Live now
Live now
Masquer
fangirl_emo
Témoignages

J’aime BTS, j’aime les fanfics, je suis une fangirl et j’aimerais qu’on arrête de se foutre de ma gueule

Cette lectrice est fatiguée de voir ses goûts pour la K-pop, les mangas ou les fanfictions dénigrés sans cesse. Pourtant, il n’y a rien de honteux à être une fangirl !

Le 15 juillet 2020

Quand un adolescent dit que son modèle dans la vie est Cristiano Ronaldo, peu de personnes le rabaissent. Mais quand une adolescente dit que les One Direction sont ses modèles dans la vie, elle devient rapidement une « fangirl hystérique décérébrée ».

Et franchement, je commence à en avoir ma claque.

« Pourquoi cette réaction ? Parce qu’une grande partie des fans de ces phénomènes (la K-pop et les groupes « emos » surtout) sont des filles. Ça s’arrête là. »

Quand je parle de ce que j’aime, on me rit au nez

Je suis ce qu’on pourrait appeler une fangirl. Mon truc à moi, c’est la K-pop, mais ça a aussi été les groupes « emo », les animes, etc.

Le point commun entre ces choses-là (à part le fait qu’elles soient sacrément chouettes), c’est que dès que j’en parlais, on me riait au nez en me disant que j’étais bien « une de ces fangirls hystériques », en insistant sur le fait que mes centres d’intérêts étaient débiles et mon enthousiasme embarrassant.

Je trouve un truc que j’aime, qui me rend heureuse, et qui ne fait de mal à personne… Alors pourquoi cette réaction ?

La réponse est assez vite venue. Une grande partie des fans de ces phénomènes — la K-pop et les groupes « emos » surtout — sont des filles. Ça s’arrête-là.

Pourquoi un garçon qui adore le sport, se rend à des matchs et vibre de l’ambiance du stade, accroche des posters et écharpes de son club favori dans sa chambre et dépense des belles sommes pour des maillots officiels ne serait pas vu comme « hystérique » ou « décérébré » ?

Alors qu’une fille qui adore les boys bands, rêve de se rendre à un concert, recouvre les murs de sa chambre de posters à l’effigie de son groupe favori, et est ravie à l’idée d’acheter des albums en est une ?

Les supporters de foot enthousiastes masculins seront parfois moqués pour leur passion pour un sport vu comme simpliste ou beauf, mais ils seront bien souvent mieux vus que les fangirls féminines, alors que la mécanique est la même.

Et si on laissait les gens aimer ce qu’ils ont envie ?

Les Beatles VS BTS

Je suis prête à parier que si les boys bands avaient de nombreux fans masculins, les fans en général seraient pris beaucoup plus au sérieux.

En fait, je n’ai même pas besoin de le parier, l’histoire l’a prouvé : tout le monde connait les Beatles.

Ils ont été le premier phénomène mondiale à déchaîner les fangirls, et à l’époque, elles subissaient les même préjugés – toutes des ados écervelées prêtes à ruiner leurs parents pour une place de concert !

Puis les critiques masculines se sont rendu compte que ces Anglais faisaient de la bonne musique, et aujourd’hui, ce sont nos papas qui grommellent que :

« Les Beatles, ça c’était de la vraie bonne musique, pas comme l’espèce de bruit qui passe à la radio ! »

Car c’est bien connu, les filles n’aiment que les jolis garçons qui parlent d’amour !

Le phénomène BTS (ndlr : un boys band sud-coréen aussi connu sous le nom de Bangtan Boys) a fait beaucoup parler de lui ces dernières années.

En septembre 2018, le groupe a fait un discours à l’ONU. Oui, l’ONU. Je pense donc affirmer sans trop me tromper qu’ils pèsent dans le game.

BTS speech at the United Nations | UNICEF

Dans ce discours de presque 7 minutes, leur leader s’adresse à leurs fans mais aussi aux jeunes du monde entier pour leur dire de s’aimer, de s’exprimer avec leurs défauts et leur erreurs, et d’envoyer valser les attentes de la société pour enfin être eux-mêmes.

Donc un message important ! Un message qui se veut inspirant, et qui a inspiré.

Il avait suffit d’observer le hashtag #SpeakYourself sur Twitter à l’époque, où les fans avaient partagé leurs histoires et expliqué comment le groupe, aux chansons éloquentes, les a aidé à surmonter de nombreuses épreuves.

Malgré tout ça, j’ai été bien déçue de constater que certains médias occidentaux n’ont pas forcément pris l’intervention du groupe au sérieux mais comme un discours niais et cliché qui a fait couiner des centaines d’ados pré-pubères qui s’émeuvent à chaque mot prononcé par ces garçons siliconés.

Alors que le plus important là-dedans, c’est que le groupe avait réalisé une campagne avec l’UNICEF, inspiré et aidé des milliers de personnes avec un message positif et empouvoirant.

