Live now
Live now
Masquer
Source : CNN
Culture

Ode à Eva Longoria, une Desperate Housewives engagée

Inoubliable Gaby dans la série culte Desperate Housewives, Eva Longoria vient de réaliser son premier film, “Flamin’ Hot”, disponible sur Disney +. Derrière son image glamour se cache une femme engagée pour les droits des femmes et de la communauté latinx. 

“La bomba latina”, “la femme de Tony Parker”, la “fashionista au fessier bombé”… Eva Longoria a beau être une femme d’affaires accomplie – actrice, productrice, entrepreneuse dans la mode et la restauration – posséder un diplôme scientifique en kinésiologie et une maîtrise en “Chicana/o Studies” (études sur la communauté Mexicaine – Américaine) achevée pendant ses années sur les plateaux de Desperate Housewives, elle est constamment ramenée à son physique ou à son ex-mari célèbre, avec une dose de fétichisation raciste en prime. Ce qui ne l’empêche pas de poursuivre une carrière exceptionnelle et d’investir des domaines où, en tant que femme et personne racisée, elle n’est doublement pas la bienvenue

Eva Longoria aime se jouer des clichés. De passage au Festival de Cannes, fief des cinéastes masculins et des “actrices muses”, la star a rempli son rôle d’égérie L’Oréal en foulant le tapis rouge dans de somptueuses tenues, tout en discutant avec Andie McDowell du sexisme dans le cinéma. Lors de la conférence Kering Women in Motion, elle constate :

« Un homme blanc peut réaliser un film avec un budget de 200 millions de dollars, échouer et en obtenir un autre. Moi j’ai une seule chance, en travaillant deux fois plus dur, deux fois plus vite et avec deux fois moins d’argent ». 

Latino excellence 

illustr-1

Sorti le 9 juin sur Disney +, son premier film, la comédie Flamin’ Hot, raconte l’histoire vraie d’une latino excellence, soit un parcours d’élévation sociale qui prouve que les personnes d’origine latinx sont capables d’exceller, quelque soit le domaine.

Dans les années 80 en Californie, Richard Montañez (Jesse Garcia), un américain d’origine mexicaine est engagé comme agent d’entretien dans l’entreprise Frito-Lay. Il ne sait ni lire, ni écrire, mais va réussir à convaincre le CEO de l’entreprise de créer une saveur pimentée pour ses Cheetos, ouvrant la marque au marché latino-américain.

De facture classique mais efficace, le film, narré en voix-off par le héros sur un mode scorsesien, explore avec humour et justesse des thèmes chers à Eva Longoria : le racisme envers les personnes latinx, l’élévation sociale par l’entrepreneuriat, la solidarité communautaire et l’importance du noyau familial. 

Eva Longoria souhaitait rendre hommage à la génération de ses parents mexicains. Au New Yorker, elle confiait :

J’adore avoir pu définir à quoi ressemble un héros dans un film. Il ressemble à mon père. Il ressemble à mon oncle. Il ressemble à tous les hommes avec qui j’ai grandi dans mon quartier.

Et il ressemble aussi à Eva Longoria, elle-même un modèle de réussite du rêve américain :

Je savais qui était Richard. Je suis Richard Montañez. On a douté de mes capacités et on m’a dit: ‘Ce travail n’est pas pour toi’, ‘Les idées ne viennent pas de personnes comme toi’, ‘Les femmes comme toi ne devraient pas faire ce travail’.

Source : ©ABC
Source : ©ABC

Si le grand public la connaît pour son rôle dans Les Feux de l’amour (2001-2003) puis pour son incarnation de la pétillante Gaby Solis dans Desperate Housewives (2004-2012), qui fait d’elle une star, Eva Longoria a acquis des compétences diverses dans l’industrie. En 2011, elle produit The Harvest, un documentaire sur le travail agricole des enfants en Amérique, puis Devious Maid (2013-2016), une série centrée sur des femmes de ménage latina et Grand Hotel (2019).

Dès 2010, elle réalise des courts-métrages, puis des épisodes de séries (Jane the virgin, Why women kill, Black-ish) et des documentaires, dont le remarqué La Guerra Civil en 2022, sur la rivalité entre deux boxeurs Mexicain et Américain-Mexicain. L’histoire de Flamin’ Hot réunissait son goût pour le genre de la comédie familiale, ainsi qu’une connaissance intime de l’expérience Mexicaine – Américaine. 

