Live now
Live now
Masquer
dora moutot – quelle epoque transphobie
Éditos de la rédac

Débattre de la transidentité avec Dora Moutot : le pari osé et foireux de France 2

En mettant face à face l’élue trans Marie Cau, et la militante transphobe Dora Moutot, France 2 a tenté d’avoir un « débat constructif » sur la transidentité. Était-ce vraiment la meilleure façon de s’y prendre ?

« J’aimerais rappeler aux médias que l’existence des personnes trans est un fait, pas un débat »

La voix de La Briochée, première candidate ouvertement trans de l’émission Drag Race France, résonnait fort ce dimanche soir à l’issue de sa prestation dans le Légendaire Cabaret Club. Impossible d’ignorer ce à quoi elle réagissait : la veille, lors de l’émission Quelle Époque ! sur France 2 animée par Léa Salamé et Christophe Dechavanne, était invitée Dora Moutot, militante autoproclamée « femelliste » et activiste transphobe assumée.

En face d’elle, une élue, la première maire trans de France, Marie Cau, qui témoigne de son parcours dans un livre, Madame le Maire, publié chez Fayard.

Oui, une émission diffusée sur le service public a jugé bon, pour tenter de comprendre ce qu’est la transidentité d’inviter une des personnalités les plus vocales dans sa haine et son rejet des personnes trans, depuis qu’elle a appelé à exclure les personnes trans de la loi interdisant les thérapies de conversion, ou lorsqu’elle a appelé à désubventionner le Planning familial, avec sa comparse Marguerite Stern.

Cela n’a pas loupé : depuis la diffusion de l’émission ce samedi 15 octobre, plusieurs séquences tournent en boucle sur les réseaux sociaux montrant par exemple Dora Moutot asséner, péremptoire et sûre d’elle, que Marie Cau, assise en face d’elle, n’est pas une femme.

Un débat constructif, quel débat constructif ?

Sous prétexte de vouloir décrypter une actualité, la télévision tombe dans le sensationnalisme facile et parle de phénomène à décrypter comme si les personnes trans étaient apparues le mois dernier.

Au cours de l’émission, Léa Salamé insiste sur l’engagement de toutes les parties à avoir un « débat constructif », mais comment construire une réelle discussion quand on met face à face une femme trans qui doit se défendre d’exister, et une personne dont le désormais seul fonds de commerce est de nier les droits des personnes trans ?

Parler de transidentité dans les médias, oui, qui plus est avec des personnes qui savent de quoi elles parlent et ont la capacité d’apporter des éléments de compréhension. Or ici, le résultat n’est finalement pas à la hauteur de l’enjeu : on nivele par le bas en se limitant à ce qui s’apparente finalement à un « pour ou contre la transidentité ? » ou à un « pour ou contre le genre ? ». Pourtant le sujet mérite d’être abordé avec sérieux, respect et rigueur journalistique, ce qui est souvent encore loin d’être le cas.

Durant l’émission, Dora Moutot s’illustre par la pauvreté de son argumentaire (sur la présence des femmes trans dans le sport) et est reprise par les autres invités, non seulement par Marie Cau, mais aussi par l’humoriste Jérémy Ferrari ainsi que par une personne du public. Pourtant sa simple présence sur le plateau de Quelle Époque ! donne du crédit à son discours transphobe, comme s’il était légitime et représentatif d’un mouvement féministe plébiscité.

Son discours s’est pourtant très clairement radicalisé ces dernières semaines, à travers la publication d’un manifeste « femelliste » (signalé début octobre par le compte Le Coin des LGBT+) pour afficher ses convictions essentialisantes, anti-trans et critiques du genre, la plaçant elle-même en dehors du militantisme féministe, qui dans sa globalité a compris que la transphobie n’avait rien à faire dans ses rangs.

Ce débat violent, dont les extraits sont repris dans tous les médias, s’ajoute à la violence d’une autre émission récemment diffusée sur une autre chaîne, le reportage de M6 Trans – Uniques en leur genre, mais surtout le débat animé par Karine Le Marchand qui en a suivi, où étaient invitées plusieurs militantes transphobes. L’Arcom a été saisie par plusieurs associations.

Un débat à la télévision, et des conséquences bien réelles

Dans un récent sondage Yougov, on apprenait que seulement 47% des Français déclarent que si un proche faisait son coming-out trans ou non-binaire, ils et elles feraient preuve de soutien.

