4 superbes films d’amour classiques à (re)voir sur Netflix

Il n'y a pas que des séries pour ados sur Netflix. Il y a aussi des films classiques qui parle d'amours grandioses, et qui ne demandent qu'à être redécouverts.

4 superbes films d’amour classiques à (re)voir sur Netflix

Prise dans le tourbillon des tonnes de nouveaux programmes mis en ligne par Netflix chaque mois, j’en oublie parfois que la plateforme héberge des merveilles de classiques. 

Ce week-end, anesthésiée par le binge-watching de Sweet Magnolias et par le premier épisode du terriblement mauvais Blood & Water, j’ai passé un bon moment assise sur mon canapé à m’interroger sur les romances modernes.

En ce moment, peu sont les nouveaux contenus dont les histoires d’amour me renversent. Alors, bien décidée à retrouver mon amour pour l’amour, j’ai revu quelques uns de mes classiques préférés. 

Tu es toi-aussi en mal de grandes tempêtes romantiques ?

Cette sélection devrait te toucher !

Jules et Jim, l’amour triangulaire

Je l’avais vu petite, mais tous mes souvenirs s’étaient évaporés en deux coups de cuillère à pot, tant je voyais de vieux films à l’époque chez ma grand-mère.

J’ai donc revu Jules et Jim au moment de son upload sur Netflix, et la magie a opéré. 

Je suis redevenue petite fille, fascinée par la force des relations qui unissent les 3 héros, dont les cœurs battent à l’unisson, bien que j’ai quelques réserves sur l’image que Truffaut dépeint du personnage de Catherine (Jeanne Moreau).

De quoi ça parle Jules et Jim ?

Avant que la première Guerre mondiale n’explose, Jim et Jules coulent une amitié indéfectible.

Tous les deux tombent un jour amoureux de la même femme. Elle s’appelle Catherine et bouleverse leur quotidien.

Jules et Catherine finissent par se marier, mais Catherine n’est pas heureuse en ménage, et l’avoue à Jim qui vient rejoindre le couple en Autriche après la guerre.

Catherine prend alors Jim, avec l’accord de Jules, comme amant. 

Mais cette histoire ne lui convient pas non plus…

Jules et Jim, c’est un monument du cinéma de la Nouvelle-vague — très impertinent pour l’époque — devant lequel il fait encore bon s’émerveiller aujourd’hui.

Les parapluies de Cherbourg, mon film préféré devant l’éternel

Les Parapluies de Cherbourg a été salué par la critique et par le public lors de sa sortie en 1964.

Il a même remporté la Palme d’Or et s’est ainsi fait pour toujours une place dans le coeur immense mais impitoyable du cinéma.

Je l’ai vu la première fois à l’âge de 8 ans, et pour le coup, je ne l’ai jamais oublié. J’ai tant pleuré que ma mère croyait que j’avais maté un film d’horreur.

En réalité, l’amour déçu, fil conducteur de ce chef-d’œuvre de Jacques Demy, m’avait bouleversée. 

Depuis, j’ai revu ce film 100 fois, et je ne m’en suis jamais lassée.

Il a servi d’inspiration à d’autres monuments plus récents du cinéma, comme La La Land, de Damien Chazelle.

De quoi ça parle Les parapluies de Cherbourg ?

En novembre 1957, à Cherbourg, Geneviève et sa mère Madame Emery tiennent une boutique de parapluies.

Geneviève est amoureuse de Guy, un garagiste. Mais il doit partir faire la guerre dAlgérie.

Geneviève tombe enceinte et, poussée par sa mère, finit par céder à la demande en mariage de Roland, un riche bijoutier…

Les Parapluies de Cherbourg, c’est l’histoire d’un amour résigné, qui s’inscrit parfaitement dans son époque.

Si l’image, les codes, et la société qu’il dépeint ne paraissent plus très modernes, ce bijou musical reste un classique indétrônable du cinéma, qu’il fait bon regarder quand tombe la neige, ou quand il faut une chaleur folle. 

En fait, Les parapluies de Cherbourg peut se voir chaque jour de chaque année. Toute la vie.

Laurence Anyways, et mon cœur chavire

Présenté à Un Certain Regard, une section dérivée de la sélection officielle du Festival de Cannes en 2012, le film repart avec une Queer Palm.

