Les meilleurs mèmes sur le plantage de l’école à la maison


Dans certaines régions, les élèves et profs ont galéré à se connecter aux espaces numériques de travail pour continuer l'enseignement à distance une fois les écoles fermées. Et les tentatives de justification du ministre de l'Éducation nationale ont inspiré Twitter...

Les meilleurs mèmes sur le plantage de l’école à la maison

Depuis mardi 6 avril, les élèves de France ont renoué avec les cours en ligne, fermeture des établissements scolaires oblige. Ils ont aussi retrouvé des galères de connexion, comme lors du premier confinement.

Pourtant, tout était prêt selon notre ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer — renommé depuis Jean-Mytho par Libération… et vous allez vite comprendre pourquoi !

« Le chien a mangé mon devoir serveur informatique »

Comme un élève qui n’a pas bien révisé ses leçons, Jean-Michel Blanquer a dû improviser et trouver des justifications pour expliquer les nombreux bugs rencontrés par les élèves et les profs dans certaines régions. Et puisque « le chien a mangé mon serveur informatique » avait peu de chances de passer, il a fallu trouver d’autres coupables…

Première tentative : imputer les difficultés de connexion à l’incendie subi par l’hébergeur OVH près de Strasbourg le mois dernier. Pas de bol, l’entreprise dément très vite toute responsabilité.

Deuxième tentative : une attaque venue de l’étranger aurait ciblé le site du CNED. Hélas, d’après des sources internes au Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale contactées par Médiapart, aucune attaque « venue de l’étranger » n’a été identifiée.

Troisième tentative : les hackers ne seraient autres que des élèves malveillants qui auraient loué des « machines zombies » pour éviter de bosser.

Bon… Jean-Mich’, entre nous, ça serait peut-être plus simple de reconnaître que comme lors du premier confinement, les serveurs n’étaient pas prêts à gérer l’afflux de connexions sur les plages 9h-12h et 14h-17h ?

#BlanquerFail : mieux vaut en rire qu’en pleurer

En tout cas, l’occasion était trop belle pour ne pas se saisir des mensonges du ministère afin de s’en moquer, et comme il vaut mieux en rire qu’en pleurer, voici les meilleurs mèmes et tweets que nous avons repérés sur le sujet.

(Oui, parce que si on voulait, il y a vraiment de quoi pleurer sur les difficultés rencontrées par les enseignants pendant la pandémie et sur le manque de préparation du ministère concernant l’enseignement à distance, alors qu’on sait combien il accentue les inégalités entre les élèves et le risque de décrochage.)

Allez, on commence avec ces fameuses attaques venues de l’étranger. De Corée du Nord peut-être ?

À moins que les Russes ne soient mouillés dans l’affaire.

Quelle que soit la nationalité des hackers, certains profs coquinous espèrent bien pouvoir en profiter pour se délester de quelques corrections de copie.

Dans ce genre de moment, on aimerait bien être une petite souris pour assister aux échanges entre le Président et ses ministres…

En tout cas, si Jean-Michel Blanquer a besoin d’autres excuses, les internautes ont quelques idées :

Sinon, niveau langue de bois, on peut toujours faire comme pour l’application Stop Covid (ou TousAntiCovid ? C’est chaud à suivre, ces changements de nom…) :

Et puis, ces fails nous auront au moins permis de vivre le grand retour des mèmes à base de Martine, un classique qui ne se démode pas :

Allez, hop, un petit dernier pour la route :

Allez, bon courage à tous et toutes — parents, élèves et profs ! Et merci aux blaguistes de Twitter de continuer à nous faire rire dans cette période compliquée.

À lire aussi : 17 tweets marrants pour rire (plutôt que pleurer) de la séparation des Daft Punk

Clémence Boyer

Clémence Boyer


Tous ses articles

Commentaires

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!