Welcome to Mali (Amadou et Mariam)

Ils avaient explosé aux yeux du grand public en 2004 avec Dimanche à Bamako, après s’être révélés notamment aux Transmusicales de Rennes en 1998. Ils reviennent en 2008 avec leur cinquième album studio, Welcome to Mali, et j’aurais pu craindre que leur originalité ne me touche plus, qu’ils finissent par me lasser, que je ne […]

Welcome to Mali (Amadou et Mariam)

Ils avaient explosé aux yeux du grand public en 2004 avec Dimanche à Bamako, après s’être révélés notamment aux Transmusicales de Rennes en 1998. Ils reviennent en 2008 avec leur cinquième album studio, Welcome to Mali, et j’aurais pu craindre que leur originalité ne me touche plus, qu’ils finissent par me lasser, que je ne retrouve plus la magie des précédents, ou que leur son soit dénaturé par la participation de “corps étrangers” comme Damon Albarn, M ou Keziah Jones. Eh bien…

Non. Il y a chez ce couple malien quelque chose d’irrémédiablement attachant et parfois irritant : ils s’aiment. Cet album est plein de chansons d’amour où Amadou et Mariam se déclarent leur flamme de toutes les manières possibles. Ils s’aiment et forcément, ça peut énerver. Grumpfl.

Mais il y a cette musique qui annihile toute pensée négative, cette world music empreinte d’afrobeat, de reggae, de rock et de pop, qui prend dans cet album une nouvelle ampleur. Ils ont un filon et l’exploitent avec toutes leurs armes : de la sincérité, de l’amour et des collaborateurs talentueux. Musicalement, il est plusieurs tons au-dessus que les précédents. Le disque emprunte de nombreuses et diverses pistes, funky, mélancolique ou rock, grâce à la patte distinctive d’un Mathieu Chedid sur “Masiteladi”, et même électro avec “Sabali”, produit par Damon Albarn.

Comme je l’ai dit au-dessus, avec autant de collaborations, j’ai eu peur qu’ils se perdent, qu’ils fassent un peu tout et n’importe quoi pour fabriquer des tubes radiophoniques et rien d’autre. Sois rassurée, ce n’est pas le cas. De leurs propres dires, ils ont envie de créer un vrai métissage culturel tout en faisant toujours du Amadou et Mariam. Et en effet, l’album forme un tout bien homogène, ponctué par des titres plus dansants que d’autres, plus mélancoliques et même contestataire comme sur “Ce N’Est Pas Bon”.

Et puis il ce rythme, l’afrobeat, la guitare d’Amadou Bagayoko et la voix de Mariam Doumbia qui, même si ça fait super cliché de le dire, fait voyager, nous transporte au-delà de notre piaule d’étudiante et nous fait atterrir en Afrique, nous transmet une simplicité, une joie de vivre qui contraste avec ce que l’on peut voir de l’Afrique, en particulier en ce moment au Congo. Amadou et Mariam nous apportent une vision de l’Afrique qu’on ne voit et n’entend pas assez souvent. Ce continent (non, je ne ferais pas une « Palin ») n’est pas que guerre et famine, il est aussi amour et optimisme (je crois distinguer un “Yes we can” dans “Je Te Kiffe”, un titre qui ne doit pas te faire peur, lol). C’est, je crois, le message qu’ils ont voulu transmettre avec ce Welcome to Mali.

On se fait « Masiteladi » (feat M) ?

[deezer]2606299[/deezer]

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 2 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Lavraiefashionista
    Lavraiefashionista, Le 10 décembre 2008 à 17h16

    j'adoreeeeeeee !!!

Lire l'intégralité des 2 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)