Live now
Live now
Masquer
Capture d’écran 2022-09-19 à 12.57.22
Politique

Après les justifications d’Adrien Quatennens, les féministes s’indignent contre les réactions de LFI

Dimanche 18 septembre, le député La France Insoumise du Nord Adrien Quatennens a annoncé son retrait de ses fonctions au sein du parti, après avoir reconnu, dans un communiqué publié sur Twitter, plusieurs disputes lors desquelles il aurait notamment « giflé » sa femme.

Des disputes, au cours desquelles Adrien Quatennens a « saisi » le poignet de sa femme, lui a « pris son portable », précisant qu’elle se serait « cogné le coude » en voulant le récupérer. Puis une gifle, assénée « dans un contexte d’extrême tension et d’agressivité mutuelle ».

Dans un communiqué publié dimanche 18 septembre sur Twitter, le député LFI du Nord Adrien Quatennens a voulu prendre les devants en s’expliquant sur les faits qui pourraient lui être reprochés dans la main courante déposée début septembre par sa femme, avec laquelle il est en instance de divorce.

Capture d’écran 2022-09-19 à 10.44.49
Capture d’écran du compte Twitter d’Adrien Quatennens

Il est revenu longuement sur sa vie conjugale, évoquant les dernières vacances familiales, puis, la volonté de son épouse de mettre fin à leur mariage, ainsi que plusieurs séquences de violences conjugales. Dans ce même communiqué, il annonce aussi se mettre en retrait de sa fonction de coordinateur de la France Insoumise pour « protéger le mouvement, ses militants et toutes celles et ceux qui comptent beaucoup sur moi. » Une décision attendue et un communiqué qui n’a pas manqué de faire réagir, à gauche comme à droite

Faute avouée, à moitié pardonnée ?

Dans un bref communiqué qui s’est fait attendre, La France Insoumise a salué dimanche la décision d’Adrien Quatennens de se retirer et affirme réitérer son « engagement sans failles dans la lutte contre les violences faites aux femmes », rappelant l’existence en son sein d’un comité de suivi contre les violences sexistes et sexuelles « toujours disponible pour écouter la parole des femmes ».

L’expression d’un soutien à l’égard des victimes de violences bien mince, au regard de la réaction affligeante du chef de file du parti, Jean-Luc Mélenchon, quelques heures plus tôt. Dans un premier tweet, il « salue la dignité » d’un Adrien Quatennens qui « décide de tout prendre sur lui », rejetant la faute sur les réseaux sociaux, les médias et la « malveillance policière », omettant totalement les faits de violences dont il est question :

Capture d’écran 2022-09-19 à 10.45.20
Capture d’écran du compte Twitter de Jean-Luc Mélenchon

Quelques heures plus tard, tentant vainement de se rattraper, il ajoute :

Capture d’écran 2022-09-19 à 10.45.09
Capture d’écran du compte Twitter de Jean-Luc Mélenchon

Le patron de La France Insoumise semble toutefois ne pas prendre au sérieux la gravité de la situation, n’exprimant aucune compassion envers Céline Quatennens et plus largement, envers toutes les victimes de violences.

Mais Jean-Luc Mélenchon n’est pas le seul à feindre d’ignorer à quel point une telle réaction est une véritable parole politique, allant à l’encontre de la défense des droits des femmes, que LFI affirme pourtant placer au cœur de ses priorités. Dans le même temps, la députée de Paris Sophia Chikirou twitte elle aussi : « Il y a le couple d’amis qu’on aime et qu’on déteste voir se déchirer. Il y a le dirigeant politique, Adrien Quatennens, qu’on admire pour son honnêteté et son abnégation. Laissez-les tranquilles maintenant ! ».

Des réactions au goût amer, qui donnent le sentiment que la lutte contre les violences faites aux femmes est à géométrie variable au sein de LFI.

Caroline de Haas, Anne-Cécile Mailfert, Marine Tondelier… Les réactions de sidération s’enchaînent

Les réactions de sidération, face à ce manque de considération criant pour les violences dont il est question, n’ont pas tardé à se faire entendre. En réponse au tweet de Jean-Luc Mélenchon, la militante féministe Caroline de Haas a écrit quelques lignes qui auraient pu constituer une réponse alternative plus acceptable de la part du patron de LFI :

Capture d’écran 2022-09-19 à 10.45.41
Capture d’écran du compte Twitter de Caroline de Haas

Dans un article du Monde, elle précise :

La première prise de parole du leader de la gauche en France, après un communiqué d’un député qui reconnaît des violences, ça ne peut pas être de saluer l’auteur des violences. Jean-Luc Mélenchon se targue d’être connecté à la société, là, il est très loin, à des années-lumière de #metoo.

Caroline de Haas

Sur son site internet, le quotidien rapporte aussi les propos d’Hélène Bidard, responsable nationale de la commission féministe du Parti communiste français, qui estime que cette situation prouve, s’il le fallait, que les politiques sont encore loin d’une prise de conscience :

Il n’y a toujours pas de prise de conscience des politiques, le premier réflexe reste l’inversion de la culpabilité, de la responsabilité. Jean-Luc Mélenchon, sa parole compte, elle a valeur d’exemple. Pour les victimes, c’est la double peine.

