Live now
Live now
Masquer
enjoyphoenix-enfants
Parentalité

« Je ne suis pas un ventre » : le coup de gueule d’EnjoyPhoenix contre la pression à enfanter

La vidéaste EnjoyPhoenix, de son vrai nom Marie Lopez, consacre une longue vidéo à la question du mariage et des enfants : elle ne souhaite ni l’un ni l’autre dans sa vie, et surtout, elle en a MARRE qu’on lui demande « C’est pour quand ? »

« Mais pour qui vous vous prenez ? »

Le moins qu’on puisse dire, c’est que Marie « EnjoyPhoenix » Lopez ne prend pas de pincettes dans sa dernière vidéo, intitulée (tout en minuscules, comme souvent sur YouTube en 2021) mon problème avec le mariage et les enfants. : elle n’hésite pas à y apostropher frontalement celles et ceux qui lui mettent la pression pour qu’elle rentre « dans le moule ».

Car elle ne souhaite pas y rentrer, dans ce moule. Et à seulement 26 ans, elle en a déjà marre qu’on essaie de l’y forcer.

EnjoyPhoenix ne veut pas d’enfants, et c’est son choix

Comme souvent, la vidéaste s’exprime avec sincérité dans une longue vidéo qu’on devine peu scriptée : les mots viennent du cœur, les émotions aussi, le discours s’égare parfois avant de retomber sur ses pattes. Mais jamais tout ça ne vient affaiblir le fond, et le message passe.

Ce message, EnjoyPhoenix l’adresse directement à tous ceux et toutes celles qui, sans penser à mal, lui demandent de plus en plus régulièrement : « À quand le mariage ? À quand les enfants ? » — mais aussi aux gens qui entretiennent des idées reçues délétères sur la procréation, estiment qu’il est « égoïste » de ne pas vouloir se reproduire ou répandent des fausses croyances sur la vie de parent.

« On ne va pas me dire que quand tu as des enfants, t’es aussi libre que quand tu n’en as pas », assène la jeune femme : impossible pour elle de ne pas voir son quotidien changer en profondeur si elle décidait de faire un bébé. Et ce changement, elle ne le souhaite pas, pour de nombreuses raisons qui n’appartiennent qu’à elle mais qu’elle évoque en filigrane dans la vidéo — on comprend que par son vécu, sur lequel elle ne souhaite pas s’étendre, elle a du mal à se projeter dans le mariage et encore plus dans la maternité.

De plus en plus engagée au fil des années, EnjoyPhoenix écrit noir sur blanc (ou plutôt blanc sur noir, vu le design choisi) dans sa vidéo : « Mon utérus, mon choix ». Un mantra simplissime qu’il faut pourtant rappeler en permanence. À l’instar d’environ 5% des Français et Françaises, Marie Lopez ne souhaite pas d’enfants, et elle sait malheureusement qu’on va plus souvent exiger d’elle que d’un mec qu’elle s’exprime sur la question, comme elle le rappelle sans sa vidéo :

« On va dire ça à un homme ? Non ! Alors que lui aussi est en mesure de procréer. »

Les propos sans concessions d’EnjoyPhoenix sur les enfants et le mariage

Ce n’est pas une exagération si le titre de cet article évoque un « coup de gueule » : EnjoyPhoenix en a gros sur la patate, et ne mâche pas ses mots, oubliant la prudence lisse favorisée par certaines influenceuses pour parler avec son cœur.

Sachant que les sujets évoqués sont sensibles, elle rappelle régulièrement que « mes mots vont être un peu durs, mais c’est ce que je pense ». Avant de dire ce qu’on entend peu sur des chaînes YouTube à plus de 3,5 millions d’abonnées : qu’elle n’est pas à l’aise avec les influenceurs partageant leur vie intime (et surtout celle de leurs enfants) sur les réseaux, qu’elle a du mal à se réjouir quand des amies tombent enceintes parce qu’elle a peur de les perdre, qu’elle voit la maternité comme un sacrifice.

