Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Beauté

J’ai testé pour vous… me faire refaire la poitrine

20 fév 2017 79

Se faire refaire les seins, c’est la décision qu’a prise Nagoya, qui, complexée par un dérèglement hormonal, a fini par passer sur la table d’opération.

Article initialement publié le 20 juin 2012

La décision de me faire opérer a été mûrement réfléchie depuis mon adolescence. Suite à quelques dérèglements hormonaux, ma transformation en « femme » n’a pas été vraiment normale.

Pour tout dire, j’ai eu mes règles à 18 ans, puis j’ai attendu en vain qu’il se passe quelque chose de visible sur mon corps. Je n’avais pas de poitrine, je n’ai même jamais réussi à remplir un bonnet A. En comparaison, Jane Birkin paraît pulpeuse : j’étais plate !

Me faire refaire les seins : le déclic

Au niveau de mes relations amoureuses, le sujet était très délicat. Je n’acceptais pas cette (absence de) poitrine, j’étais extrêmement complexée. Je portais un soutien-gorge lors de mes rapports intimes et n’arrivais pas à l’enlever. Si certains garçons n’avaient aucun souci avec ça, ce n’était pas le cas de tous…

J’ai essayé de me raisonner en me disant que c’était psychologique, mais je n’ai jamais vraiment été à l’aise avec les seins à l’air. Ma mère s’est faite opérer pour la même raison il y a quelques années ; se sentant bien mieux dans sa peau, elle m’a expliqué que c’était à moi de choisir. J’ai donc réfléchi : était-ce pour moi ou pour les garçons que j’allais franchir le pas ? Handicapée par ce blocage tenace, j’ai pris conscience que si je devais agir c’était pour moi, et moi seule.

J’ai pris rendez-vous avec le chirurgien esthétique qui avait opéré ma mère en étant toujours sceptique sur cette démarche. Je n’avais pas envie de ressembler à un cliché de femme refaite et superficielle, je ne voulais pas tomber dans les travers de la chirurgie esthétique. Mais le chirurgien m’a ré-expliqué que l’envie de changer devait venir de moi, et comme je ne me sentais toujours pas bien dans mon corps j’ai décidé de franchir le pas.

Le chirurgien m’a fait tester des prothèses pour juger de celles qui conviendraient le mieux à mon anatomie, et j’ai réussi à dépasser la peur de l’opération.

Me faire refaire les seins : l’opération

L’opération, effectuée sous anesthésie générale, dure environ 45min : on entre la journée à l’hôpital, on sort le lendemain. Je suis rentrée au bloc vers 11h et je suis ressortie à midi, réveillée à 13h environ, c’est très rapide. Je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer dans ma chambre, trop occupée à comater !

La douleur pendant les premières 24 heures est supportable, j’avais juste l’impression d’avoir un poids sur la poitrine et j’étais serrée par des bandages. Mais passés les deux premiers jours, lorsque l’effet des médicaments s’estompe, ça devient quasiment insoutenable.

Pendant une semaine, je ne pouvais même pas me lever de mon lit ; j’ai déambulé voûtée façon Mr Burns dans Les Simpsons pendant quinze jours, et même au bout d’un mois, j’avais encore mal, comme si un rouleau-compresseur était passé sur ma cage thoracique.

soutien-gorge

Il faut acheter un soutien-gorge spécial, qui coûte la modique somme de 60€, esthétiquement affreux mais indispensable (à porter pendant un mois). Ajoutons-y la bande élastique, appelée « contenseur », qui pressera les seins vers le bas (sexy, non ?) pendant deux mois, vendue 50€.

Se faire refaire la poitrine n’est pas donné à tout le monde : en plus des 3000€ que coûte l’opération, il faut ajouter ce matériel (plus des crèmes) et les 300€ facturés pour l’anesthésie.

Me faire refaire les seins : la libération

La douleur a beau être importante, la satisfaction psychologique l’est bien davantage. Je me suis réconciliée avec mon corps et j’ai enfin pu entrer dans une boutique de lingerie pour acheter un soutien-gorge qui ne soit pas rembourré. J’aurais dû prévoir un budget sous-vêtements d’ailleurs, car je pouvais enfin arrêter de me priver !