« C’est tout ce qu’on recherche, non, être heureux et heureuses ? C’est assez triste d’arriver à avoir honte de ce qui nous apporte du bonheur. »

Le double standard du monde face aux fangirls

Quand je remarque le double standard entre les « personnes normales » et les fangirls, ça me fait beaucoup rire.

Quand Johnny est mort, par exemple, la France s’est arrêtée. On a eu des semaines de documentaires, d’hommages, d’articles de presse.

Beaucoup de gens se sont sentis tristes, un peu amers, ou peut-être pour certains totalement effondrés. Loin de moi l’idée de discréditer tout ça !

À peu près au même moment, un chanteur coréen, Kim Jonghyun, s’est suicidé à 27 ans. Les fans étaient effondrés.

Devinez ce qu’on m’a dit quand j’ai expliqué que si je ne souriais pas trop, ces temps-ci, c’est parce que la mort de ce chanteur m’affectait ?

«  Ah bah, tu es bien drôle avec tes Chinois, tu vois, à trop t’investir ! »

Ironie, quand tu nous tiens. Et racisme, pour ne rien arranger.

La créativité des communautés de fangirls

Vous savez ce que je trouve magnifique, avec les fangirls ? C’est leur créativité.

Il n’y a qu’à aller faire un tour sur le web : des milliers de fanarts, de fanfictions, de montages vidéos sont créés chaque jour pour célébrer nos passions.

Et je trouve ça vraiment, vraiment bien.

Je lis beaucoup de fanfictions et je suis aussi une grande amatrice de lectures plus « traditionnelles », et laissez-moi vous dire que beaucoup de fanfictions que j’ai lues mériteraient d’être éditées.

Elles ont parfois une bien meilleure intrigue ou un bien meilleur style que la littérature de gare que l’on trouve aujourd’hui.

Sauf que dire que mon « livre » préféré est une fanfiction de Layni1771, ce n’est pas vraiment acceptable.

Ceci dit, si vous maitrisez bien l’anglais et que n’avez pas peur des préjugés, je vous conseille vivement de traîner sur Archive of Our Own, le site majeur pour les fanfictions.

La plupart des œuvres ne demandent pas de connaître la série ou le groupe au centre de l’histoire, et je vous assure que vous pourrez trouver de très bons écrits.

Quelque chose que vous entendrez chez beaucoup de fans français et françaises aussi, c’est comment traîner sur Tumblr ou Twitter – les deux réseaux sociaux très fréquentés par les fandoms – leur a permis d’apprendre l’anglais.

Effectivement, entre fans de tous les pays, l’anglais est la langue la plus utilisée.

J’avais déjà un bon niveau d’anglais avant de rentrer dans différentes fandoms, mais parler, lire et écouter des choses en anglais m’a bien évidemment aidée à progresser.

Wow – des effets positifs à être une fangirl ? Mais où va-t-on ?

Il n’y a pas de honte à être une fangirl

Vous savez pourquoi je m’investis autant dans ces groupes ? Pourquoi je suis toujours enthousiaste et impatiente à l’idée d’un nouvel album ? Parce que ça me rend heureuse.

Oui, quand je passe des heures à streamer les clips pour faire monter les vues, que je dépense mon budget loisirs dans des albums et des goodies, que je ne peux pas rester en place en écoutant un album parce que j’aime toutes les chansons, ça peut vous paraître idiot, disproportionné.

Mais vous savez quoi ? Ça me rend heureuse. Ça me fait sourire.

Quand je me réveille le matin, je suis contente de me dire que je vais pouvoir aller sur Twitter et papoter avec d’autres fans, ou regarder les émissions dans lesquelles mes groupes favoris sont passés.

Et ça ne fait de mal à personne.

Je veux dire, les fangirls n’ont jamais tué personne, n’est-ce pas ? Les cas extrêmes de harcèlement existent, mais ils ne représentent qu’une minorité. Une minorité bruyante, je le conçois.

Mais imaginez que vous entriez dans une pièce remplie d’une centaine de personnes en train de discuter calmement, et qu’en plein milieu, deux personnes se hurlent dessus.

Bien évidemment, vous allez remarquer les hurleurs en premier, et vous ne vous attarderez pas, je pense, sur les personnes calmes. Et si vous en parlez à vos amis, vous parlerez sûrement des deux personnes qui ont fait le plus de bruit.

Depuis quand incendier quelque chose de positif qui rend de nombreuses personnes heureuses est quelque chose qu’on devrait encourager ?

Surtout quand beaucoup de critiques se basent sur un manque de recherches et une volonté de clowner les fans.

Oui, peut-être que je pourrais m’intéresser à la philosophie antique, à l’histoire de l’art, à la littérature. Mais mes fandoms me rendent heureuse et je ne suis pas la seule dans ce cas.

