Live now
Live now
Masquer
Marlène_Schiappa_à_la_tribune_de_l’ONU_(cropped)
Politique

Nouveau gouvernement : Abad part, Zacharopoulou et Darmanin restent Schiappa revient…

Départ d’éléments accusés de viols, respect de la parité, retour de visages connus… Qui part, qui reste, qui bouge ? Suivez en direct la composition du nouveau gouvernement Borne, dont la liste a été dévoilée par un communiqué ce lundi matin.

Ceux qui partent

Damien Abad, éphémère ministre des Solidarités accusé de viol et d’agression sexuelle par plusieurs femmes quitte le gouvernement. Un nouveau témoignage venait d’ailleurs d’être dévoilé par BFMTV ce lundi matin.

Schiappa, Braun, Klein… Ceux qui arrivent

C’est l’actuel directeur général de la Croix-Rouge, Jean-François Combe, qui sera chargé de le remplacer au ministère des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées.

Marlène Schiappa revient au gouvernement en charge de l’économie sociale et solidaire et de la vie associative. Elle sera rattachée à Matignon. Elle occupait, durant le dernier mandat, le poste de ministre déléguée chargée de la Citoyenneté.

François Braun devient ministre de la Santé, en remplacement de Brigitte Bourguignon, qui avait été battue aux législatives dans la 6e circonscription du Pas-de-Calais. Médecin urgentiste, Braun est également président de Samu-Urgences de France.

Olivier Klein, maire de Clichy-sous-Bois fait son entrée au gouvernement et devient ministre délégué au Logement et à la Ville.

Patricia Mirallès, députée de l’Hérault, devient secrétaire d’État aux anciens combattants.

Geneviève Darrieussecq, ministre déléguée chargée de la Mémoire et des Anciens Combattants jusqu’en mai dernier fait son retour au gouvernement au poste de ministre chargée des Personnes handicapées, auprès du ministre de la Santé et des Solidarités.

Jean-Noël Barrot, député des Yvelines réélu aux dernières législatives est nommé ministre délégué au numérique.

Sarah El Haïry, députée du MoDem, secrétaire d’État chargée de la Jeunesse et du Service national universel sous le premier quinquennat Macron revient à ce même poste.

Dominique Faure, député LREM de Haute-Garonne est nommé secrétaire d’État en charge de la Ruralité.

Hervé Berville, député LREM des Côtes-d’Armor devient secrétaire d’État chargé de la Mer.

Carole Grandjean, députée LREM de Meurthe-et-Moselle est nommée ministre déléguée chargée de l’Enseignement et de la Formation professionnels.

Caroline Cayeux, maire de Beauvais, devient ministre déléguée en charge des Collectivités territoriales.

Olivier Becht, député du Haut-Rhin et ex-président du groupe Agir à l’Assemblée nationale, est nommé ministre délégué en charge du Commerce extérieur, de l’Attractivité et des Français de l’étranger.

Roland Lescure, député LREM des Français de l’étranger devient ministre délégué chargé de l’Industrie.

Agnès Firmin Le Bodo, députée Horizons de Seine-Maritime prend le poste de ministre déléguée chargée de l’Organisation territoriale et des Professions de santé.

Sonia Backès devient secrétaire d’État chargée de la Citoyenneté.

Bérangère Couillard, députée LREM de Gironde fait son entrée au gouvernement et devient secrétaire d’État chargée de l’Écologie.

Zacharopoulou, Darmanin, Dupond-Morreti… Ceux qui restent et ceux qui bougent

Christophe Béchu est nommé ministre de la Transition écologique. Il remplace à ce poste Amélie de Montchalin. Ce proche d’Edouard Philippe, plusieurs fois évoqué pour intégrer le gouvernement, était jusque-là ministre délégué en charge des Collectivités territoriales et maire d’Angers. Une nomination qui a déjà fait réagir, notamment la députée Nupes Sandrine Rousseau, qui critique l’engagement du nouveau ministre :

Lui ne bouge pas, et est même largement confirmé dans ses fonctions : Gérald Darmanin reste ministre de l’Intérieur et voit ses activités élargies puisqu’il sera chargé dans ce nouveau gouvernement des Collectivités territoriales et de l’Outre-mer.

Olivia Grégoire, jusque-là porte-parole du gouvernement cède sa place à l’actuel ministre des Relations avec le Parlement et ancien ministre de la Santé Olivier Véran. Elle récupère un portefeuille à Bercy avec un double périmètre : PME ainsi que commerce, artisanat et tourisme.