Le regard des gens, particulièrement des mecs, a bien évidemment changé, mais le fait que je sois plus à l’aise dans mon corps et sans complexes joue beaucoup. Mes rapports intimes sont nettement plus intéressants, je me sens libre sans cette obsédante préoccupation !

Un an après mon opération, je me sens bien plus attirante. Je ne peux que conseiller cette étape à celles qui sont vraiment mal à l’aise avec leur corps, si elles peuvent se le permettre. Le résultat est super ; il n’y a qu’une une cicatrice sous les seins, qui sont très durs au début mais deviennent ensuite incroyablement fermes, et on récolte quelques vergetures au passage, mais ça vaut le coup !

Les critiques sur ce changement vu comme « superficiel » ne me touchent pas, car elles viennent en général de femmes ayant de la poitrine, libres de ce complexe qui m’a pourri la vie. Si vous voulez vous faire refaire la poitrine, n’hésitez pas, mais écoutez-vous, rien que vous, et votre corps !

Prudence, tout de même : choisissez soigneusement votre chirurgien, renseignez-vous sur les prothèses qu’on va vous poser et faites un suivi pour éviter tout souci postérieur à l’opération. Et surtout, n’oubliez pas de le faire pour vous, et pour personne d’autre !

À lire aussi : SCOOP ! Tes tétons sont normaux

Témoignez sur Madmoizelle !

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !

Les Commentaires
79

Avatar de Cococinulle
17 septembre 2019 à 12h35
Cococinulle
Je me demande si on peut se faire retirer toute la poitrine jusqu'à être plate pour des raisons esthétiques?
Vu que la mastectomie préventive (en cas de risque élevé de cancer du sein) est déjà très difficile à faire accepter, je pense que l'ablation de la poitrine parce qu'on trouve ça plus joli va être difficile à obtenir.
Sauf dans une démarche transgenre (désolée si le terme n'est pas adéquat, n'hésitez pas à me le dire, je ne veux vraiment blesser personne) mais alors je ne sais pas si on peut parler de raisons esthétiques dans ce cas.
1
Voir les 79 commentaires

Plus de contenus Beauté

Beauté
lisa-x-blackpink

Lisa des Blackpink continue son ascension beauté en devenant ambassadrice Haute Parfumerie pour Celine

Barbara Olivieri

03 déc 2021

Bons plans
[Site web] Visuel vertical

Pour un brushing à couper le souffle, cette brosse Revlon est à -25%

Eva Dillais

03 déc 2021

Hygiène
test-philips-sonicaire-prestige-9000-guide-achat

J’ai testé la brosse à dents électrique Philips Sonicare Prestige 9900 : que de luxe, mes aïeux

Mymy Haegel

03 déc 2021

2
Coiffure
Lady Gaga et sa permanente dans House of Gucci

La permanente 80s de Lady Gaga dans House of Gucci, entre jugement et désir incontrôlable

Beauté
Le-casting-de-Love-Island

Les ados, cibles trop faciles de la chirurgie esthétique ? Le Royaume-Uni sévit

Anthony Vincent

02 déc 2021

2
Bien-être et soin
Jeune femme portant un masque beauté sous son masque Covid

Porter un sheet mask sous son masque Covid, lubie de skincare addict ou vraie bonne idée ?

Bien-être et soin
masque-led-3

J’ai testé le masque LED de Project E Beauty et j’ai été bluffée par toutes ses options

Barbara Olivieri

01 déc 2021

Tatouage
la-tessita-par-clara-de-latour

« Besoin de savoir d’où je venais et de le marquer dans ma peau » : quand le tatouage nous relie à nos origines

Anne Chirol

30 nov 2021

Maquillage
Campagne Keith Haring pour Viva Glam

Keith Haring x VIVA GLAM de MAC, une collaboration symbolique de la lutte contre le SIDA

Sélection shopping
produits-de-beauté-cyber-monday

10 produits de beauté à shopper avant la fin du Cyber Monday

Barbara Olivieri

29 nov 2021

La société s'écrit au féminin