Qu’est-ce donc que la Queer Palm ?

Il s’agit tout simplement d’un prix qui récompense le meilleur film à thématiques altersexuelles (qui regroupent l’homosexualité, la bisexualité, le transidentité…), et qui a a été créé en 2010 par le journaliste Franck Finance-Madureira.

Toutefois, Xavier Dolan a refusé cette récompense.

Pourquoi ? Parce que pour lui cette distinction est un marqueur d’exclusion. Il a même confié à Télérama en 2014 :

« Que de tels prix existent me dégoûte. Quel progrès y a-t-il à décerner des récompenses aussi « ghettoïsantes », aussi « ostracisantes », qui clament que les films tournés par des gays sont des films gays ?

On divise avec ces catégories. On fragmente le monde en petites communautés étanches. »

Bref, je ferme la page info.

De quoi ça parle, Laurence Anyways ?

Le jour de ses trente ans, Laurence fait une révélation à Fred, dont il est très amoureux.

Une déclaration qui va changer le cours de leur vie, et révolutionner leur manière de s’aimer…

On est en 1990, et Laurence est une femme. Dans son cœur, dans ses tripes, dans sa tête. Pas dans son état civil, par contre.

Envers et contre tout, Laurence et Fred vont s’aimer. En dépit d’une société qui a du mal à évoluer, et malgré les préjugés de leur entourage, les amantes avancent.

Plus qu’un film, Laurence Anyways est une leçon d’amour.

Dans Laurence Anyways, Xavier Dolan s’empare d’un sujet délicat à traiter et le transforme, en quelques coups de caméra, en essai sur la délicatesse.

Une merveille qui ne vieillira sans doute jamais.

Si tu aimes les Dolan, douce lectrice, beaucoup d’entre eux sont désormais disponibles sur la plateforme. L’occasion de revoir par exemple Les amours imaginaires ou le plus récent Mommy.

Baisers Volés, et son curieux héros

Retour à Truffaut avec Baisers Volés, que je n’ai visionné que le mois dernier.

Je dois avouer qu’il est moins accessible, plus lent et plus étrange que les films cités dessus.

Mais il y a quelque chose de follement charmant dans cette comédie romantique de 1968, portée par Jean-Pierre Léaud.

Alors prends ton courage à deux mains, et laisse une chance à ce film curieux.

De quoi ça parle, Baisers Volés ?

Après son service militaire, Antoine Doinel, toujours amoureux de Christine Darbon, qui lui rend peu son affection, cherche un emploi.

Après s’être fait renvoyer d’un travail de veilleur de nuit, il est engagé dans une agence de détective privé où on lui confie une mission dans un magasin de chaussures.

Le propriétaire, Mr Tabard, cherche à découvrir la raison de la haine de ses clients et de sa femme à son égard.

Très vite, Antoine se fascine pour la femme de Mr Tabard…

Voilà douce lectrice, pour un petit tour des classiques romantiques disponibles sur Netflix. 

Mais si tu as aussi MyCanal, je te conseille un film que j’aime à en avoir mal à la poitrine, et qui y est dispo.

Il s’agit des Choses de la vie, avec Michel Piccoli, décédé le 12 mai dernier, et Romy Schneider.

Un film d’une beauté sans égale, réalisé par Claude Sautet, dont la musique me retourne à chaque fois.

Je me souviens aussi d’un dialogue entre les deux anciens amoureux dans leur voiture, sous la pluie, qui m’a fait couler quelques larmes et fait reconsidérer mon envie d’un jour tomber amoureuse.

Et toi, quels sont tes classiques romantiques préférés douce lectrice ?

À lire aussi : Passe à la relation libre grâce aux PETITIPS de Charlie !

Kalindi Ramphul

Kalindi Ramphul


Tous ses articles

Commentaires

Léona B.

J'ai eu plus de mal avec Jules et Jim (pareil, j'ai du mal à comprendre ce personnage féminin vu comme étant si séduisant, non-conformiste etc. et à comprendre ses actions) mais je suis d'accord sur le fait que Les parapluies de Cherbourg et Laurence Anyways sont deux magnifiques films d'amour :jv:
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!