Live now
Live now
Masquer
Le-boom-de-la-médecine-esthétique-chez-les-jeunes
Santé

Oui, les jeunes font plus de chirurgie esthétique, mais non, ce n’est pas (seulement) à cause des influenceuses

Les 18-34 ans franchissent davantage le pas de la chirurgie esthétique que les 50-60 ans, signe d’une généralisation de cette pratique banalisée notamment via les réseaux sociaux, amplifiée par la pandémie… Et non, tout n’est pas la faute des influenceuses de télé-réalité.

Les réseaux sociaux ont-ils un impact sur les demandes en médecine et chirurgie esthétiques ? C’est un préjugé qui a la peau dure, surtout face aux résultats d’une enquête menée en 2019 par l’International Master Course of Aging Skin – congrès européen de professionnels du secteur : pour la première fois, les 18-34 ans ont davantage recours à la chirurgie esthétique que les 50-60 ans.

La chirurgie esthétique plus accessible, visible, et moins stigmatisée

Les raisons de cette évolution des pratiques sont multiples. À commencer par le budget : les progrès de la médecine esthétique, bien moins chère, permettent d’obtenir des résultats similaires à l’onéreuse chirurgie grâce notamment à des injections d’acide hyaluronique bien placées et dosées. Du coup, les jeunes qui n’auraient pas les moyens pour une rhinoplastie peuvent quand même redessiner leur nez grâce à une injection à moindre frais.

Cette banalisation s’accompagne aussi d’un changement culturel : ces procédures sont de moins en moins stigmatisées socialement. Si avoir recours au botox ou au bistouri était un secret il y a encore quelques années, c’est quelque chose qui s’affiche désormais fièrement sur les réseaux sociaux de certaines personnalités influentes. Si bien qu’une opération telle que le Brazilian Butt Lift apparaît presque comme un passage obligé pour percer dans la télé-réalité ou ressembler aux influenceuses qui en ressortent !

C’est même devenu un mème sur TikTok d’ironiser autour de cette pratique de lipofilling, qui consiste à prélever de la graisse au niveau du ventre ou des hanches afin de la réinjecter dans les fesses. Aussi dangereuse soit cette opération en #BBL sur les réseaux, elle a le vent en poupe…

@givinghelly

Watch the whole thing & tag whoever needs to hear this #bbl #plasticsurgery #botched ShadowAndBone

♬ original sound – hellysangel
Cette TikTokeuse raconte combien les Brazilian Butt Lifts peuvent s’avérer dangereux

Tout n’est pas la faute des influenceuses de télé-réalité

De là à dire qu’il s’agit d’un phénomène nouveau entièrement imputable aux réseaux sociaux et autres influenceuses, il n’y a qu’un pas… qu’il serait faux ou du moins exagéré de franchir. C’est ce que tient à rappeler la psychanalyste et autrice Catherine Grangeard, dans une enquête du Monde sur le sujet :

« Avant, on voulait ressembler à la fille en couverture de Vogue. Les réseaux sociaux n’ont fait qu’amplifier notre culture de l’apparence. »

Sans être nouveau, le phénomène s’est donc popularisé en gagnant en visibilité via les réseaux sociaux, là où les médias traditionnels ne glorifiaient qu’une seule forme d’idéal de beauté à atteindre… pas forcément beaucoup plus accessible que celui incarné par les influenceuses de téléréalité, comme le note Catherine Grangeard. 

« Elles ne sont pas plus coupables que Catherine Deneuve ou les autres stars qui défilent à Cannes et arborent, elles aussi, un idéal de féminité inatteignable. […] Il ne faut pas réduire le phénomène à des bécasses qui vendent du rêve à de jeunes ignorantes scotchées sur leur téléphone. »

D’autant plus que se focaliser sur des jeunes sous influence permet aussi d’éviter de s’interroger sur le fait qu’on assiste à un boom global autour de la médecine et de la chirurgie esthétiques : le Syndicat national de chirurgie plastique reconstructrice et esthétique (SNCPRE) a enregistré une augmentation du nombre d’interventions de +20% en France, entre mars 2020 (date du premier confinement dans le pays) et mars 2021.

L’effet Zoom sur le boom de la médecine et de la chirurgie esthétique

La tendance serait même mondiale depuis la pandémie : le télétravail s’est généralisé, et les visioconférences nous ont fait redécouvrir notre visage sous un autre angle beaucoup moins flatteur… 

Vous l’avez peut-être vous même éprouvé lors de réunions Skype, Teams, ou Zoom : se fixer soi-même tient du réflexe rassurant car notre visage représente un élément familier et contrôlable au milieu d’un océan de pixels immatériels, comme l’explique notamment Tara Well, professeure de psychologie au Barnard College de l’Université de Columbia, qui étudie les miroirs et les reflets.

Mais à la différence des fois où l’on choisit de se regarder dans un miroir bien placé, là on se voit en mouvement, en train de parler, via une webcam à l’angle peu flatteur. De quoi causer ou amplifier une forme de dysmorphophobie : une préoccupation excessive sur une partie de son corps. Encore un autre facteur qui peut expliquer en partie le boom mondial de médecine et chirurgie esthétiques. 

