Ces trucs inquiétants de l’internet

Parfois, l'Internet nous fait lever un sourcil inquiet sans même avoir besoin d'un gif avec Slenderman caché au fond. Retour sur les trucs presque flippants qui jalonnent notre quotidien.

Ces trucs inquiétants de l’internet

Souvent, je repense au temps lointain où toute connexion était une palpitante aventure jalonnée de bips étranges, de gargouillis modemesques et d’angoisse de dépasser le seuil fatidique des « quarante-heures-de-connexion-par-mois ». À l’heure où l’âme de ce bon vieux MSN a pris son envol vers celle de Gavroche et de Mimi Pinson, il est temps d’étudier ces phénomènes étranges qui nous sautent aux mirettes en moins de temps qu’il n’en faut pour dire « Kilobit ». 

La pub

Avant l’ère Internet, le petit écran concentrait moult pubs souvent toutes plus WTF les unes que les autres – souvenons nous avec émotion, par exemple, du temps où un lave-linge parlait à Carla Bruni qui lui fait un strip-tease, où la mère Denis attendrissait la France entière avec son désormais mythique « C’est ben vrai ça », et où de merveilleuses chorégraphies étaient diffusées pour nous rappeler que « la sécu c’est bien, en abuser ça craint ». À l’époque, Patrick Le Lay, alors PDG de TF1, avouait vendre à Coca-Cola du « temps de cerveau humain disponible ».

Et aujourd’hui ? Nous croulons sous diverses injonctions toutes plus étranges les unes que les autres. Chuck Norris lui-même ne pourrait pas baguenauder sur Internet sans tomber sur un encart lui proposant de « devenir trader en une semaine et gagner jusqu’à 3000 Euros par jour ». À chaque fois que je traîne sur des sites non-cautionnés par Hadopi, des « filles de ma ville » me gratifient de moult « salu, sava beaugosse* ».

C’était le bon temps, ma bonne dame.

Et ce sans parler de l’horrible pub qui prétend, mauvaise animation à l’appui, faire perdre deux kilos par semaine au niveau du ventre et qui me donne envie de m’exiler au fin fond du Laddakh avec pour seule compagnie un pot de Nutella et une colonie de koalas.

* Je me suis toujours demandé ce qu’il se passait si on répondait à ce genre de message. Si quelqu’un s’est lancé dans cette palpitante aventure, qu’il la narre dans les commentaires – un bisou volant te récompensera.

Les trolls

Kevindu31 en pleine réflexion philosophique

Avant, je croyais que les trolls étaient ces êtres au débit nasal aléatoire que l’on ne peut croiser que dans Harry Potter ou Le Seigneur des Anneaux. Grave était mon erreur. Sur Internet pullulle une espèce nuisible au verbe fourbe et à l’éloquence abstraite : j’ai nommé le troll, ce fléau du XXIème siècle. Tapi dans l’ombre et l’anonymat, le troll passe son temps à répandre la bêtise et la désolation. Les pouces rouges sur une vidéo de chatons ? C’est lui. Celui qui compare à Hitler** tout individu n’aimant pas les One Direction ? C’est encore lui. Ce sinistre personnage dont l’orthographe donnerait une poussée d’acné à Bernard Pivot ? C’est parfois lui. Bref, en cette triste époque, les trolls sont partout.

* Selon Mike Godwin, « plus une discussion en ligne dure longtemps, plus la probabilité d’y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Adolf Hitler s’approche de 1 ». Vous voilà prévenues.

L’oubli

Un jour, ces jeunes filles en fleur paieront pour leurs duckfaces. 

Lorsque je n’étais qu’une innocente enfançonne, un ordinateur d’un mètre cube qui faisait le bruit d’une locomotive asthmatique fit son apparition dans la maison familiale. Soucieux de préserver sa progéniture de pédophiles en puissance/chansons de Céline Dion/Kama Sutra pratiqué par des grenouilles chauves, mon paternel ne m’autorisait à converser que sur UN forum, dédié à Star Wars. Mes posts étaient de grands moments de littérature (« Kikoo, jaimerai écrire des livre sur StarWars, commen on fait ? »), de modestie (« Kikoo, commen on fait pour devennir le succaisseur de George Lucas ? ») et de philosophie (cf. plus bas).

Imaginez donc mon horreur lorsque je me suis rendue compte, dix ans plus tard, que soixante messages empreints de niaiserie et de grossières fautes d’orthographe étaient toujours présents et librement accessibles, quelque part sur la toile. Je bénis mon paternel qui m’a obligée à prendre un pseudo : mais qu’en est-il de tous ces kikoolols et bestah sistah qui exposent gaiement duckfaces et sentences philosophiques diverses, patronymes au vent ? Pourront-ils effacer les stigmates numériques de leur folle jeunesse lorsque l’heure de leur premier entretien d’embauche sera venue ? Vous avez trois heures.

(Note de mon moi-du-futur à mon moi-du-passé : file dans ta chambre et va te coucher).

Les spams

Un ami porteur de prostate m’a confié qu’une grande majorité de la gent masculine recevait des e-mails leur proposant d’élargir une certaine partie de leur anatomie (je ne parle point du tarin – une telle opération aurait pourtant le mérite d’ouvrir la voie à la pratique de la double-nasoflûte basse, mais bon). Depuis quelque temps, je reçois régulièrement des mails de gens me demandant de me pencher sur leurs produits, pour les acheter ou en parler autour de moi. Des produits qui ne me mettent que rarement des paillettes dans les yeux. Mon préféré était une grenouillère pour adulte, « casual et branchée », vendue pour la modique somme de… plus de 100 euros.

Quelque part dans la boîte Spam de nos mails croupissent des échantillons de prose éclectiques : ici, une offre de régime qui tient du surnaturel attend vainement d’être lue ; là, une promotion pour un voyage dans un pays du Tiers-Monde restera à jamais close. Et alors que les lettres d’amour semblent avoir été reléguées aux portes du vingtième siècle, nos boîtes aux lettres demeurent tristement vides.

Et toi, quelles sont les choses qui t’intriguent voire t’effraient le plus sur Internet ? Raconte-moi toutes tes mésaventures numériques. Nous pourrons pleurer ensemble, si tu le souhaites, le bon vieux temps de la plume et du parchemin.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 22 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Sylvanas Coursewind
    Sylvanas Coursewind, Le 6 septembre 2013 à 14h48

    Dans mon ancienne école, ils nous avaient obligé à ouvrir un compte sur Viadéo sous peine d'un zéro pointé. J'aime pas trop l'idée de dévoiler mon parcours sur un site ouvert à tous.
    Quand j'ai vu qu'une personne qui m'a fait beaucoup de mal me stalkait via ce site, j'ai eu très peur.
    J'ai supprimé mon compte mais il faut compter 15 jours entre la demande et la suppression définitive sans se connecter.

    Le droit à l'oubli n'est malheureusement pas surtout les forums et je trouve ça inadmissible.
    On peut les dénoncer à la CNIL ou  pas ?

Lire l'intégralité des 22 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)