EnjoyPhoenix lève le tabou sur la chirurgie de réduction des seins

Complexée et gênée physiquement par une poitrine volumineuse, la sœur d’EnjoyPhoenix a choisi de se faire opérer pour réduire la taille de ses seins. Elle souhaite que le sujet cesse d’être tabou.

EnjoyPhoenix lève le tabou sur la chirurgie de réduction des seins

EnjoyPhoenix, alias Marie Lopez, avait déjà fait plusieurs vidéos sur son rapport au corps. Elle revient dans une nouvelle vidéo sur la réduction des seins de sa sœur Juliette, qui souffre d’hypertrophie mammaire.

Ce terme désigne une lourdeur excessive des seins due au développement anormal de la glande mammaire.

Compenser le manque de témoignages sur la réduction des seins

Le but du témoignage de Juliette ? Donner plus de visibilité à un sujet tabou. Elle raconte en effet ne presque pas avoir trouvé de témoignages sur le sujet avant son opération.

Elle souhaite donc que cette vidéo aide les jeunes filles qui envisageraient de se faire opérer pour réduire la taille de leur poitrine.

Les deux sœurs ont également à cœur de faire tomber le tabou existant sur la question, comme le dit EnjoyPhoenix :

« J’ai l’impression […] que c’est très courant de parler d’augmentation mammaire, […] alors qu’il y a aussi beaucoup beaucoup beaucoup de femmes qui sont victimes d’hypertrophie mammaire.

On parle pas assez du sujet de la réduction mammaire ! »

Les deux sœurs se défendent cependant d’encourager la chirurgie esthétique comme seule solution aux complexes :

« Dans cette vidéo on est pas du tout en train de pousser les gens à faire de la chirurgie ! […]

Dans le cas de Juliette, c’est aussi et surtout une chirurgie […] nécessaire à son bien-être à la fois mental, mais surtout, physique. »

La réduction de la poitrine pour se sentir mieux dans son corps et dans sa tête

Juliette souffrait de complexes à cause de la taille de sa poitrine, mais aussi d’une gêne physique très importante.

Elle avait en effet très mal au dos. Son opération a d’ailleurs été, pour ce motif, en partie remboursée par son assurance et sa mutuelle.

Le regard des autres était un poids pour Juliette :

« C’est ça aussi qui est très frustrant sur le fait d’avoir une fort poitrine. C’est que mis à part le fait que nous on se sente pas bien, les autres te font encore plus ressentir ton mal-être. »

Elle raconte que dès l’âge de 11-12 ans, les garçons l’embêtaient, allant jusqu’à lui toucher les seins.

Il était difficile pour Juliette, alors au collège, de se défendre et de comprendre que ces comportements étaient inacceptables et relevaient du domaine du harcèlement et des agressions sexuelles.

Le bilan de son opération de réduction des seins

Juliette ne regrette pas une seule seconde son opération et se sent mieux dans son corps et dans sa tête.

Sa chirurgie lui a surtout permis de travailler dans de meilleures conditions. En tant qu’éducatrice auprès d’enfants en situation de handicap, son métier est très physique.

L’opération l’a aussi aidée à faire la paix avec elle-même :

« Ça a changé ma relation de moi à moi, parce qu’avant je me regardais pas dans le miroir, je me trouvais toujours grosse, je prenais pas trop soin de moi… […]

J’ai l’impression que ça a changé le regard des autres sur moi, alors c’est peut-être bête, mais j’ai l’impression qu’on regarde moins ma poitrine. »

Chez mad, on encourage toutes les meufs à se sentir bien dans leur peau et à niquer leurs complexes.

Mais on souhaite aussi lever le tabou sur la chirurgie plastique, afin que les meufs qui ont eu besoin d’y recourir ne soient pas stigmatisées !

À lire aussi : J’ai 20 ans et je me suis fait refaire les seins — Témoignage

Faustine M

Faustine M


Tous ses articles

Commentaires

Juub

Tiens, ça me fait penser à cette bd de Naïs Quin (@naisquin sur instagram) sur le même sujet qui parle de sa propre expérience de réduction mammaire, le lien juste ici :happy:
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!