Live now
Live now
Masquer
Source : Jill Stein
Politique

Jill Stein : « On voit apparaître un vote de rébellion, soyez prêts ! »

Le 5 novembre prochain, l’Amérique élira son prochain président. Spoiler : ce ne sera certainement pas une femme. Pourtant, elles sont bien là, tentant désespérément de faire sauter le glass ceiling de la politique américaine. Jill Stein, 73 ans, est une habituée des campagnes présidentielles, avec les Verts elle s’est déjà présentée en 2012 et 2016. Son ambition cette année ? Mettre fin à l’hégémonie des grands partis. D’après les sondages, elle pourrait obtenir trois fois plus de votes qu’en 2016.

Cet article est le troisième épisode de la série « Yes She Can : Les ignorées de la campagne présidentielle US » signé par la journaliste Hélène Coutard. Vous pouvez lire les épisodes précédents ici :

Jill Stein a encore un peu de temps devant elle. L’historique du Green Party américain n’a pas à s’inquiéter de ses concurrents à la nomination et sera certainement officialisée candidate des Verts pour la course présidentielle lors de la convention du parti en juin. En attendant, Stein a tout le loisir de regarder se déchirer les Républicains de Trump, devant qui Nikki Haley refuse de céder, et les Démocrates de Biden, qui a désormais un boulevard devant lui après l’abandon de Marianne Williamson mais qui demeure son propre pire ennemi. Mais ce qui attend Jill Stein après l’été n’a rien de reposant : une campagne présidentielle en forme de sprint face à deux mastodontes qui ne manqueront pas d’essayer de l’écraser. 

L’année des indés ?

Pourtant, 2024 pourrait bien être l’année des outsiders. En octobre 2023, 63 % des Américains affirmaient déjà qu’un troisième grand parti était nécessaire, face à l’hégémonie des Républicains et des Démocrates. Ils n’avaient jamais été aussi nombreux à le penser, depuis que Gallop a commencé à les sonder sur le sujet en 2003. « Cela fait déjà deux ou trois ans que les Américains ne veulent pas de ce nouveau duel Trump-Biden », affirme Marie-Christine Bonzom, politologue spécialiste des États-Unis et ancienne correspondante à Washington pendant trente ans. « 2024 est l’année la plus propice pour élire un candidat indépendant ou d’un petit parti, le terrain n’a jamais été aussi fertile que depuis le dernier score historique d’un candidat indépendant, en 1992 avec Ross Perot. »

Ce désintérêt pour les deux « gros candidats » a déjà nourri les campagnes du professeur Cornel West, qui a déserté les Verts pour se présenter en solo, et de Robert F. Kennedy Junior, le neveu de JFK qui surfe sur la vague complotiste. Mais il sert aussi la discrète Jill Stein et son parti écolo. Bien décidée à jouer cette carte maîtresse, la candidate déclarait en décembre à Politico : « Les deux partis sont à la botte de Wall Street, ce sont leurs contributeurs qui décident ; des banquiers, des millionnaires, des barons des énergies fossiles… Ils sont déconnectés. Ce sont des zombies qui ne répondent pas à l’urgence dans laquelle nous sommes. » 

Le Green New Deal ou rien 

Contrairement aux « zombies », Jill Stein n’a pas toujours été une professionnelle de la politique. Originaire de Chicago et diplômée d’Harvard, elle a exercé en tant que médecin pendant plus de vingt-cinq ans dans la région de Boston. Mais en 1998, elle commence à s’inquiéter des conséquences de la pollution sur la santé de ses patients et manifeste contre les usines polluantes du Massachussetts. Elle rejoint alors le jeune Green Party en 2002, qui vient d’être crée l’année précédente.

« Le parti des Verts est le quatrième parti américain », note Bonzom. « Bien qu’il soit le plus récent, il a une véritable influence sur le débat politique national et sur l’évolution du parti démocrate, qui lui emprunte certaines idées (dans une version édulcorée), comme celle d’un système universel et public de santé, ou celle du Green New Deal. » Le Green New Deal, un nom qui revient souvent depuis près de quinze ans. Introduit par les Verts en 2010, il vise une neutralité carbone d’ici 2030, une réduction du chômage à travers la création de vingt millions d’emplois, et la fin de l’exploitation de matières polluantes. Il est aussi au cœur du programme de Stein.

