Comment j’ai compris que j’étais introvertie et pourquoi je le vis bien

À l'occasion de la sortie d'une chouette BD, Olive, dont la protagoniste est introvertie, Carotte te raconte comment elle a elle-même découvert qu'elle était introvertie et pourquoi elle le vit hyper bien !

Comment j’ai compris que j’étais introvertie et pourquoi je le vis bienTanner Boriack - Unsplash

En partenariat avec Dupuis (notre Manifeste)

Olive, une héroïne de BD introvertie

madmoiZelle est fière partenaire de la BD Olive, écrite par Vero Cazot et illustrée par Lucy Mazel, qui sort aujourd’hui aux éditions Dupuis.

L’histoire suit le quotidien d’Olive, une jeune fille introvertie qui se crée un monde imaginaire dans lequel elle s’échappe. Elle se plaît dans sa bulle… jusqu’à ce que son quotidien soit ébranlé par l’arrivée d’un inconnu dans son monde imaginaire, et d’une colocataire extravertie dans sa vie.

Olive, éditions Dupuis, Fnac, 12,50€

Tout cela m’a fait penser à mon propre quotidien d’introvertie, parfois bousculé par le monde extérieur et les réactions des autres ! À l’occasion de la sortie d’Olive, j’avais donc envie de te parler de comment j’ai découvert et accepté mon introversion.

Comment j’ai découvert que j’étais introvertie

Entre le moment où j’ai compris que j’étais introvertie et le moment ou je l’ai accepté, il s’est passé un peu de temps.

Est-ce négatif d’être introvertie ?

Je pense que c’est parce qu’au début, je voyais le fait d’être introvertie comme quelque chose de négatif.

Puis petit à petit, lorsque je fus plus renseignée sur l’introversion, je me suis rendu compte que cela expliquait tellement de choses sur mon comportement et mes expériences sociales.

J’ai réalisé que je n’étais pas aussi bizarre ni « différente des gens normaux » que je le croyais. J’étais juste introvertie !

Au fil du temps, en grandissant, j’ai eu l’impression que l’introversion se démocratisait, si je puis dire, que c’était de moins en moins « tabou ».

Je me suis aussi rendu compte que beaucoup de personnes que j’apprécie et admire n’ont pas peur de se définir publiquement comme introverties, dont certaines de mes idoles !

Pour n’en citer qu’une poignée, il y a par exemple Anna Akana, Lady Gaga, Liza Koshy, Zendaya…

Être introvertie : l’équilibre entre ce que tu veux et ce que tu peux faire

Mais au début, je ne comprenais pas comment je pouvais être introvertie alors que trop d’aspects de ce trait de personnalité ne collaient pas avec qui je pensais être.

Je me disais parfois :

Pourquoi je réagis comme ça ? Ça ne va pas du tout avec ce que je veux vraiment…. Étrange.

Par exemple, je pensais sincèrement que je serais une grosse fêtarde une fois ado/adulte, mais en fait, pas tellement.

Disons que j’apprécie danser et twerker toute la night, mais je n’aime pas rester trop longtemps dans une foule et surtout, j’ai une aversion pour les before (mais ça, je t’en ai déjà parlé).

Qu’est-ce qui ne va pas chez moi ? Je sais bien que je suis pas ennuyeuse pourtant…

C’est la question que je me suis posée un jour, alors que je venais de refuser de me rendre à une grosse soirée.

Eh bien la vérité, c’est simplement que les gens me fatiguent. Littéralement !

Une interaction sociale trop longue et trop intense me draine mon énergie, et je finis épuisée autant mentalement que physiquement.

Par exemple, parfois, je suis éreintée, alors je rentre chez moi. Je me retrouve enfin dans ma petite bulle, et d’un coup… j’ai de nouveau de l’énergie !

Fou, n’est-ce pas ? Eh bien pas tant, car c’est un trait que partagent beaucoup d’introvertis : nous autres avons besoin d’être seuls pour recharger nos batteries !

Les galères que tu peux rencontrer en étant introvertie

Lorsque tu es introvertie, il faut passer par quelques problèmes de compréhension de la part des autres, je ne vais pas te mentir.

Introversion ne veut pas dire timidité

Être introvertie est très différent d’être timide. Mais les deux sont souvent confondus et mis dans le même panier.

Personnellement, je fus longtemps persuadée que j’étais timide, parce que les autres me définissaient comme telle. Et que je ne connaissais pas encore la définition de l’introversion.

J’étais perturbée parce que parfois, j’aurais juré ne pas me sentir spécialement timide. Je n’avais juste pas envie de parler ou de participer à la conversation, de me forcer à trouver de quoi combler les silences.

Je ne prétends pas ne pas être timide DU TOUT, mais ce n’est pas la raison PRINCIPALE de mon silence !

Avant d’être à l’aise avec les gens, je suis une personne silencieuse. Relativement discrète.

Pas du tout en cercle privé, cela dit : quand je suis à l’aise, je suis siphonnée.

Mais au premier abord, avec des inconnues, des camarades de classe ou des collègues, je reste silencieuse et discrète parfois très longtemps avant de me dévoiler.

C’est ainsi que je peux paraître méchante et froide. Zéro : le nombre de gens à qui ce n’est pas la première impression que j’ai donnée.

Quand une introvertie fait face à une extravertie

Personnellement, je n’ai pas de problème avec les silences, les « blancs » comme on dit.

