Live now
Live now
Masquer
donald-trump-family-planning-funding
Société

Donald Trump continue à restreindre l’accès à l’IVG, cette fois-ci en visant le Planning Familial

Donald Trump avait promis de couper les fonds du Planning Familial… et il met son plan à exécution.

Aux États-Unis, Donald Trump vient encore une fois de porter atteinte aux droits des femmes.

Souvenez-vous : durant toute sa campagne, il avait fait des appels du pied aux plus conservateurs en promettant d’arrêter le financement du Planning Familial.

Le Planning Familial bénéficie-t-il de fonds publics ?

Oui, le Planning Familial reçoit des fonds de l’État fédéral. Ce financement est garanti par le Title X Program mis en place en 1970, avec l’aval des Démocrates et des Républicains. C’est important de le préciser, au vu de ce qui se profile.

Ce sont donc des fonds fédéraux, alloués par le gouvernement fédéral aux organismes qui fournissent des soins de santé reproductive et sexuelle tels que l’accès à la contraception, la prévention contre les IST et les cancers du sein ou du col de l’utérus, mais aussi le suivi de grossesse et l’avortement.

big-aide-planning-familial-americain-trump

De nombreux organismes, dont le Planning Familial, reçoivent donc ces fonds, qui ne doivent cependant pas être utilisés pour les services liés à l’avortement conformément au Hyde Amendment.

Ce texte voté en 1976 vise en effet à garantir que l’État ne finance les soins liés à l’avortement que dans les cas de viol, d’inceste ou de danger pour la vie de la mère.

Ces fonds, pris sur le budget de l’État fédéral, sont distribués aux centres de santé par les États fédérés.

Comment Obama a tenté de protéger le Planning Familial

J’avais déjà expliqué, dans cet article faisant le point sur l’accès à l’IVG sous la présidence Trump, que Barack Obama, juste avant de céder sa place à Donald Trump, avait fait adopter un texte visant à protéger les organismes bénéficiant de ces aides.

big-droit-ivg-etats-unis-trump

Son but était d’empêcher les États fédérés de retirer ces fonds aux centres de santé

pour des raisons autres que leur potentielle incapacité à fournir les soins pour lesquels ils étaient alloués.

Cela répondait à une tendance des États à arrêter arbitrairement le financement de certains centres, pour d’autres prétextes.

Parmi lesquels, vous le voyez venir, le fait qu’ils fournissaient des services d’avortement — et ceci même si les fonds n’étaient pas utilisés pour ces services-là, puisque c’est interdit par la loi.

En effet, le texte mis en place par Obama expliquait que, depuis 2011, 13 États fédérés avaient mis en place des restrictions de ce type. Avec cette mesure, ce n’était donc plus possible.

Et comment Trump menace le Planning Familial, en même temps que la santé des Américaines

Et bien c’est ce texte que Donald Trump vient d’abroger.

Ce qui signifie que les États fédérés peuvent de nouveau décider d’allouer — ou pas — les fonds du Title X Program sur des critères arbitraires, comme le fait que des établissements fournissent des services d’avortement.

Donald Trump vise directement le Planning Familial à travers cette mesure. Selon le New York Times, il avait d’ailleurs proposé à l’organisation — de façon informelle — de ne pas franchir ce pas, à condition qu’elle cesse de fournir des services d’avortement.

Une proposition qui avait bien entendu été refusée, comme l’expliquait Dawn Laguens, la vice-présidente du Planning Familial, au journal :

« Soyons clair : les fonds fédéraux ne financent déjà pas les avortements. […]

Nous promettre de l’argent en échange de l’abandon de nos patient•es et de nos valeurs n’est pas un accord que nous pourrons accepter un jour. »

À lire aussi : Le Planning Familial & vous — Témoignages

Quelles conséquences ?

Pour le moment, il est difficile d’avoir de la visibilité sur les effets immédiats qu’aura l’abrogation de ce texte.

Continuer ou non à financer des organisations comme le Planning Familial va être au bon vouloir des États.

Ce qui est sûr, c’est que c’est un mauvais signal et une mauvaise nouvelle pour la santé des femmes, comme en témoigne le Guttmacher Institute :

« Femmes bénéficiaires : 3,7 millions.

Conséquences évitées : 904 000 grossesses non désirées, 326 000 avortements, 166 000 grossesses adolescentes.

Sans les fonds du Title X program bénéficiant aux services de Planning Familial, en 2014, les grossesses adolescentes auraient été 30% plus nombreuses et les grossesses non désirées et avortements auraient été 33% plus nombreux. »

Cela touchera en premier les femmes précaires, qui sont les principales bénéficiaires des services fournis par ces centres qui servent de « filet de secours » pour celles qui ne peuvent financer leurs soins reproductifs et sexuels.

À lire aussi : Le chiffre impressionnant qui montre que les Américaines ont peur pour leur contraception


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

2
Avatar de 0h-dear
15 avril 2017 à 07h04
0h-dear
Sinon, la cia, Daesh, Poutine, les power rangers, les anonymous, isis, l'onu, quand est ce que vous vous réunissez pour pousser ce gros monsieur dans les escaliers ?
3
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Société

Source : Robin JARRY
Sport

3 conseils pour mieux gérer sa pratique sportive quand on a ses règles

1
Source : SHVETS production de Pexels
Société

Une enquête du Parisien révèle des violences sexuelles à l’Institut national de jeunes sourds de Paris

Source : Capture d'écran Youtube
Société

Violences sexuelles à l’Hôpital : Roselyne Bachelot, émue, confie son expérience dans C à vous

police pixabay
Société

À Metz, un policier qui frappait son ex-femme et ses enfants a été relaxé par la Cour d’Appel

7
Source : Capture d'écran du compte X de Paris 2024
Société

JO 2024 : accusé de harcèlement, Baptiste Moirot ne portera finalement pas la flamme olympique

Source : TF1 - Capture d'écran de l'émission Sept à Huit
Actualités France

Les nouvelles mesures autoritaires de Gabriel Attal pour lutter contre les violences entre mineurs

15
Bâtiments du 4° bataillon de l'école spéciale militaire de Saint-Cyr Coetquidan ; au premier plan, celui de la 13e compagnie en 2018 // Source : Wikimedia Commons / Alain.Darles EOR Saint-Cyr à Coetquidan 1971 / Licence Creative Commons
Actualités France

Violences sexistes et sexuelles à l’académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan : l’enquête choc de FranceTV

4
Source : Ted Eytan // Creative Commons Attribution-ShareAlike 4.0 International License
Actualités mondiales

La Suède adopte une loi qui autorise les transitions de genre à partir de 16 ans

football // Source : Unsplash / Emilio Garcia
Actualités

PSG-Barça : Les supportrices parisiennes agressées sexuellement lors des fouilles ?

Source : Canva
Société

En Seine-Saint-Denis, 51 femmes enceintes dorment à la rue

La société s'écrit au féminin