En gros, les personnes trans ont une chance sur deux de recevoir de l’acceptation, de la solidarité et de l’affection de la part de leur entourage.

Face à ce constat, il est clair que la responsabilité médiatique doit être pointée du doigt : refuser de prendre au sérieux la propagation des discours de haine envers les personnes trans, c’est aussi nier les conséquences très concrètes qu’ils peuvent avoir sur la vie des personnes trans, notamment sur celle des plus jeunes.

sondage yougov 2022 soutien a un proche trans
YouGov (Twitter)

Régulièrement, des images de micro-trottoirs des années 70 ou 80 nous parviennent grâce aux archives de l’INA, nous permettant de constater l’évolution des mentalités ou à la persistance de certains préjugés, quant aux droits des minorités, aux violences faites aux femmes… il y a fort à parier que dans une trentaine d’années, certaines images qui nous reviendront de ces « débats » actuels sur le dos des personnes trans nous feront honte.

À lire aussi : « De simples mots peuvent nous blesser, nous tuer » : cette BD montre les ravages de la transphobie ordinaire

Crédit photo : Quelle Époque ! (France 2)


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos podcasts. Toutes nos séries, à écouter d’urgence ici.

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.

Les Commentaires

35
Avatar de Bowzilla
18 octobre 2022 à 21h10
Bowzilla
Je n'ai pas regardé ce débat et je m'épargnerai le replay parce que je n'ai pas envie d'user mon capital patience. J'ai juste envie de commenter la paresse intellectuelle de la chaîne au vu de la liste des invités. Si ils voulaient parler des enjeux de la transidentités, en plus d'inviter une personne trans, ils auraient pu, je ne sais pas, inviter un.e historien.ne, un.e sociologue, un.e psy, etc. Bref, des gens qui sont susceptibles d'avoir un semblant d'expertise ! Au lieu de ça, ils invitent une personne dont le seul lien avec la transidentité est son refus de reconnaître l'existence des personnes transgenres. Il ne s'agit pas d'un débat sur la légalisation du cannabis, pour lequel on pourrait inviter des personnes pour et d'autres contres. Arrêtons de donner la parole à des gens qui sont "contre" l'existence de certains de leur concitoyens ! Comment réussir à aborder la complexité de la question transgenre si la seule chose qu'on entend c'est "pour moi, vous n'existez pas". C'est consternant ! En tout cas, je salue le courage de Marie Cau de s'exposer à de tels discours !
12
Voir les 35 commentaires

Plus de contenus Éditos de la rédac

Source : Getty Images
Éditos de la rédac

Ces résolutions de daronne que je ne vais pas tenir, je le sais déjà

2
Lifestyle

De la lingerie jolie à petits prix ça existe, et la collection Dim Daily Dentelle le prouve

Humanoid Native
Copie de [Image de une] Horizontale (64)
Éditos de la rédac

Pour lutter contre les violences faites aux femmes, allons marcher samedi 25 novembre

Source : Henrique Campos / Hans Lucas
Éditos de la rédac

En 2023, une mère dénonçant l’inceste vécu par son enfant est diabolisée, et cela doit cesser

Thierry Frémaux délégué général du Festival de Cannes // Source : Capture écran Twitter
Éditos de la rédac

Au Festival de Cannes, on « s’en fout un peu » des hommes violents

4
Pour le 8 mars, Madmoizelle tend son micro à celles qui agissent au quotidien // Source : Unsplash
Éditos de la rédac

Pour le 8 mars, Madmoizelle tend son micro à celles qui agissent au quotidien

chasseur-assis
Éditos de la rédac

Après combien d’accidents allons-nous vraiment nous pencher sur la question de la chasse en France ?

50
avortement
Éditos de la rédac

Oui, il est impératif et urgent de constitutionnaliser l’avortement

2
"Crédit photo : Gabriel Tovar / Unsplash"
Éditos de la rédac

Dix ans qu’on attend la PMA pour toutes, on se foutrait pas un peu de nous ?

"Capture d'écran Twitter / C à Vous "
Éditos de la rédac

Cher Jean Castex, il faut appeler un chat, un chat et un viol, un viol

"Capture d'écran BFMTV"
Éditos de la rédac

Ah ben si les « bons pères de famille » gèrent le vaccin anti-Covid, tout va bien…

La société s'écrit au féminin