Live now
Live now
Masquer
sans un bruit 2
Revues de films

Mix d’angoisse et émotion, « Sans un bruit 2 » gagne son pari haut la main

16 juin 2021
Sans un bruit 2 invite la peur à l’extérieur : les Abbott doivent quitter leur ferme, ouvrir les portes d’un nouveau monde… et le résultat est topissime !

En partenariat avec Paramount Pictures (notre Manifeste)

Des monstres, une famille courageuse et… l’extérieur. Dans Sans un bruit 2, on quitte le semi-huis clos du premier opus afin de suivre la famille Abbott au grand air. Et ce nouveau décor vient avec son lot de surprises, bonnes ou mauvaises ! Surprises qui resserreront les liens familiaux, amicaux et permettront aux différentes personnalités de s’affirmer…

Une recette efficace qui devrait vous faire vibrer dès le 16 juin au cinéma.

SANS UN BRUIT 2 Bande Annonce VF (2020) Emily Blunt, Cillian Murphy

Nouveau décor pour une nouvelle vie (et un nouveau genre)

Pour vous rafraîchir un peu la mémoire, le premier volet de Sans un bruit se déroulait dans une ferme. On y suivait la famille Abbott harcelée par des monstres ultrasensibles au son. Faire du bruit, même discrètement, n’était donc pas permis, quelle qu’en soit la raison…

Dans Sans un bruit 2, c’est la même ambiance, sauf que le décor change : après avoir repéré un feu, les Abbott décident de quitter leur ferme et d’aller chercher de l’aide. Aide qu’ils trouvent auprès d’Emmett, un ancien ami de la famille.

Seulement voilà, explorer un paysage post-apocalyptique alors qu’on a un nourrisson et que des monstres se guidant par le son n’attendent que de nous dévorer, ce n’est pas facile. Du tout.

Mais malgré les nombreux périls auxquels Regan (Millicent Simmonds), Marcus (Noah Jupe) et Evelyn (Emily Blunt) sont confrontés, l’horreur laisse dans Sans un bruit 2 place au thriller.

Je rassure les aficionadas de l’horreur : j’ai eu peur. Mais la terreur se dissipe un peu, parce qu’on voit et entend beaucoup de choses, ce qui laisse moins de place à l’imagination, et donc à la frayeur. On reste angoissée — les courses-poursuites ne nous laissent pas le temps de reprendre notre souffle — mais le fait de voir et d’entendre laisse nos sens se reposer. Un peu.

Peut-être que les fans de films d’horreur trouveront ce deuxième volet trop doux par rapport au premier, mais l’intrigue et les personnages rattraperont sûrement cette potentielle fausse note.

Deux histoires parallèles touchantes

En effet, si nos sens se reposent (un peu, j’insiste) ce n’est pas le cas de Regan, qui ne chôme pas ! Cette dernière, ayant remarqué qu’une chanson passe fréquemment à la radio, s’entête : espérant tomber sur d’autres survivants, elle part à la recherche du signal.

Une bonne partie du film se concentre donc sur sa quête, et celle d’Emmett, qui accepte de l’accompagner.

Pendant ce temps, Evelyn et Marcus restent dans l’usine désaffectée qui leur sert de refuge. C’est alors qu’Evelyn doit sortir pour récupérer des médicaments pour son fils, celui-ci s’étant blessé en arrivant chez Emmett. Et c’est le début d’une nouvelle série d’emmerdes.

Si le groupe de base est donc scindé en deux, cela n’empêche pas ses différents membres de s’entraider comme jamais, me mettant parfois la larme à l’œil.

L’angoisse ne prend pas le pas sur l’émotion, et c’est pour moi un point fort du film. L’histoire familiale est poignante, autant que les sacrifices et les risques qu’ils sont prêts à prendre les uns pour les autres. Sans parler des dialogues très touchants qui sont d’une grande efficacité. Et heureusement, vu qu’il y en a très peu.

La famille, le deuil, l’amitié, l’altruisme, tous ces thèmes sont brillamment abordés dans Sans un bruit 2 — sans jamais céder à des scénarios niais ou improbables. Chapeau !

Une héroïne, dans tous les sens du terme

Tous le casting de Sans un bruit 2 mérite une standing ovation pour m’avoir transmis toutes ces émotions. Mais Millicent Simmonds mérite des hourras d’un nouveau genre… Sa performance dans le film m’a bluffée.

Dans le film, l’actrice interprète Regan, une jeune fille sourde. D’un courage extraordinaire, loin du cliché de l’ado rebelle, elle prend en main le destin de sa famille en s’aventurant hors de l’usine, seule. Ses choix sont (presque) toujours réfléchis et désintéressés : a queen.

J’ai également été marquée par le traitement de son handicap. Loin d’être une fatalité ou un fardeau, celui-ci est traité comme une caractéristique dont elle peut parfois se servir, et parfois non. Comme toutes les caractéristiques physiques, en fait. Je le craignais un peu, mais le film ne tombe pas dans le « faites de vos faiblesses une force », ce qui m’aurait gavée.

Bref, le personnage de Regan est super bien construit, et ça fait plaisir. Mais s’il y a un troisième volet, j’espère quand même qu’elle pourra se reposer un peu ! Les filles et les femmes qui sauvent tout le monde là, il faut y aller un peu mollo, hein.

En étendant l’univers de Sans un bruit, John Krasinski faisait un pari risqué : celui d’en dénaturer l’intrigue. Mais Sans un bruit 2 est le fruit d’une excellente recette : le développement des personnages est intéressant (même si leurs décisions sont parfois inattendues) et l’intrigue est aussi émouvante qu’haletante, que demander de plus ? Rendez-vous au cinéma le 16 juin !

À lire aussi : Comment se préparer à jouer dans un film d’horreur ? Gaïa Weiss (« Méandre ») raconte

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Revues de films

Revues de films
everything leonine

Une mère chinoise met Marvel KO : foncez voir Everything Everywhere All at Once au cinéma

Maya Boukella

31 août 2022

1
Cinéma
I’m your man film

L’homme idéal est-il un robot ? On décrypte le film I’m your man

Maya Boukella

21 juin 2022

Revues de films
Sweat 3

SWEAT : une occasion manquée de parler de l’envers du décor de l’influence

Maya Boukella

15 juin 2022

1
Cinéma
MEN ALEX GARLAND

La masculinité toxique fait toute la terreur de MEN, nouveau film d’horreur d’Alex Garland

Maya Boukella

08 juin 2022

Cinéma
Affiche du documentaire Nous d'Alice Diop

Pourquoi Nous, le documentaire d’Alice Diop s’avère essentiel avant la présidentielle ?

Anthony Vincent

19 fév 2022

Revues de films
critique-licorice-pizza

Évadez-vous de cet hiver glacial avec Licorice Pizza, son acné, ses crop tops et sa romance adolescente

Kalindi Ramphul

06 jan 2022

Revues de films
matrix-4-critique

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

Kalindi Ramphul

22 déc 2021

4
Revues de films
une-femme-du-monde-critique-film

Naturaliste, nuancé, puissant : Une femme du monde parle de prostitution sans glamour ni misérabilisme

Kalindi Ramphul

10 déc 2021

Revues de films
dernier-duel-jodie-comer

Le Dernier duel, la fresque médiévalo-féministe de Ridley Scott, mérite-t-elle tout ce foin ?

Kalindi Ramphul

15 oct 2021

28
Interviews cinéma
ozon-verticale

« C’était beau, mais j’ai eu peur » : François Ozon aborde la fin de vie digne dans Tout s’est bien passé

Kalindi Ramphul

21 sep 2021

La pop culture s'écrit au féminin