Live now
Live now
Masquer
media_file_8559
Arts & Expos

Lee Miller, ORLAN, Cindy Sherman… Les femmes artistes à (re)découvrir à Arles

Les Rencontres internationales de la photographie d’Arles, qui se tiennent tout l’été et jusqu’au 25 septembre, mettent cette année à l’honneur de nombreuses artistes plasticiennes et photographes, contemporaines ou disparues. L’occasion rêvée de flâner en Camargue et d’en apprendre plus sur l’Histoire de l’art au féminin.

Lee Miller – Photographe de mode, reporter de guerre

Arles dédie cet été une exposition à la photographe américaine Lee Miller (1907-1977) et à son travail prolifique d’artiste aux mille visages. Si Miller entame sa carrière dans le milieu de la mode et fréquente longtemps les surréalistes parisiens avant d’ouvrir son propre studio de photographie à New York, elle est également reporter durant la Seconde Guerre mondiale. Documentant la Libération et les camps de concentration pour le magazine Vogue, Lee Miller est ainsi à l’origine de témoignages aussi douloureux que précieux sur cette période sombre de l’histoire européenne. À travers son travail, elle a contribué à ouvrir les yeux de la société civile sur la réalité de la guerre. Une rétrospective à aborder avec le cœur bien accroché.

Où ? Espace Van Gogh, place Félix Rey, Arles

Pour en savoir plus : l’épisode « Lee Miller, une combattante » de l’émission Grande Traversée pour France Culture

Babette Mangolte – Capter le mouvement dans l’espace

Photographe proche du monde de la danse et du théâtre, lauréate 2022 du prix Women in motion des Rencontres, Babette Mangolte a documenté la scène new-yorkaise expérimentale des années 1970 à travers une profusion de clichés et de films. Développant un langage photographique rigoureux autour des notions de mouvement, d’espace et de regard, elle immortalise le travail de nombreux chorégraphes et metteurs en scène de cette époque : on y découvre les pas de danse postmodernes de Trisha Brown et Yvonne Rainer, les pièces de théâtre avant-gardistes du dramaturge Richard Foreman mais aussi le visage complice de la réalisatrice Chantal Akerman. Témoin d’une époque et d’un milieu, l’œuvre de Babette Mangolte déborde d’énergie créatrice et donne envie de se précipiter dans une salle de spectacle.

Où ? Église Sainte-Anne, 8 place de la République, Arles

Pour en savoir plus : l’interview de Babette Mangolte sur Radio France pour l’émission Entretiens sur l’art

Une avant-garde féministe – Photographies et performances des années 1970 de la collection Verbund

image1
« Orlan accouche d’elle-même », Orlan, 1964, collection de l’artiste

Exposition phare des Rencontres, Une avant-garde féministe réunit le travail de 71 femmes artistes autour de la question de l’émancipation féminine. Ancré dans les années 70 et leurs revendications sociales, leur travail s’emploie à déconstruire et à malmener la définition patriarcale de la femme en dénonçant son enfermement et les inégalités auxquelles elle se heurte à cette époque. Traitant aussi bien de domesticité que de sexualité, l’exposition donne ainsi à voir une grande profusion d’œuvres plus ou moins subversives et témoigne de la vitalité des artistes femmes de cette période. Si l’on regrette l’angle essentiellement blanc et bourgeois de la sélection – collection privée viennoise oblige, c’est néanmoins l’occasion de (re)découvrir le travail de pionnières telles que Valie Export, Annette Messager, ORLAN, Cindy Sherman ou encore Martha Wilson.

Où ? La Mécanique Générale, 3 avenue Victor Hugo, Arles

Frida Orupabo – À quelle vitesse chanterons-nous

image0
« Fille au coussin », Frida Orupabo, 2022, courtesy Galerie Nordenhake

En sortant des avant-gardes féministes, ne ratez pas la (trop courte) exposition consacrée au travail de l’artiste norvégienne-nigériane Frida Orupabo. Née en 1986, sociologue de formation, l’artiste réfléchit par le prisme de ses collages géants qui questionnent la race, le corps et le genre. Exploitant aussi bien des archives coloniales que familiales, Frida Orupabo dénonce ainsi la fétichisation du regard porté sur les corps noirs féminins et la violence qui l’accompagne. À la façon d’un docteur Frankenstein des temps modernes, elle découpe puis réassemble ses sujets et livre une œuvre aussi dérangeante que fascinante, qui nous parle de brutalité, ainsi que de réappropriation identitaire.

