrecette dernière est totalement favorable à ce que chacune puisse décider de ce qu’elle porte pour être à son meilleur dans la compétition :

« Je soutiens leur décision, quelque soit ce qui leur plaît et ce qui les met le plus à l’aise. Qu’on veuille porter un unitard ou un justaucorps, le choix nous appartient. »

Heureusement, le choix de l’unitard – aussi porté dans différentes disciplines et sports acrobatiques – est autorisé dans les compétitions internationales et n’expose pas les gymnastes à une amende, comme cela a justement été le cas pour les handballeuses norvégiennes.

Pourquoi cela compte bien au-delà des Jeux olympiques

Imposer des tenues courtes pour que le public présent ou derrière l’écran n’en perde pas une miette, ce n’est pas nouveau, et les sportives tentent régulièrement de protester contre ces décisions qui se font souvent sans elles. Comme si surjouer une certaine idée de la féminité allait créer davantage d’engouement et de soutien que leur talent sur le terrain et leurs performances.

Gymnastique, mais aussi boxe, football… Dans son livre Joue-la comme Megan, la journaliste Assia Hamdi donne de nombreux exemples où les joueuses sont incitées voire forcées de jouer la carte de la féminité pour plaire au regard masculin.

Elle évoque notamment l’ancienne handballeuse française Léa Terzi qui protestait en 2013 contre l’obligation de la jupette pendant les matchs :

« Je trouve cela sexiste, cela nous rabaisse, nous les joueuses, à notre physique. Pendant un match, nous ne sommes pas là pour être sexy, belles ou jolies, mais pour mettre des claques à l’adversaire et gagner la rencontre. »

On exige des sportives de montrer un maximum de peau, et on les vilipende lorsqu’elles ne conforment pas aux attentes : souvenons-nous des réactions outrées quand Serena Williams avait fait son entrée sur le court avec sa combinaison intégrale Nike…

Comme le reste de la société, le sport n’échappe pas aux contradictions et surtout aux deux-poids-deux-mesures sexistes.

Pour l’Allemande Sarah Voss, le choix de participer aux Jeux olympiques en portant le unitard peut d’ailleurs avoir un impact au-delà des compétitions de haut niveau, notamment auprès des filles qui pratiquent très jeunes la gymnastique. Elle avait justement évoqué son expérience lors des Championnats d’Europe où elle avait déjà porté une combinaison longue :

« Quand j’étais petite fille, je ne voyais pas les tenues serrées et échancrées comme un souci. Mais quand la puberté a commencé, quand mes règles sont arrivées, j’ai commencé à me sentir incroyablement mal à l’aise. »

On espère que ce geste de l’équipe allemande est un nouveau pas en avant vers une remise en question des règles et des normes sexistes qui perdurent dans le sport, au niveau amateur comme aux Jeux olympiques.

À lire aussi : L’interdiction aux JO des bonnets de bain pour cheveux afros va être reconsidérée : la mobilisation, ça marche

Crédit Photo : Martin Rulsch, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons


Construisez avec nous l’avenir de Madmoizelle en répondant à ces questions !

Les Commentaires
3

Avatar de Gargouillette
28 juillet 2021 à 15h33
Gargouillette
Bravo !! ça devait être trop stressant l'espèce de maillot habituel, s'il ne reste pas en place !!
0
Voir les 3 commentaires

Plus de contenus Féminisme

femme-nue
Chère Daronne

Je suis victime de revenge porn, mais c’est moi qui « ne me respecte pas » selon les potes de ma meuf

Chère Daronne

18 jan 2023

21
SEXO

La table de chevet, cette fenêtre sur l’intime, revisitée par des illustratrices

Humanoid Native
Monique_Wittig_ph._Colette_Geoffrey
Féminisme

Pourquoi les féministes d’aujourd’hui doivent redécouvrir l’oeuvre radicale de Monique Wittig

Maëlle Le Corre

08 jan 2023

2
Miss France
Féminisme

Le concours Miss France contrevient-il au droit du travail ? La justice a tranché

Maëlle Le Corre

06 jan 2023

sex workers rights
Féminisme

Pourquoi lutter contre les violences faites aux travailleuses du sexe est un enjeu féministe

Maëlle Le Corre

17 déc 2022

39
disabled_people_for_future
Société

« Il faut que les valides sachent remettre en question leurs privilèges »

Aïda Djoupa

03 déc 2022

14
assemblee nationale IVG premiere lecture
Féminisme

IVG : les députés votent l’inscription du droit à l’avortement dans la Constitution

Maëlle Le Corre

24 nov 2022

2
pexels-mart-production-violences conjugales
Féminisme

Mon copain m’a frappée : comment réagir, que faire quand on est victime de violences dans son couple ?

Chloé P.

23 nov 2022

44
nous toutes 2021
Féminisme

Où manifester ce samedi 19 novembre contre les violences faites aux femmes avec Nous Toutes ?

Maëlle Le Corre

18 nov 2022

Megan Fox dans Jennifer's Body
Cinéma

Bimbo non grata : comment la carrière de Megan Fox illustre l’avant-après #MeToo

Anthony Vincent

31 oct 2022

13
Une femme portant une couronne de fleurs au milieu d’un champ d’herbe, Oleg Gekman via Canva
Féminisme

Non, la tendance incitant à se « reconnecter à son féminin sacré » n’a rien de féministe

La société s'écrit au féminin