L’interdiction des portables à l’école a été définitivement adoptée par l’Assemblée

Interdire les portables à l'école et au collège, est-ce une bonne idée ? Est-ce seulement possible ? En tout cas... la mesure est adoptée définitivement.

L’interdiction des portables à l’école a été définitivement adoptée par l’Assemblée

Mise à jour du 31 juillet 2018

« Définitivement adoptée » : par 62 voix pour, une voix contre, les député·es se sont prononcé·es sur le texte proclamant l’interdit des portables à l’école.

Une grande partie de l’opposition (Républicains, Socialistes, France Insoumise et Communistes) s’est abstenue, pour les mêmes raisons que lors du premier passage de la loi devant l’Assemblée Nationale : il s’agirait d’une mesure « cosmétique »… Qui s’appliquera pourtant à la rentrée.

Mise à jour du 8 juin 2018

Il y a 6 mois, je vous parlais d’une promesse du ministre de l’Éducation nationale : interdire les portables à l’école et au collège (lire ci-dessous).

Ce jeudi 7 juin, la proposition de loi a été votée à l’Assemblée Nationale, selon Le Monde, qui précise :

Le texte, adopté à main levée en première lecture, a obtenu les voix des élus de la majorité LRM et MoDem, ainsi que de l’UDI-Agir, mais tous les autres groupes ont dénoncé une proposition « inutile » voire une « tartufferie » (Les Républicains), qui revient à une « simple opération de communication ».

De toute évidence, le concept ne fait toujours pas l’unanimité !

L’interdiction des portables à l’école, entre utopie et fausse bonne idée

Publié le 11 décembre 2017

Je suis rentrée en 6ème en 2001 (WOW LA VIEILLESSE). Le portable, c’était un truc de « grand ». J’ai eu mon premier téléphone mobile en 3ème. C’était la folie, il pouvait même faire des photos !

J’avais un forfait me permettant d’envoyer 180 SMS par mois OU de téléphoner. Lisez bien ces lignes, si pour vous la 4G et les messages illimités sont un acquis éternel !

Je n’avais pas Internet sur mon téléphone. Enfin, je pouvais l’avoir, mais ça faisait un hors-forfait de bâtard et ma mère m’aurait défoncée en recevant la facture.

Et au collège ? Bah non y avait pas le Wi-Fi, évidemment. On pouvait aller sur Internet au CDI mais seulement pour les cours, officiellement. Dans la salle multimédia, on se tabassait en local sur Bomberman, c’était plus marrant.

À lire aussi : 6 prises de conscience débiles qui m’ont mis un coup de vieux inattendu

En 2017, ma cousine de 13 ans m’a ajoutée sur Snapchat et mon cousin de 10 ans connaît mieux les stars de YouTube que celles de la télé. Décidément, le monde a changé… et forcément, la vie des élèves aussi.

Le ministre de l’Éducation nationale promet d’interdire les portables à l’école et au collège

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, a déclaré sur RTL que les portables seraient interdits à l’école comme au collège dès la rentrée 2018.

Ça se passe à 48 min

Que dit le ministre ?

Que OUI, les téléphones seront interdits à l’école et au collège dès la rentrée 2018. Qu’il faudra réfléchir à des modalités diverses, car on a parfois besoin d’un téléphone pour des usages pédagogiques ou des situations d’urgence.

Que des études montrent qu’il est néfaste d’exposer des enfants de moins de 7 ans à des écrans de façon répétée. Ici, Jean-Michel Blanquer évoque « un problème de santé publique ».

À lire aussi : Les écrans, meilleurs ennemis de votre sommeil ?

Le ministre rappelle que certains collèges arrivent à confiner les téléphones, que ce n’est pas aussi impossible qu’on peut le croire.

Il déclare enfin, cette fois-ci dans L’Express :

« Il s’agit là encore de faire respecter les règles et le droit.

L’usage des téléphones est déjà interdit en classe. Avec les principaux, les professeurs et les parents nous devons trouver le moyen de protéger nos élèves de la dispersion occasionnée par les écrans et les téléphones.

En conseil des ministres, nous déposons nos portables dans des casiers avant de nous réunir. Il me semble que cela est faisable pour tout groupe humain, y compris une classe. »

À lire aussi : Et si ce téléphone minimaliste était la clef pour ne plus rester le nez dans nos smartphones ?

Comment interdire les téléphones en cours ?

C’est là que le bât blesse, car comme le rappelle Jean-Michel Blanquer lui-même, l’usage du portable est déjà interdit pendant les cours à l’école comme au collège (pas forcément pendant les pauses).

Attend-on des profs qu’ils confisquent chaque matin tous les téléphones ? Devront-ils compter les appareils déposés dans la boîte à smartphones, et comparer le résultat avec leur nombre d’élèves ?

Y aura-t-il un créneau dédié au prévisible bordel lorsque 30 ados essaieront de retrouver LEUR smartphone noir à coque éraflée parmi 30 smartphones noirs à coque éraflée ?

