Live now
Live now
Masquer
Source : Canva
Société

« J’ai mis du temps à comprendre que j’avais vécu une agression sexuelle » Anna, victime d’un « faux-tographe »

Des témoignages d’agressions commises par des photographes pros ou amateurs se répandent sur les réseaux sociaux via le hashtag #Balancetonphotographe. Le témoignage d’Anna*, 25 ans.

Il aura fallu la présence d’un agresseur dans un livre à paraître pour que le #Metoo du monde de la photo émerge enfin, rapporte la photographe Emma Birski sur son compte Insta. Une page instagram, @metoophoto_, a ainsi été lancée début mars pour recenser les témoignages et apporter de l’aide aux victimes. Le mouvement dénonce aussi bien les abus commis par des photographes professionnels (comme le « violeur de Tinder ») que de photographes amateurs. 

Anna*, 25 ans, a été agressée par un de ces « faux-tographes ».

#MeTooPhoto : « Il a baissé mes bretelles en me disant que c’était plus joli »

« Je n’avais encore jamais posé. En 2020, j’avais posté des photos de moi sur un groupe Facebook de collaboration modèles et photographes. Un photographe a alors pris contact avec moi pour me proposer un shooting dans son studio. Il m’a montré de jolies photos de son travail par message, ce qui m’a mise en confiance. Sauf qu’en arrivant sur place, il n’y avait aucun studio, c’était seulement son salon dans son appartement… Ça m’a surprise, surtout que j’étais un peu perdue comme je n’avais encore jamais posé, mais il m’a rassurée. On a parlé, il m’a servi une tisane, il était très sympa à ce moment-là. 

Ce jour-là, j’avais une robe blanche décolletée avec des bretelles très fines. Et lors d’une prise où j’étais allongée par terre, il a baissé mes bretelles en me disant que c’était plus joli. Au début j’ai laissé faire, un peu choquée, puis il les a baissées encore, sans me prévenir, dévoilant ma poitrine que j’ai cachée avec mes mains par réflexe. J’ai remonté mes bretelles, mais il les a à nouveau baissées jusqu’en dessous des seins après m’avoir dit de fermer les yeux pour la photo… Je suis vite partie après ça, poliment, et je me suis sentie bête dès cet instant. J’aurais dû faire plus de recherches, il n’avait aucune page Insta, rien en ligne. Ça m’a frappée après… Les photos vues avant n’avaient d’ailleurs rien à voir avec celles que j’ai reçues après, qui étaient très amateurs.

« C’est quand il est revenu dans mes messages que j’ai eu le déclic »

Je n’en ai parlé à personne jusqu’à aujourd’hui car j’avais honte. Enfin, je me sentais en colère parce que j’avais peur qu’il ait des photos de moi dénudée, et je ne sais pas ce qu’il peut en faire. Avec ma profession, ça pourrait me poser problème. J’ai mis quelque temps à comprendre que j’avais vécu une agression sexuelle, c’est quand il est revenu dans mes messages que j’ai eu le déclic : j’ai tout de même décidé de poster les photos en le taguant, et le harcèlement a commencé là. Il m’a envoyé à plusieurs reprises des messages d’abord sur Facebook puis sur Instagram pour me demander de shooter à nouveau ensemble, en m’appelant « ma belle », avec des cœurs à chacun de ses messages (il savait pourtant en plus que j’étais fiancée). Je l’ai bloqué. Il est revenu avec d’autres comptes, dans ma messagerie pro, et même sur mes commentaires Insta. Et ça a duré plus d’un an

Je n’ai pas fait de photos pendant toute cette période. Heureusement, j’ai retenté avec un shooting en groupe, avec deux photographes filles et un gars. C’était en extérieur, et avant chaque geste, iels nous demandaient. J’ai poursuivi mon activité de modèle avec d’autres photographes formidables par la suite, des personnes respectueuses qui m’ont appris à prendre confiance en moi. »

*le prénom a été modifié

#MeTooPhoto : quelques conseils pour les futures modèles

  • Se renseigner avant d’accepter un shoot surtout en studio ou chez le photographe, 
  • Demander son book sur les réseaux sociaux et ne pas se fier juste aux photos envoyées dans une discussion privée,
  • Vérifier en faisant une recherche Google Image que les photos présentées sont bien une création originale et non le travail d’une autre personne,
  • Demander un retour d’expérience à des personnes qui ont travaillé avec le/la photographe, 
  • Venir accompagné·e au shooting, que ce soit chez la personne ou en studio.

Ajoutez Madmoizelle à vos favoris sur Google News pour ne rater aucun de nos articles !

Les Commentaires

2
Avatar de Ariel du Pays Imaginaire
9 avril 2024 à 12h04
Ariel du Pays Imaginaire
@Apolline Bazin : en plus de la coquille signalée par ma VDD il manque un "a" à amateurs. Sinon c'est bien d'avoir ajouté des conseils à ce témoignage. Surtout le dernier d'y aller accompagné-e ça me paraît le plus important car un photographe peut avoir de vrais Books très pro et être un agresseur ou avoir un comportement déplacé, cela n'empêche pas!
Soutient à la témoignante, c'est vraiment insidieux ce genre d'agression.
5
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Société

Deux adolescentes sur leur smartphone
Daronne

Sur les sites de rencontre, des enfants de 11 ou 12 ans sont inscrits, révèle une étude

Source : Alexander Zverev
Société

Accusé de violences conjugales, ce joueur de tennis, présent à Roland-Garros, ne compte pas assister à son procès

Source : Pexels
Société

Le Sénat adopte un texte qui restreint l’accès aux soins mineurs transgenres

Réforme des retraites // Source : © Sénat - Palais du Luxembourg
Société

Pourquoi la proposition de loi visant à encadrer les transitions de genre avant 18 ans est dangereuse

« creche-cout-garde-enfant »
Daronne

Le système des crèches est « à bout de souffle » selon la commission d’enquête

mariage-pour-tous-marion-marechal-pen-abrogation
Société

6 associations portent plainte contre Marion Maréchal pour ses propos transphobes

Source : Ted Eytan // Creative Commons Attribution-ShareAlike 4.0 International License
Société

« Attaquer les enfants trans, c’est attaquer les droits des personnes LGBTI+ » : pourquoi le projet de loi LR est loin de protéger les enfants

4
pique-nique-herbe
Santé

Ces aliments à ne surtout PAS emporter à un pique-nique (gare aux intoxications alimentaires)

1
femme-aisselles
Société

Emma Corrin affiche ses aisselles poilues en couverture du « Harper’s Bazaar » et suscite une vague de commentaires négatifs

5
femme enceinte avec une main sur son ventre
Daronne

« On dit aux personnes grosses qu’elles sont infertiles, alors que c’est complètement faux »

2

La société s'écrit au féminin