Live now
Live now
Masquer
cyprien-hater-court-metrage
Culture

Cyprien parle des haters dans un court-métrage

Cyprien a posté son nouveau court-métrage, Le Hater, où il parle des commentaires sur Internet.

Les commentaires méchants sur Internet sont légion, ce n’est un secret pour personne. Il y a les « méchants mais constructifs », qui permettent de faire progresser dans le jeu, la production ou l’écriture, et puis il y a les « méchants méchants ». De la haine pure, quoi : on dirait que ces gens viennent déféquer sur ton paillasson et t’uriner dans la bouche pour leur propre plaisir et pour te faire mal au coeur.

À lire aussi : Les commentaires sur internet – L’Instant Putassier #34

Le Hater est le tout nouveau court-métrage de Cyprien qui, après Technophobe, s’essaie à un autre style de vidéo avec brio.

On y découvre son personnage entouré de sa famille pour son anniversaire. Tout va bien, tout le monde est joyeux, jusqu’à ce que le héros prive tout le monde de gâteau en attendant de connaître l’identité de la personne qui a mis un commentaire haineux sous sa vidéo… qu’il avait postée en privé.

À lire aussi : Cyprien présente « Technophobe », son premier court-métrage

Un court-métrage savamment écrit où Cyprien nous invite à nous questionner sur les raisons qui poussent des êtres humains comme toi et moi à venir déposer un message plein de haine sous les contenus sur Internet.

Avec Justine Le Pottier, Ludovik, Catherine Sauval de la Comédie Française, Nicolas Lormeau de la Comédie Française, Jimmy Labeeu et Claudette Walker !


Ajoutez Madmoizelle à vos favoris sur Google News pour ne rater aucun de nos articles !

Les Commentaires

8
Avatar de mlle_lee
16 juin 2015 à 10h06
mlle_lee
Cyprien est quand même hyper surestimé...
Le Studio Bagel reste pour moi un cran largement au-dessus , même Ludovik y est meilleur (parce que là, bon...)
Après, j'encourage la création artistique, je trouve ça bien quelle qu'elle soit, il va peut-être lui falloir du temps... Mais un Mathieu Sommet s'en sort mieux avec bien moins de moyens je trouve.
Le rythme est lent, un peu mou, les running gags lassent vite. Et la chute est pas hyper bien tournée, on est pas du tout sur le cul. Et ça n'a pas franchement de sens tout ça. Je pense effectivement qu'il a un problème de titre, et d'angle tout simplement. Il aurait appelé ça "Qui c'est qui a haté ?" ça m'aurait vachement plus plu.
2
Voir les 8 commentaires

Plus de contenus Culture

Source : Capture d'écran Youtube
Culture

À Coachella, Lana Del Rey fait un duo avec une invitée surprise et met le public en émoi

Semaine de la critique 2024 / Hafsia Herzi
Culture

La Semaine de la critique, notre sélection préférée à Cannes, a dévoilé ses films en compétition

Bridget Jones // Source : Splendor Films
Culture

Casting, résumé : tout savoir sur Bridget Jones 4 et sa Bridget en daronne veuve

[PR] Image de une • Verticale
Culture

5 anecdotes sur Virgin Suicides, de la plus cool à la plus glauque (comme le film)

Qui sont les Mascus, ces hommes qui détestent les femmes ? Le docu choc de France Télévisions // Source : France télévisions
Société

Qui sont les Mascus, ces hommes qui détestent les femmes ? Le docu choc de France Télévisions

3
Affiche de la série Becoming Karl Lagerfeld, disponible à partir du 7 avril 2024 sur Disney+ // Source : Disney+
Mode

La série Disney+ Becoming Karl Lagerfeld s’annonce comme aussi bien habillée que controversée

1
Source : Canva Pro
Daronne

Ces 5 séries sont les préférées des enfants, et on a tous envie de crever

5
Source : Capture d'écran Youtube
Culture

Victime de racisme, l’actrice Francesca Amewudah-Rivers (Roméo et Juliette) soutenue par 900 artistes

1
Un still du film All we imagine as light, de Payal Kapadia, avec le logo du festival de Cannes // Source : ALL WE IMAGINE AS LIGHT de Payal Kapadia © Ranabir Das
Cinéma

Le festival de Cannes 2024 dévoile sa Sélection officielle : 4 réalisatrices, aux côtés de Gilles Lellouche et Francis Ford Coppola

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

La pop culture s'écrit au féminin