J’ai passé une soirée torse nu avec mes potes, par confort et par conviction

Queen Camille avait trop chaud, alors elle a tombé le haut. Récit d'une soirée topless en tant que femme, un parti pris pragmatique, mais militant aussi.

J’ai passé une soirée torse nu avec mes potes, par confort et par conviction

Il y a quelques jours, je me suis mise torse nu, dans une soirée avec des potes féminins et masculins.

Principalement parce que j’avais trop chaud… mais un peu par conviction politique aussi. 

Être un homme, c’est mieux ?

J’ai longtemps voulu être un mec.

À l’époque, je n’avais pas conscience de l’existence des stéréotypes de genre, mais j’avais dans l’idée que le camp des hommes était bien plus agréable.

Ils pouvaient faire des blagues, être casse-cou, sortir seuls, aimer le sexe… Alors que les filles devaient être sages, pudiques, surveiller leur langage et se soucier de leur apparence.

D’un côté le devoir de se conformer à tout un tas de normes limitantes, de l’autre la possibilité de faire presque tout ce qui est légal : mon choix était vite fait.

J’avais d’ailleurs tendance à mépriser les femmes, à les considérer comme des êtres globalement ennuyeux, ce qui était sans doute un moyen facile de flatter mon ego.

Bien sûr, j’ai appris depuis que certaines femmes sont dignes de respect (je PLAI-SAN-TEUH) et que les stéréotypes de genre font du mal aux hommes aussi.

Mais à l’adolescence, il me paraissait évident qu’être un mec était bien plus cool qu’être une meuf, surtout parce qu’être un mec voulait dire être libre

Ne pas être limitée par mon genre

Quand j’ai commencé à prendre conscience du sexisme, ma façon de me rebeller a été de tout faire comme si j’étais un homme, ou au moins de ne rien m’interdire au prétexte que je suis une femme.

J’étais révoltée de découvrir que j’étais traitée différemment à cause de mon genre, moi qui n’avait jamais accordé une grande valeur à ma féminité.

Cracher par terre, me battre, dire des gros mots, fumer, boire, ouvrir sa gueule, draguer, pécho… moi aussi je pouvais le faire si je voulais.

Ok, ce ne sont sans doute pas les trucs les plus vertueux ou utiles de la vie, mais je ne voulais en aucun cas que mon genre soit un frein à l’expression de qui j’étais vraiment. 

Comme j’ai cultivé tôt cette personnalité aux traits considérés comme « masculins », et que mes seins n’ont jamais vraiment poussé, j’ai aujourd’hui encore la sensation d’être entre les deux.

Je sais que j’ai un corps de femme, et que le reste du monde m’identifie ainsi, mais dans ma tête, je suis une personne sans genre, et ça me permet de me sentir libre. 

Cachez ses seins que je ne saurais avoir

Au collège, sur les conseils de mes parents, j’ai dû commencer à porter un haut de maillot de bain, sans que ma morphologie n’ait évolué à proprement parler.

C’était comme ça : j’étais en train de devenir un être sexuel, il me fallait maintenant cacher mes seins, comme toutes les femmes (d’Occident du moins).

Même si des seins, je n’en avais pas encore, et je n’en aurai jamais vraiment.

La sexualisation de la poitrine féminine m’a toujours passablement gavée, d’autant plus que je la vis comme une injustice, moi qui ne possède pas de poitrine véritable !

Je n’ai pas de nichons mais je dois les cacher quand même J’aimerais avoir une dérogation.

Je suis très souvent seins nus à la plage, et je voudrais avoir le privilège d’être torse nu chaque fois que je le désire et que c’est possible, comme ce fut le cas en cette chaude soirée de juillet.

Pouvoir être torse nu, comme un homme

Nous sommes en pleine canicule.

Je bois des bières en terrasse avec un mec que je date depuis quelques semaines, ses deux meilleurs potes et une amie proche.

Le bar ferme, nous nous rabattons chez l’un des amis de mon nouvel amoureux qui vit juste à côté.

Dans l’appartement, c’est la fournaise, d’autant que les fenêtres doivent rester fermées le plus possible pour ne pas réveiller toute la cour avec la musique.