Et qui sera responsable quand des élèves en profiteront pour piquer le téléphone du souffre-douleur victime de harcèlement scolaire, afin de lui rendre la vie encore plus difficile ?

Et si la boîte bascule, est-ce à l’enseignant, ou à l’établissement, ou à l’assurance de rembourser un appareil coûtant plusieurs centaines d’euros ?

Autant de prises de têtes qui ne sont pas forcément la priorité pour les élèves comme pour le corps enseignant, tant il y a d’améliorations possibles pour l’école et le collège modernes.

À lire aussi : 3 idées pour améliorer le lycée en France

Faut-il interdire le portable à l’école ?

Finalement, c’est cette question qui m’intéresse le plus.

Le ministre de l’Éducation nationale mentionne des études indiquant que les écrans sont nocifs avant 7 ans, mais dès le CE1, on n’a plus 7 ans, généralement !

Et puis, je me souviens avoir passé des samedi matin devant des dessins animés bien avant mes 7 ans. Les écrans, pour moi, ce n’était pas un smartphone ou une tablette, certes, mais on avait la télé…

Comme le mentionne Jean-Michel Blanquer, le téléphone a plein d’utilisations possibles. On peut l’utiliser à des fins pédagogiques, il est utile en cas d’urgence, et certains parents s’en servent pour garder le contact avec leurs enfants.

Oui, on a fait sans pendant très longtemps et on s’en est sortis, mais au  lieu de bannir le smartphone des écoles, ne faudrait-il pas… que l’école ressemble à notre réalité moderne, celle dans laquelle les gens ont des smartphones ?

À lire aussi : Égalité des chances par l’école : le jeune prof qui défiait Bourdieu

Et si l’école intégrait les smartphones ?

À mon sens, l’école enseigne des connaissances, certes, mais aussi la vie en société. Ça fait partie de ce qu’on appelle « avoir de l’éducation ».

Ça fait quelques années à peine que les smartphones sont accessibles à tout le monde. Leur usage n’est pas totalement codifié.

Plein d’adultes se plaignent d’avoir des potes toujours scotchés à leur écran, lisant des messages en plein dîner au restaurant ou téléphonant au cinéma…

Alors peut-être que l’école pourrait jouer un rôle dans cette « étiquette » de l’utilisation ! Peut-être qu’on pourrait apprendre aux élèves, à terme, qu’il y a des situations où il est pertinent de sortir son smartphone, et d’autres non.

Peut-être qu’on pourrait apprendre à bien l’utiliser, découvrir les réglages de confidentialité pour protéger sa vie privée, apprendre à repérer les « fake news », parler du cyber-harcèlement

L’éducation du futur, c’est maintenant qu’elle peut voir le jour. Je vous conseille cet article, L’élève connecté, paru sur le blog du Syndicat des Enseignants de l’Unsa.

On y découvre une proposition, celle d’une journée dans la peau d’une élève connectée, studieuse à la fois dans la réalité physique et en ligne. L’espoir d’une éducation qui se fait avec l’Internet, en tirant le meilleur de ses possibilités.

Je suis toujours d’avis qu’il faut éduquer plutôt que d’interdire, même si ça prend plus de temps. Je comprends que ça soit très dur pour les profs de ne pas pouvoir gérer l’utilisation des smartphones en cours.

Mais j’ai envie de me dire que d’autres solutions sont possibles. Et toi, t’en penses quoi ?

À lire aussi : L’ordinateur portable à la fac, est-ce vraiment une bonne idée ?

Galveston, en salles le 10 octobre, présenté par Kalindi !

Mymy

Mymy, entre deux bouquins qu'elle chronique parfois en vidéos, est la rédac-chef adjointe/correctrice/community manager de madmoiZelle. Elle aime rester chez elle, les chatons mignons, la raclette du dimanche et les séries télé avec des retournements de situation dedans.

Tous ses articles

Commentaires
  • Calli
    Calli, Le 10 juin 2018 à 23h55

    En fait je crois que quoi qu'il soit décidé, interdiction ou autorisation, il y a aura d'un côté des conséquences positives et des conséquences négatives à l'échelle de l'individu. Mais comme on est dans un collectif, et un collectif sûrement peu modelable (je travaille en institution et nous on peut faire des exceptions mais j'imagine que dans le circuit ordinaire c'est plus difficile), il faut qu'il y ait une règle commune.
    Du coup moi je pencherai pour l'autorisation dans les intercours parce que le portable devient, qu'on trouve ça bien ou non, l'extension de nos mains, et que c'est illusoire de vouloir interdire son utilisation dans ces cas là de "off" et que y a bien un moment où le portable aura pris tellement d'ampleur que la question se posera même plus.
    Par contre, prévention +++ sur les risques que courent les enfants à être trop devant les écrans, ça c'est certain !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!