Changer le système de l’intérieur

Anecdote qui illustre bien le manque d’opportunités au cinéma pour la minorité hispanique : on n’avait pas vu une réalisatrice latina aux commandes d’un film de studio américain depuis 20 ans ! Qu’à cela ne tienne : Eva Longoria recrute des chef·fe·s de départements latinx à tous les postes de son film. Depuis longtemps, elle s’implique dans des projets caritatifs comme UnidosUS (défense des droits des personnes latino-américaines) ou One (lutte contre l’extrême pauvreté).

En 2012, elle crée la Fondation Eva Longoria, qui vient en aide aux filles et femmes latina par l’éducation ou l’entreprenariat. Dans les colonnes du New Yorker, elle explique :

Les gens pensent que notre problème numéro 1 est l’immigration. C’est faux. Nous nous soucions de l’économie. Nous nous soucions de l’emploi et nous sommes des créateurs d’emplois. […] Les talents sont là, il faut maintenant leur offrir des opportunités.”

Source : ©EvaLongoriaFoundation
Source : ©EvaLongoriaFoundation

Fervente démocrate, Eva Longoria a soutenu Barack Obama, Hillary Clinton et Joe Biden lors des dernières élections américaines. Elle n’hésite pas à s’exprimer sur des sujets comme les droits reproductifs des femmes ou à dénoncer les lois anti-immigration dans son pays. Les médias texans lui demandent régulièrement si elle souhaiterait briguer un mandat de sénatrice dans le futur.

En attendant, la star continue de s’engager, notamment contre le harcèlement de rue dans plusieurs spots L’Oréal. Cette année, elle a aussi produit et animé la série docu “Eva Longoria: A la recherche du Mexique”, centrée sur les traditions culinaires mexicaines. Quelque soit la forme que prendront ses futurs projets, une chose est sûre, Eva Longoria continuera de faire entendre sa voix.


Et si le film que vous alliez voir ce soir était une bouse ? Chaque semaine, Kalindi Ramphul vous offre son avis sur LE film à voir (ou pas) dans l’émission Le seul avis qui compte.

Les Commentaires

2
Avatar de alice-louve
18 juin 2023 à 21h06
alice-louve
J'avoue que j'ai cru qu'il s'agissait de kinésithérapie oO (= la rééducation après une chirurgie, un accident...).
Contenu caché du spoiler.

Mais sinon l'article est très intéressant ! Je serai curieuse de voir son documentaire culinaire
1
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Culture

Interview de María Riot, performer X et coordinatrice d'intimité // Source : Photo by @monica_figueras
Sexo

« Être performeuse X fait aussi de moi une meilleure coordinatrice d’intimité » : María Riot

Nora Hamzawi // Source : C à vous
Culture

Jacques Doillon : Nora Hamzawi s’oppose à la sortie du film CE2, dans lequel elle joue

le consentement // Source : jean paul rouve kim higelin
Culture

Calendrier, révélations : tout savoir sur les César 2024

1
ode-calvin-et-hobbes
Culture

Ode à Calvin et Hobbes, la lecture-doudou par excellence !

6
Source : Madmoizelle
Culture

Violences sexuelles dans le cinéma : enfin un MeToo en France ? Pour les César, 50/50 nous a répondu

« Comment redécouvrir votre sexualité ? » : Lisa Demma, autrice du livre qui décomplexe le sexe // Source : DR
Sexo

« ​​Quand on parle de libido, l’insécurité est toujours dans les parages » : Lisa Demma

Chloë Gervais // Source : URL
Société

Squeezie, Chloë Gervais et Abrège Frère : c’est quoi cette histoire de cyberharcèlement ?

7
L'affiche officielle du film Challengers de Luca Guadagnino avec Zendaya // Source : DR
Cinéma

Zendaya, Mike Faist et Josh O’Connor dans la nouvelle bande-annonce du film Challengers de Luca Guadagnino

Source : Wikimedia Commons
Société

Isild Le Besco se dénonce sa relation « d’emprise destructrice » avec Benoît Jacquot

Judith Godrèche revient sur l'émission de Laure Adler en 1995 - C Ce soir du 12 février 2024 // Source : Capture d'écran YouTube
Culture

« On s’en fiche bien que j’y aille ou pas » : Judith Godrèche balaye les rumeurs sur sa présence aux César 2024

La pop culture s'écrit au féminin