C’est tout ce qu’on recherche, non, être heureux et heureuses ? C’est assez triste d’arriver à avoir honte de ce qui nous apporte du bonheur…

À lire aussi : Le groupe BTS vient de défiler pour Louis Vuitton, et forcément le résultat s’avère stylé

Crédit photo : Alfonso Scarpa / Unsplash

Témoignez sur Madmoizelle !
Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !

Les Commentaires
15

Avatar de Anya Hopes
6 janvier 2021 à 18h07
Anya Hopes
[remonte un topic vieux de six mois, tout va bien]

Bon je tenais à réagir à certains ici qui disent que les parents jugent forcément les goûts de leurs enfants et tout...
C'est drôle parce que moi j'ai jamais eu ça. Même mieux, mon père m'a une fois dit "je vois pas pourquoi je critiquerais sachant que moi à 18 ans tous les groupes que j'écoutais étaient considéré comme des horreurs auditives". Il est tombé dans la Beatlemania au collège puis s'est pris des baffes avec Led Zeppelin et Pink Floyd quelques années après.

De ce fait, j'écoutais (et j'écoute toujours) probablement de la merde pour mes parents mais je n'ai jamais eu de reproches. Là où des parents vont être effrayés, les miens m'achetaient des t-shirt Slipknot ou Iron Maiden sans broncher et mon père en a profité pour me faire une culture rock-metal des années 70 archi béton (même si à cause de lui j'ai du mal avec Led Zeppelin mais je suis tombée raide dingue amoureuse de groupes comme Deep Purple ou Creedence Clearwater Revival et d'artistes comme Neil Young).

Pareil, le fait d'être une fangirl de musiciens, c'est un truc qui me vient de lui
Laissez-moi fangirliser sur Synyster Gates jusqu'à la fin de mon existence s'il vous plait.

Après par rapport au sujet de base, je pense que les gens dénigrent les fangirls parce que une minorité se fait remarquer, donnant l'idée que la majorité des fandoms sont composées d'hystériques. Les médias n'arrangent rien non plus avec des reportages qui montrent bien le côté "hystérique" des fans qui vivent pour leurs demi-dieux. Que ce soit la Kpop, les boys bands n'importe quel groupe de rock, à chaque fois tout est bon pour cracher sur les fans alors que tu peux juste apprécier un artiste même si ce qu'il fait est monstrueusement commercial (j'adore les Jonas Brothers par exemple et je me considère comme fan de Britney Spears depuis mon enfance).

Ah oui le ressort sexiste est évident. C'est bien connu les filles ne peuvent pas apprécier de la musique si le chanteur est pas beau-gosse. #ironie.
Mais on va pas le nier, ouais on peut trouver un musicien super mignon, je vois pas trop le problème en fait. En principe, le ou la vrai(e) fan restera sur la durée donc ça peut toujours être intelligent de tacler les détracteurs en disant "ouais effectivement je suis une fangirl....depuis 2006".

Je finirai juste sur un truc : être fangirl ce n'est pas qu'un truc d'ado attardé. Si c'est quelque chose qui vous aide au quotidien en vous apportant de l'énergie positive, bah continuez à aimer passionnément. C'est dommage de se refuser à aimer pour des gens qui n'ont pas de passions.
4
Voir les 15 commentaires

Plus de contenus Témoignages

Grossesse
accouchement-domicile-verticale

Pourquoi j’ai choisi l’accouchement à domicile pour mon premier enfant

Une madmoiZelle

21 sep 2021

Vis ta vie
fa-barboza-unsplash sad woman

« Je me suis sentie très seule, presque abandonnée » : comment j’ai survécu à ma fausse couche

Mayaserana

21 sep 2021

130
Témoignages
un trouple dans son quotidien
Sponsorisé

« Nadya est l’amoureuse de maman et aussi celle de papa » : parents et polyamoureux, ils racontent

Témoignages
« maquilleuse-femme »

Vis mon job de maquilleuse dans le monde du spectacle

Une madmoiZelle

19 sep 2021

Règlement de comptes
un couple de femmes
Sponsorisé

Mathilde, 2 027€ par mois et 2 000€ de budget Disneyland par an

Aïda Djoupa

16 sep 2021

11
Food
hellofresh-box-recettes-repas
Sponsorisé

J’ai testé la box HelloFresh pendant une semaine, voici mon verdict

Développement personnel
nirvana girl unsplash

J’étais une vieille conne qui embrouille les ados en t-shirt Nirvana. Heureusement, j’ai changé

Témoignages
pexels-karolina-grabowska-8107537 (1)

Américaine et childfree, la loi anti-IVG au Texas m’a poussée à me faire stériliser

Aïda Djoupa

11 sep 2021

7
Témoignages
Untitled design (10)

Je suis sorti avec ma psy, et je ne recommande pas

Aïda Djoupa

09 sep 2021

24
Sexo
femme-tire-langue

« Mes pipes sont bof » ?! Eh bien j’ai appris à m’améliorer

La société s'écrit au féminin