Où ? La Mécanique Générale, 3 avenue Victor Hugo, Arles

Pour en savoir plus : « J’avais faim d’images qui me ressemblent », interview de l’artiste pour la chaîne Louisianna

Bettina Grossman – Bettina. Poème du renouvellement permanent

La salle Henri-Comte accueille cette année la première exposition monographique du travail de l’artiste Bettina Grossman, disparue l’an dernier. Figure isolée du monde de l’art, installée à l’Hôtel Chelsea à New York, Bettina Grossman est à l’origine d’une œuvre protéiforme mêlant photographie, peinture, design et vidéo. Elle développe ainsi un langage artistique unique, proche de l’obsession, construit autour de la répétition et de la déclinaison de motifs aussi bien géométriques que textuels, sous forme de séries. On peut ainsi y admirer son œuvre, Deux heures dans la vie d’un cheveu photographié dans un évier à l’intervalle d’une minute tout en étant agité par l’eau courante -prolongation de l’expérience avec le dessin au trait. Mais aussi ses observations des vas-et-viens new-yorkais. Aussi drôle que méticuleux, le travail de Bettina Grossmann détonne et ravit à la fois.

Où ? Salle Henri Comte, 28 rue de l’Hôtel de ville, Arles

Pour en savoir plus : le documentaire Dreaming walls : Inside the Chelsea Hotel, réalisé par Amélie van Elmbt et Maya Duverdier. Prochainement en salles

Photo de une : Babette Mangolte. Lucinda Childs danse son solo « Katema » dans son loft de Broadway, 1978. Courtesy Babette Mangolte.

À lire aussi : Photographie, gastronomie et féminisme : les meilleures expositions à voir en France cet été


Écoutez l’Apéro des Daronnes, l’émission de Madmoizelle qui veut faire tomber les tabous autour de la parentalité.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Arts & Expos

Source : ildipapp / Canva
Culture

La culture de la diaspora maghrébine célèbre sa richesse au salon du monde arabo-amazigh

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
« Cosmic Latte se demande à quoi ressemblerait le monde sans racisme » : Sonya Lindfors, chorégraphe // Source : Uwa Iduozee / Zodiak - center for new dance, UrbanApa, Sonya Lindfors
Arts & Expos

« Cosmic Latte se demande à quoi ressemblerait le monde sans racisme » : Sonya Lindfors, chorégraphe

Le photographe de mode Paolo Roversi s’expose au Palais Galliera, et c’est hypnotique
Mode

Comment l’expo photo de Paolo Roversi au Palais Galliera va vous hypnotiser

Dolorès Marat, "La femme aux gants", 1987. Tirage pigmentaire Fresson Collection MEP, Paris, acquis en 2006. // Source : © Dolorès Marat
Arts & Expos

Annie Ernaux, en textes et en photos, s’expose à la MEP jusqu’au 26 mai 2024

MAD paris
Arts & Expos

Paris : Avant les Jeux Olympiques 2024, 5 expos autour du sport, au musée et ailleurs

Berthe MORISOT (1841-1895) Autoportrait, 1885 Huile sur toile, 61 x 50 cm Paris © musée Marmottan Monet, Paris
Culture

Berthe Morisot : à la découverte de la peintre invisibilisée du mouvement impressionniste

Rocky 6 sera joué du 31 janvier au 4 février 2024 au Lavoir Moderne Parisien // Source : Madeleine Delaunay
Culture

« Pour sortir l’intersexuation du seul champ de l’intime, j’ai écrit la pièce de théâtre Rocky 6 » : Alice Etienne

Giselles Photo Pascal Elliott 7
Arts & Expos

Trois raisons de découvrir Giselle(s), le ballet romantique remis au goût du jour

Source : affiche officielle de l'expo avec une oeuvre d'Annette Messager
Culture

L’exposition Affaires personnelles explore les liens entre art contemporain et solidarité

Léa MKL // Source : Cactussand
Culture

Léa MKL : « C’est important d’exprimer ce qu’on a sur le cœur et d’en faire des archives »

La pop culture s'écrit au féminin