« Jill Stein et les Verts font valoir que le Green New Deal à la Biden n’est pas à la hauteur des enjeux. Ils lui reprochent notamment d’avoir renié sa promesse électorale d’interdire la fracturation hydraulique et de tromper les Américains en affirmant que le nucléaire et le gaz naturel liquéfié sont des énergies propres », analyse Marie-Christine Bonzom. Mais ce programme suffira-t-il à convaincre les électeurs américains, dont seulement 37 %, l’année dernière, pensaient que le changement climatique devait être une priorité ? « Il se peut qu’il attire des électeurs qui sont déçus de Biden sur l’environnement, mais ce dossier ne suffira pas à emporter l’adhésion. À ce stade, c’est aussi l’appel du Green Party à un cessez-le-feu immédiat entre Israël et le Hamas qui peut séduire des électeurs jeunes ou arabo-musulmans, notamment parmi ceux qui avaient voté Biden en 2020. » En janvier 2024, un nouveau sondage YouGov démontrait qu’un Américain sur trois considère qu’Israël commet un génocide à Gaza. 

Jill Stein, trouble-fête ?

Cette année, Jill Stein entame sa troisième élection présidentielle. En 2016, elle avait remporté 1 % des voix du vote national – soit 1,6 million de votes. Suffisant pour que le parti démocrate l’accuse d’avoir fait gagner Donald Trump, car dans certains États clés comme le Michigan, le Wisconsin ou la Pennsylvanie, Hillary Clinton aurait pu l’emporter si les voix de Stein lui étaient revenues. Une menace, celle dite du « trouble-fête », spoiler en anglais, que les Démocrates agitent encore aujourd’hui, et à laquelle Jill Stein répond : « La notion même de trouble-fête est anti-démocratique car elle implique que l’électeur n’a pas le droit de choisir pour qui il vote. »

« Le camp Biden ressort la sempiternelle accusation de trouble-fête contre Stein et les autres candidats alternatifs, mais elle est infondée historiquement : Ross Perot, le candidat indépendant le plus performant de l’histoire, avait puisé l’essentiel de ses voix chez les indépendants, les abstentionnistes et les électeurs qui avaient déjà renoncé à soutenir un grand parti », précise Marie-Christine Bonzom. Un dernier sondage de Quinnipiac University, daté du 21 février, attribue à Jill Stein 3 % des votes – soit trois fois plus qu’en 2016.

Mais qui pourra réellement voter Stein le 5 novembre prochain ? Si pour les deux grands partis, l’accession au ballot dans tous les États est automatique, ce n’est pas le cas pour les petits partis. Comme à leur habitude, les partis démocrate et républicain ont forgé un système électoral qui les avantage. « Pour les candidats situés hors des partis qui contrôlent la vie politique, accéder au bulletin dans tel ou tel État est une tâche monumentale qui mobilise une part considérable des bénévoles et des fonds », explique Bonzom. Actuellement, le Green Party a gagné l’accès au vote dans vingt États sur cinquante : suffisamment pour théoriquement l’emporter. Jill Stein, de son côté, se prépare à enfiler ses gants. « On voit apparaître un vote de rébellion, et cela fait bien longtemps que ça couve », disait-elle dès l’automne 2023. « Le peuple américain réclame des options, alors soyez prêts ! » 


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Politique

Deux femmes en blouse blanche devant un microscope // Source : Alena Shekhovtsova de corelens
Politique

Être intelligent rendrait de gauche, d’après une étude qui n’étonnera que les gens de droite

23
Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Source : Aurore Bergé sur Europe 1 - Capture d'écran
Politique

Aurore Bergé aurait empêché le recrutement d’une fonctionnaire pour une raison révoltante

3
Source : Capture vidéo
Politique

IVG : Emmanuel Macron veut inscrire l’avortement dans  la charte des droits fondamentaux de l’Union européenne

Élisabeth Borne // Source : Capture d'écran Youtube
Politique

Pour Elisabeth Borne le « sexisme insidieux » en politique est encore trop présent

Julien Bayou à l'Assemblée nationale
Société

L’ex-compagne de Julien Bayou porte plainte contre « harcèlement moral » et « abus frauduleux de l’état de faiblesse »

La députée LFI Ersilia Soudais a porté plainte pour viol contre le militant Damien Cassé // Source : Capture d'écran photo de profil Twitter d'Ersilia Soudais
Actualités France

La députée LFI Ersilia Soudais a porté plainte pour viol contre le militant Damien Cassé

Réforme des retraites // Source : © Sénat - Palais du Luxembourg
Politique

Droit à l’avortement : le Sénat approuve la constitutionnalisation de l’IVG

4
Source : Canva
Politique

Nikki Haley : « Le premier parti à mettre à la retraite son candidat de 80 ans gagnera cette élection »

Source : Canva
Politique

Marianne Williamson : « Vous ne savez pas ce qu’est la misogynie avant d’avoir été candidate à la présidentielle ! » 

Source : © EC
Société

13 membres de la CIIVISE 1 demandent à Sarah El Haïry de pouvoir reprendre leur travail

1

La société s'écrit au féminin