Clément Beaune, ministre délégué chargé de l’Europe devient ministre des Transports.

Ce dernier est remplacé à l’Europe par l’économiste Laurence Boone. Ancienne conseillère économique de François Hollande de 2014 à 2016, Boone est aussi la cheffe économiste de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques).

Chrysoula Zacharopoulou, pourtant visée par plusieurs plaintes pour viols, est maintenue dans ses fonctions de secrétaire d’État au Développement, à la Francophonie et aux Partenariats internationaux.

Franck Riester, jusque-là ministre délégué chargé de l’Attractivité et du Commerce, remplace Olivier Véran comme ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement et de la Vie démocratique. Un poste clé, au regard des futures négociations que devra mener l’exécutif avec LR et la majorité sénatoriale. Ancien ministre de la Culture puis du Commerce extérieur, Franck Riester est aussi le président d’Agir et avait été confirmé dans son poste de député de Seine-et-Marne aux dernières législatives, qu’il occupe depuis 2007.

Bruno Le Maire l’a annoncé lui-même en direct sur France Inter ce matin, le ministre de l’Économie reste à son poste. Tout comme Pap Ndiaye, ministre de l’Éducation nationale, Éric Dupond-Moretti à la Justice, Sébastien Lecornu, maintenu au poste de ministre de la Défense, Rima Abdul-Malak, ministre de la Culture, Agnès Pannier-Runacher à la Transition énergétique, Catherine Colonna à l’Europe et aux Affaires étrangères, Sylvie Retailleau à l’Enseignement supérieur et à la Recherche, Amélie Oudéa-Castéra, ministre des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques.

Plusieurs autres membres du gouvernement Borne I sont également confirmés : Marc Fesneau à l’Agriculture, Stanislas Guerini à la Transformation et à la Fonction publiques, Olivier Dussopt au ministère du Travail ou encore Gabriel Attal aux Comptes publics, Charlotte Caubel à l’Enfance et Isabelle Lonvis-Rome à l’Égalité entre les femmes et les hommes.

À lire aussi : Zacharopoulou, Daraï, Hazout… L’Ordre des médecins protège-t-il ses praticiens accusés d’agressions sexuelles ?

Les Commentaires
12

Avatar de Camility Jane
5 juillet 2022 à 06h35
Camility Jane
En enlevant Abad, le gouvernement devient paritaire en terme de personnes qui pensent que le consentement est une marque de PQ (Darmanin et Zacharopoulou).
Ce niveau de logique et de cynisme relève presque du troll. C'est incroyable.
0
Voir les 12 commentaires

Plus de contenus Politique

Politique
eric coquerel

Sexisme en politique : La France Insoumise secouée par le cas Eric Coquerel

Maëlle Le Corre

05 juil 2022

32
SEXO
Sponsorisé

Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création

Humanoid Native
Politique
Yael Braun Pivet

Yaël Braun-Pivet, première femme présidente de l’Assemblée nationale

Politique
rachel keke deputee nupes

Tout juste élue, Rachel Keke est déjà visée par des attaques de la fachosphère

Maëlle Le Corre

23 juin 2022

11
Politique
assemblee nationale jacques paquier flickr

Seulement 37% de femmes élues députées : pourquoi la parité recule-t-elle à l’Assemblée nationale ?

Maëlle Le Corre

20 juin 2022

2
Actu en France
Brigitte-Macron-transphobie-homosexualité-emmanuel-macron-france-politique-

Deux femmes devant la justice pour répondre de leurs rumeurs transphobes sur Brigitte Macron

Marie Chéreau

15 juin 2022

23
Actu en France
[Site web] Visuel horizontal Édito-2

Vous ne pouvez plus travailler à cause de votre handicap ? Élisabeth Borne vous enjoint à « reprendre une activité professionnelle »

Marie Chéreau

09 juin 2022

15
Politique
Damien Abad

Avec les accusations de viols contre Damien Abad, la grande cause du quinquennat prend (encore) un coup dans l’aile

Politique
[Site web] Visuel vertical Édito (1)

13 femmes, 14 hommes et toujours Darmanin et Dupond-Moretti

Marine Normand

20 mai 2022

45
Politique
stanislas guerini legislatives 2022

Ce n’est pas grâce à LREM qu’un condamné pour violences conjugales renonce à sa candidature aux législatives

Politique
Jérôme_Peyrat LREM député

Proche d’Emmanuel Macron et condamné pour violences conjugales, Jérôme Peyrat se fait une place aux législatives

Maëlle Le Corre

16 mai 2022

4

La société s'écrit au féminin