Live now
Live now
Masquer
national-cancer-institute-L8tWZT4CcVQ-unsplash
Santé

Naturopathes, magnétiseurs… Doctolib va bannir 5700 praticiens de la plateforme

Dans une interview publiée par Le Monde, mardi 26 octobre, Stanislas Niox-Chateau, le patron de la plate-forme médicale Doctolib a annoncé le déréférencement de 5 700 praticiens.

Adeptes des naturopathes, aficionados des magnétiseurs ou encore des sophrologues, c’est fini, vous ne trouverez plus ces spécialistes sur Doctolib. Le PDG du leader de la prise de rendez-vous médicaux en ligne, Stanislas Niox-Chateau, a annoncé, dans une interview publiée le 26 octobre dans Le Monde, que les professions non réglementées allaient être supprimées. 5 700 praticiens sont concernés par ce déréférencement. L’objectif, selon Stanislas Niox-Chateau : « se recentrer sur les professions réglementées ». 

Naturopathe, magnétiseurs… Des praticiens controversés

Ce revirement fait suite à une polémique née sur les réseaux sociaux au mois d’août dernier, questionnant la réelle compétence médicale des naturopathes. En cause, la publication par le collectif L’Extracteur, d’un entretien vidéo dans laquelle Irène Grosjean, naturopathe controversée, conseille de prodiguer des soins aux enfants malades consistants à leur « frictionner » le sexe. Le lendemain, l’ordre des médecins adressait un communiqué à Doctolib, dans lequel il demandait « de renforcer ses règles éthiques pour s’inscrire sur sa plate-forme », regrettant que des professions « ne s’inscrivant pas dans l’ordre médical » y soient référencées. Pas besoin de le dire deux fois, Doctolib avait aussitôt annoncé le lancement d’une large consultation incluant une quarantaine d’acteurs : autorités sanitaires, ordres de santé, représentants des professionnels, associations de patients… avec les conclusions que l’on connaît : désormais, « seuls les professionnels qui ont un numéro ADELI ou RPS, qui sont référencés par les autorités sanitaires, pourront utiliser les services de Doctolib ». Pour les autres, ils disposent de 6 mois pour s’organiser avant de disparaître de la plate-forme. 

« Responsabilité » de Doctolib sur l’information fournie aux patients

En tant qu’acteur du monde de la santé, nous avons une responsabilité. Nous nous recentrons aujourd’hui sur le cœur de nos missions, et c’est sain.

Stanislas Niox-Chateau

Si Doctolib, par la voix de son PDG, ne remet en question ni la légalité ni les effets bénéfiques de ces « activités du bien-être », il met toutefois en avant « la responsabilité sur l’information fournie aux patients » par la plate-forme. Une responsabilité aux conséquences économiques coûteuses, si l’on en croit le PDG. Comme les autres, les praticiens qui vont disparaître de Doctolib payaient 100 euros par mois pour y figurer. Multipliés par 5 700, c’est une somme rondelette pour la plate-forme qui, comme le mentionne son patron, n’est pas encore rentable. 

À lire aussi : Les professionnels de santé alertent sur les manques de moyens pédiatriques

Visuel de Une : Unsplash / National Cancer Institute

Les Commentaires
6

Avatar de BloodOfHell
5 novembre 2022 à 08h24
BloodOfHell
Mais... Ils l'indiquent ouvertement, comment ça ? Du genre ils écrivent ou disent cash "on prends pas les personnes trans" ? Ils ne risquent déjà pas des sanctions dans ce cas ?
(Désolé pour le temps de réponse, j'avais pas vu qu'on m'avait répondu ... )
Pour te répondre clairement, en soit y a trois types de cas quand tu cherches par exemple un•e endocrinologue (qui est le cas où ce que je citais est le plus présent) :
- soit y a la possibilité de choisir directement dans les raisons du rdv que tu viens pour un parcours de transition médicale (et là c'est le top, mais c'est extrêmement rare)
- soit y a rien marqué, donc tu sais pas le point de vue de la personne et tu sais pas trop quoi choisir
- soit y a marqué dans la présentation, je cite « le docteur *** ne prend pas en charge les demandes de dysphorie de genre / transidentité », avec les variantes « parcours dysphorique (patients transgenres) », etc
Du coup, oui, c'est marqué cash. Après, vu que ça concerne une minorité et que le monde médical et juridique est pas mal transphobe, c'est un peu acté que les gens s'en foutent. Surtout qu'honnêtement, je cherche actuellement un•e endocrinologue, pis c'est une grosse majorité qui indique ça (sur dix practicien•ne•s hors dépassements d'honoraires, je dois en avoir bien sept où c'est dit, ou sous-entendu fortement, ou alors quand t'appelles on te dit « bah non, on reçoit pas pour ça »), c'est super banalisé.
2
Voir les 6 commentaires

Plus de contenus Santé

pexels-anna-shvets-vih ruban rouge
Société

C’est quoi la sérophobie, la discrimination à l’encontre des personnes vivant avec le VIH ?

Maëlle Le Corre

01 déc 2022

Sexo
Sponsorisé

Quatre choses à savoir sur les orgasmes multiples

Humanoid Native
Femme dans un lit d'hôpital devant une IRM
Santé

Non, nous ne sommes pas toutes et tous égaux face au cancer 

Camille Lamblaut

29 nov 2022

pexels-daria-liudnaya-8166408
Body positive

On vous emmène dans un institut de beauté différent, qui prend soin de tous les corps

Anthony Vincent

25 nov 2022

6
bebe-vaccin
Santé

40 millions d’enfants dans le monde sont privés de vaccins contre la rougeole

luis-melendez-Pd4lRfKo16U-unsplash
Santé

Au Royaume-Uni, les infirmières annoncent une grève historique

Camille Lamblaut

25 nov 2022

Psychologue-gratuit-cheque-psy-etudiant
Actu en France

Pédopsychiatrie : les professionnels de la Seine-Saint-Denis sonnent l’alarme 

Camille Lamblaut

24 nov 2022

1
pexels-mart-production-violences conjugales
Féminisme

Mon copain m’a frappée : comment réagir, que faire quand on est victime de violences dans son couple ?

Chloé P.

23 nov 2022

44
ok-2
Beauté

Une étude montre que 70% des shampoings secs testés contiennent du benzène et c’est un problème

Barbara Olivieri

23 nov 2022

4
adrien-olichon-JwYtRXTtZBQ-unsplash
Santé

Qu’est-ce que la « 3-MMC », cette drogue populaire présentée comme la nouvelle cocaïne en moins cher ?

Camille Lamblaut

22 nov 2022

volodymyr-hryshchenko-e8YFkjN2CzY-unsplash
Santé

Sur TikTok, une tendance promeut l’utilisation d’un antidiabétique pour maigrir (et c’est dangereux)

Camille Lamblaut

22 nov 2022

4

La vie s'écrit au féminin