Et les gens qui ont un besoin irrépressible de combler chaque silence me mettent mal à l’aise.

Tu as sûrement vécu la situation suivante : tu es à table avec des gens quand soudain, il y a un vide dans la discussion. Tu ne t’en es pas rendu compte parce que jusque là, tu étais bien dans ta tête, à farfouiller dans tes pensées.

Quand quelqu’un s’exclame soudain :

— Eh bah, il y a de l’ambiance ici !

Tout d’un coup, je reviens à la réalité, je suis hyper consciente du silence, je me demande si je devrais parler maintenant, ce qu’il faudrait que je dise pour briser le malaise, etc.

Bref, tout cela crée une gêne là où il n’y en avait pas. C’est alors que tu peux te mettre à croire que c’est toi le problème avec ton silence, mais en fait, non. (Et ce n’est pas non plus la faute de la personne qui a brisé le silence, car cela traduit un trait de sa propre personnalité.)

Un autre trait de l’introversion, c’est que je suis nulle en small-talk.

J’ai parfois entendu d’autres introvertis dire qu’ils ont du mal à parler de la pluie et du beau temps car ils ont besoin d’une discussion intéressante pour tenir le fil.

En effet, si la conversation ne m’intéresse pas, je N’ARRIVE pas à y participer.

Je m’améliore, cela dit, en copiant ce que font les autres, histoire de vivre en société quand même !

Être introvertie n’est pas un problème « à réparer »

Enfin, ce qui est fâcheux en tant qu’introvertie, c’est que les gens veulent à tout prix nous faire « sortir de notre coquille ». Alors que c’est pas une coquille, c’est juste nous.

We are coquille. Faites avec.

Parfois, c’est compliqué d’expliquer aux gens que tu veux être seule, mais ils s’habitueront. Flûte alors !

Pourquoi je vis très bien le fait d’être introvertie

Aujourd’hui, je me fiche comme d’une guigne d’être introvertie.

Je sais que beaucoup de choses que je ne m’expliquais pas, qui n’allaient selon moi pas avec ma personnalité, avec qui je voulais être, sont en fait là parce que je suis introvertie.

Je sais aussi que tout ce temps passé seule me permet de beaucoup réfléchir. Le fait d’être seule t’amène à te connaître mieux, et à beaucoup réfléchir par toi-même voire à travailler ton imagination, comme Olive dans la BD dont je te parlais plus haut.

Mais attention, c’est aussi très cool d’être accompagnée, je ne vais pas le nier. Plein de fois, c’est en parlant à des gens que des idées me viennent et que j’ai des épiphanies !

Introvertie ne veux pas dire repliée sur soi-même !

Et je ne sais pas si c’est le cas pour tous et toutes les introverties mais comme Olive, là encore, je rêvasse tout le temps.

Ce qui a ses avantages et ses inconvénients, pour le coup. Il faut savoir redescendre de mon univers pour retourner dans le monde morne et triste qu’est l’humanité ! (Je plaisante) (quoique…)

Cela dit, en ce qui me concerne, ce n’est pas parce que je pars dans ma tête que je me rends dans un royaume magique, comme Olive.

J’ai même remarqué que très souvent, mes rêves éveillés prennent une tournure sombre et finissent en drame… Mais ceci est un autre sujet.

Accepter mon introversion m’a libérée

Tu veux savoir le plus fou ?

Depuis que je suis ok avec cette partie de moi-même, j’ai l’impression de paraître moins timide.

Comme j’ai accepté qui je suis, je n’essaye plus de réfléchir à « comment faire pour que les gens ne remarquent pas mes défauts ou ne me croient pas bizarre, silencieuse et froide ».

Je ne me préoccupe plus de tout ça, et en conséquence, je suis beaucoup plus à l’aise avec cette partie de moi.

C’est fou, parfois tu penses et veux être tel type de personne… et il s’avère finalement que tu es quelqu’un de complètement différent !

Et c’est grâce à l’introversion que j’ai pu m’en rendre compte, puisque j’ai pu être seule avec moi-même très souvent pour y réfléchir, justement.

C’est ainsi que je suis arrivée à toute cette conclusion, qu’est-ce que tu crois ! Tout s’aligne.

[Alerte guimauve] Être toi-même, c’est le seul moyen d’exister dans la vie car au moins, t’es fixée. Soit on t’aime, soit on t’aime pas, mais toi, t’es en paix avec moi-même !

Ce n’est pas comme si tu choisissais d’être introvertie ou extravertie, non d’un coing.

Et toi, quand as-tu compris que tu étais introvertie ? As-tu d’abord eu du mal à l’accepter ? Qu’est ce que tu préfères dans le fait d’être introvertie ?

À lire aussi : Le bonheur, c’est quoi et comment l’atteindre ?

Carotte

Carotte

Carotte est rédactrice Mode. Elle aime tout ce qui est les chiots, les graines et l'automne. C'est aussi elle qui écrit cette description à la troisième personne.

Tous ses articles

Commentaires

ChaNanaNana

Team #introvertie. Ca a été un réel soulagement d'avoir une explication à ce que tout le monde trouvait "hors de la norme", bizarre. C'est grâce au TED de Susan Cain : "Le pouvoir des introvertis" que j'ai vraiment pu découvrir et accepter ce trait de caractère, ainsi que son livre "La force des discrets". Je vous les recommande donc chaudement :)
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!