Maintenue en équilibre par sa sincérité palpable, Marie Lopez ne se place pas pour autant en donneuse de leçons, au contraire — cette vidéo est un exemple de vulnérabilité crue. La jeune femme y évoque des violences sexuelles qu’elle a subies, le divorce compliqué de ses parents, les maladies qui peuvent rendre infertiles (comme le syndrome des ovaires polykystiques, dont elle souffre)… autant de sujets intimes qu’elle aborde avec prudence mais sans langue de bois.

Au final, les seules personnes qu’EnjoyPhoenix « engueule » vraiment dans cette vidéo, ce ne sont pas celles qui font des choix différents des siens : ce sont celles qui voudraient lui refuser le droit de faire, elle, ses propres choix. Dont celui de ne pas avoir d’enfants.

Qu’une vidéaste aussi suivie aborde le fait d’être une femme childfree (ne souhaitant pas d’enfants) sur YouTube, et de cette façon, c’est un signal fort : il est temps que notre société fasse la paix avec le fait que procréer est un choix, non une obligation, et encore moins une étape « logique » pour quiconque est « normal ». Car comme elle l’assène en fin de vidéo :

« Je suis une personne, pas un utérus. »

À lire aussi : À 28 ans, sans enfant, childfree, j’ai réussi à me faire ligaturer les trompes. Voici comment !


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

37
Avatar de Mijou
26 avril 2021 à 12h04
Mijou
@Siobhàn Salomé
@PetitePaille

Il y a le fond et la forme... Bien sûr qu'on a le droit de ne pas être d'accord, même si j'ai un peu de mal avec les critiques sur le bien-fondé d'une émotion de quelqu'un.e... Qui sommes-nous pour juger si une personne a le droit ou non de ressentir ce qu'elle ressent ? Mais admettons...
Par contre les "je trouve sa démarche hypocrite" ou les " je trouve marrant qu'elle se contredise", parfois avec des smileys qui rigolent aux éclats... Sans parler des interprétations et jugements péremptoires ("elle tacle son ex" alors qu'on n'a absolument aucune certitude sur son business plan, sans parler de ses motivations à parler de tel ou tel sujet.
La frontière entre la critique et le jugement/la moquerie est quand même très fine...

Je ne fais ni partie des fans ni des haters, Marie m'agace parfois et j'ai tout à fait conscience qu'elle calcule vraiment son business plan (ce qui fait courir le risque de perdre en spontanéité), mais je trouve fatiguant que quoiqu'elle fasse, elle se prenne jugement et moqueries dans la tronche. Voilà tout.
7
Voir les 37 commentaires

Plus de contenus Parentalité

Source : Kaspars Grinvalds
Parentalité

Chronique d’une daronne : ces 3 trucs de mauvaise mère que je fais

1
Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Source : Изображения пользователя Yevhen
Parentalité

Ces 5 Disney qui nous ont traumatisés  quand on était enfant

38
Source : kipgodi de Getty Images Pro
Conseils parentalité

À quoi faut-il s’attendre lors du fameux 3ᵉ jour à la maternité ?

1
Source : PublicDomainPictures de pixabay
Conseils parentalité

Connaissez-vous les 4 meilleures positions pour allaiter (sans douleur) ?

Source : PONGPIPAT de ภาพของpongpipat
Conseils parentalité

Ces 5 objets de puériculture qu’il ne faut pas acheter d’occasion

3
Source : laflor de Getty Images Signature
Conseils parentalité

Comment parler de la mort avec ses enfants ? Voici quelques pistes

Source : Gemütlichkeit
Conseils parentalité

Ces 8 tâches ménagères que les enfants peuvent faire à la maison (faut rentabiliser !)

4
Source : Africa Images
Conseils parentalité

Sacs à langer : les meilleurs de 2024

Source : Syda Productions
Parentalité

Dans cette ville, des consultations prénatales sont offertes aux pères, une bonne idée pour plus d’inclusivité

Source : nomadsoulphotos
Conseils parentalité

5 objets de puériculture complètement inutiles (mais qu’on voit pourtant partout)

4

Pour les meufs qui gèrent