Une étude baptisée Zoom sur les interventions esthétiques pendant la pandémie de COVID-19 publiée en mars 2021 dans l’International Journal of Women’s Dermatology confirme l’impact des visioconférences généralisées par la pandémie sur les actes esthétiques : 

« [Sur 134 dermatologues], 76 prestataires (56,7%) ont signalé une augmentation relative du nombre de patients recherchant des consultations esthétiques par rapport à avant la pandémie, et 114 prestataires (86,4%) ont indiqué que leurs patients citaient les appels en visio comme raison de demander des soins. »

Ajoutez à cela le fait que le télétravail facilite aussi une convalescence en toute discrétion à la maison ou sous un masque, ainsi que les économies générées par l’absence de loisirs en temps de pandémie qu’on peut réinvestir dans l’esthétique, et vous obtenez une fenêtre d’opportunités pour passer sur le billard.

Alors, certes les influenceuses de la téléréalité jouent un rôle certain dans la banalisation de la chirurgie et de la médecine esthétiques, mais en faire les seules boucs émissaires ressemblent un peu beaucoup à de la misogynie et du mépris de classe, sans filtre ni retouche.

À lire aussi : EnjoyPhoenix lève le tabou sur la chirurgie de réduction des seins


Et si le film que vous alliez voir ce soir était une bouse ? Chaque semaine, Kalindi Ramphul vous offre son avis sur LE film à voir (ou pas) dans l’émission Le seul avis qui compte.

Les Commentaires

39
Avatar de Attie
5 novembre 2022 à 12h11
Attie
Je n'ai JAMAIS dit ça. JAMAIS. C'est même plus de la déformation de propos, c'est carrément du mytho de haut vol. Je ne vois pas l'intérêt de discuter si tu inventes des propos de A à Z pour le seul plaisir de me discréditer.
Non.
Encore une fois, je n'ai JAMAIS dit ça. Tu comprendrais mieux si tu lisais plutôt que d'inventer. Je n'ai parlé ni de couleur de peau, ni de cheveux, ni de style vestimentaire. T'es partie toute seule dedans. Je rappelle que le sujet c'est la chirurgie et depuis le début, tu parles d'autres choses.
Je m'arrête là, j'ai pas les cuillères pour répéter inlassablement la même chose à quelqu'un qui a de toute façon a décidé de ne pas lire mes messag
Mon intervention, à la base, consistait à réfléchir les modifications du corps pour correspondre à des normes culturelles de beauté , et j'ai estimé que ce type de modification dans le champs esthétique avait lieu dans toutes les cultures , selon des critères différents et des "goûts " différents, en optant des méthodes différentes, la chirurgie esthétique étant une méthode spécifique s e rapportant à des normes culturelles spécifiques. (dans d'autres cultures, c'est d'avoir de longs cous et elles portent des colliers pour allonger leurs cous). Tu as décrété que tu le faisais pour certaines raisons qui te sont propres et ca m'a rappelé aussi les miennes, sauf que moi c'est dans un autre champs , donc tu as décidé que c'était hors sujet.
Si tu veux aller sur le champs des complexes, je suis parfaitement d'accord, nous en avons tous et toutes et chacun.es fait ce qu'il/elle peut avec, moi la première. En revanche, j'ai le droit de m'interroger sur ce qui sociétalement et mentalement d'ailleurs nous donne ces complexes, si certaines injonctions ne sont pas toxiques, pourquoi on nous impose certaines normes, et qu'est ce qui mérite réellement d'être changé: les normes culturelles ou nous même?l
4
Voir les 39 commentaires

Plus de contenus Santé

[PR] Image de une • Verticale
Culture

5 anecdotes sur Virgin Suicides, de la plus cool à la plus glauque (comme le film)

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Pexels
Santé

JO 2024 : le cycle menstruel a-t-il un impact sur les performances des sportives ?

2
Source : OcusFocus de Getty Images
Santé

Une nouvelle étude explique comment le cycle menstruel est régulé 

Source : Linda Prebreza
Actualités beauté

PFAS : découvrez dans quels cosmétiques vous pouvez trouver des polluants éternels 

131 - WinoraBikes-Rotterdam_Day-02 - L1120623
Lifestyle

« Le vélo électrique, éloigne les relous » : 3 bonnes raisons de se mettre au vélo électrique quand on est une meuf

femme-boit-alcool // Source : URL
Société

Les femmes boivent trop et de plus en plus, une nouvelle étude montre les graves conséquences sur leur santé

6
pexels-liza-summer-6382633
Santé mentale

« Ma psy m’a appris à comprendre et accepter mes émotions sans lutter contre elles » : Louise a testé cette nouvelle façon de suivre une thérapie

Couverture du livre "Couper la douleur" de Lisa Dayan // Source : Éditions Marabout
Livres

Douleurs vaginales intenses : « Quand on te demande de jauger ta douleur de 1 à 10, c’est dur de dire 10 »

1
vitiligo-temoignages
Santé

Vitiligo : comment les jeunes vivent cette dépigmentation de la peau ? Une première étude éclaire le sujet

1
Source : Unsplash / Stephen Andrews
Santé mentale

« J’ai pu lui prendre la main, de lui dire que je l’aimais » : elles ont accompagné un·e proche dans sa fin de vie

4

La société s'écrit au féminin