Notre petit groupe danse comme des fous et ma robe moulante m’étouffe. J’ai envie de l’enlever. J’ai envie d’être torse nu comme les mecs que je voyais passer dans la rue depuis la terrasse.

Si j’étais un homme, enlever mon t-shirt ne serait qu’une formalité…

Je m’entends très bien avoir les gens présents et mon expérience récente dans une boîte libertine à Berlin m’a donné le goût de la fête à poil.

C’est décidé, je poursuivrais la soirée sans le haut, mais avant…

Être torse nu quand on est une femme

Avant, je me sens obligée de prévenir celle et ceux qui m’entourent.

Parce que malgré mes convictions, je vis  dans un monde où il n’est pas anodin d’être torse nu pour une femme (sinon, je n’aurais pas besoin d’avoir des convictions).

Je ne veux pas mettre mes amis et amies mal à l’aise, et encore moins mon amoureux tout neuf.

Résultat de mon sondage : tout le monde s’en carre la noix. Et ma robe de voler dans un coin de la pièce !

Comme je ne porte jamais de soutif, me voici dansant en slip/baskets, un brin rafraichie même si l’air ambiant demeure écrasant de chaleur.

Je demande bientôt un short à notre hôte, parce que je me sens trop à poil en culotte. Je ne peux pas m’empêcher non plus de re-vérifier auprès de l’assemblée que mon torse nu ne dérange personne.

« C’est comme si on était à la plage ! » est mon meilleur argument pour ne convaincre finalement que moi-même, car les autres ne sont guère perturbés par la situation.

Passer la soirée topless pour militer

Je danse, je bois, je discute dans un canapé, je fais des câlins à mes potes… topless.

Ça ne me gêne pas d’exposer mon corps, mais la situation reste déséquilibrée. Je me sens seule dans mon délire d’enfant sauvage. 

J’essaie de convaincre mon amie de se mettre en soutif pour me soutenir, invitation qu’elle décline.

Je saoule aussi les mecs :

« Il fait tellement chaud, pourquoi tu n’enlèves pas ton t-shirt ? Tu es un mec, tu peux ! »

Sauf que les mecs aussi ont des complexes, et qu’aucun des trois garçons n’est assez à l’aise pour montrer son corps (ce qui est triste, mais c’est un autre sujet).

Au-delà de l’excuse de la chaleur, ma soirée topless a surtout été pour moi une manière d’affirmer mon besoin de justice, d’égalité. 

Si j’étais un homme, je n’aurais pas à me poser la question du torse nu. Et comment renverser cette norme si ce n’est en normalisant les seins à l’air, ne serait-ce que dans un cadre privé ?

Fin de soirée pour mon torse nu

À la fin de la soirée, quand l’ambiance générale s’est calmée, je me suis sentie un peu nue.

J’ai demandé un t-shirt à mon hôte et mes potes m’ont taquiné :

« Alors, c’est fini le topless ? »

Et bien oui, c’est fini parce que je n’en ai plus envie ! Je veux pouvoir enlever mon t-shirt si ça me chante, comme je veux pouvoir le remettre quand j’en ressens le besoin, sans avoir à me justifier.

Je veux être libre, en fait, autant que les hommes peuvent l’être. 

Cette soirée était formidable en elle-même, et le fait que j’ai pu la vivre torse nu l’a rendue plus merveilleuse encore.

Je ressens une immense gratitude d’avoir dans ma vie des amis et amies qui ont compris mon intention et ne m’ont pas jugée.

J’espère qu’on remet ça bientôt, et qu’il fera moins chaud…

Et toi, tu aimerais pouvoir être torse nu sans te préoccuper de tes seins ? 

À lire aussi : 5 recettes végétariennes pour se la péter au barbecue

QueenCamille

QueenCamille


Tous ses articles

Commentaires

CherryHana

Alors moi c'est tout l'inverse (désolé). Je fais la guerre aux élèves (je suis prof) garçons qui le dernier jour se mettent torse nu. Je leur dis "vos camarades filles ne le font pas, vous ne le faites pas non plus". J'avoue avoir du mal moi aussi avec le torse nu. Mais je reste logique, même règle pour tout le monde...
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!