Hélène Bidard

Côté Europe Ecologie-Les Verts, la conseillère régionale des Hauts-de-France Marine Tondelier s’est fendue d’un tweet au ton désespéré :

Capture d’écran 2022-09-19 à 11.21.46
Capture d’écran du compte Twitter de Marine Tondelier

Toujours dans Le Monde, elle précise : « Son premier tweet est affligeant, il n’a pas un seul mot pour la victime. Celui qui se veut le porte-parole naturel de la gauche devrait être précurseur sur ces sujets. Il montre qu’il ne comprend pas. »

Parmi les nombreuses autres réactions, la Présidente de la Fondation des Femmes, Anne-Cécile Mailfert, rappelle, s’il le fallait, la différence entre un conflit et des violences, et suggère à Jean-Luc Mélenchon une vidéo « pour se former » :

Capture d’écran 2022-09-19 à 11.28.28
Capture d’écran du compte Twitter d’Anne-Cécile Mailfert
Capture d’écran 2022-09-19 à 11.28.23
Capture d’écran du compte Twitter d’Anne-Cécile Mailfert

Former les politiques à la lutte contre les violences sexistes et sexuelles

Dimanche, sur BFMTV, la co-fondatrice de l’Observatoire des violences sexuelles et sexistes en politique Mathilde Viot estimait selon elle qu’Adrien Quatennens devait se retirer de la vie politique, purement et simplement, et donc, démissionner de son mandat de député :

Un homme qui reconnaît être violent avec sa femme (…) peut difficilement représenter l’intérêt général ».

Mathilde Viot

Selon elle, « s’il restait, cela enverrait un signal absolument délétère envers toutes les personnes qui sont victimes de violences. »

Mais après l’affaire Taha Bouhafs (dont le retrait de l’investiture s’était fait de façon opaque, alors qu’il était accusé de violences sexuelles), et les accusations de harcèlement sexuel visant le député de Saine-Saint-Denis Eric Coquerel, l’affaire Quatennens pose aussi la question plus large de la formation des politiques à la lutte contre les violences sexistes et sexuelles.

Un sujet sur lequel devront justement plancher les députés LFI, qui auront ce jeudi deux heures de formation obligatoire dans le cadre de leur première journée parlementaire… Un calendrier qui vient à propos, mais dont l’efficacité reste à prouver.

À lire aussi : Qui veut faire taire le mouvement #MeTooPolitique ?

Image de Une : capture d’écran Youtube

Violences conjugales : les ressources

Si vous ou quelqu’un que vous connaissez est victime de violences conjugales, ou si vous voulez tout simplement vous informer davantage sur le sujet :

Les Commentaires
4

Avatar de Bebe Hermann
20 septembre 2022 à 05h41
Bebe Hermann
Eh bien moi je trouve normal et sain que l'affaire ait été rendue publique. J'aime bien savoir pour qui je vote, ou pour qui je ne vote plus, en l'occurrence. C'était le dernier clou dans le cercueil pour LFI en ce qui me concerne.
0
Voir les 4 commentaires

Plus de contenus Politique

Capture d’écran 2022-12-13 à 17.48.45
Politique

Marine Tondelier, le nouveau visage d’Europe Ecologie-Les Verts

Camille Lamblaut

14 déc 2022

Capture d’écran 2022-12-12 à 14.59.25
Actu mondiale

À 18 ans, Jaylen Smith devient le plus jeune maire afro-américain de l’histoire des États-Unis

Camille Lamblaut

12 déc 2022

La Première ministre néo-zélandaise cloue le bec d’un journaliste après une question bien sexiste
Politique

La Première ministre néo-zélandaise cloue le bec d’un journaliste après une question sexiste

Camille Lamblaut

01 déc 2022

1
Capture d’écran 2022-11-28 à 12.01.10
Politique

Affaire Quatennens : Clémentine Autain propose la création d’une charte au sein de la Nupes

Camille Lamblaut

28 nov 2022

visuel vertical ca va bien se passer
Société

Et si on récompensait le sexisme des hommes politiques ? C’est le pari (ironique) de Ça va bien se passer*

Maëlle Le Corre

24 nov 2022

6
Capture d’écran 2022-11-24 à 12.15.46
Sport

Qatar 2022 : la ministre des Sports encourage les Bleus à « exprimer leur engagement en faveur des droits humains » 

Camille Lamblaut

24 nov 2022

Capture d’écran 2022-11-18 à 22.55.07
Actu mondiale

Figure importante de la politique américaine, Nancy Pelosi laisse place à la « nouvelle génération »

Camille Lamblaut

18 nov 2022

1
Laurent Bigorgne, ancien directeur de l’Institut Montaigne, a reconnu avoir versé de la MDMA dans le verre de Sophie Conrad à son insu
Actu en France

Un proche d’Emmanuel Macron comparaît devant la justice pour avoir drogué une ancienne collaboratrice

Camille Lamblaut

10 nov 2022

Capture d’écran 2022-09-21 à 14.02.43
Politique

Visé par des accusations de violences psychologiques, Julien Bayou se met en retrait

françois-hollande-doublage
Pop culture

François Hollande : après la présidence, son nouveau job de doubleur de dessin animé

Manon Portanier

30 août 2022

17

La société s'écrit au féminin