Le Saviez-Vous ? — Spécial nourriture

Le Saviez-Vous revient pour une toute nouvelle édition, qui se penche aujourd'hui sur une des meilleures choses au monde : la nourriture.

Le Saviez-Vous ? — Spécial nourriture

La nourriture a un petit côté magique. Elle nous console mieux que le meilleur des amis quand on est tristes, elle nous fait saliver au restaurant, elle se transforme entre nos mains quand on a décidé de faire à manger… La nourriture, c’est beau. Jamais je ne m’en lasserai et j’espère qu’elle ne se lassera jamais de moi.

Maintenant que nous nous sommes bien rappelé comme la bouffe était belle, essayons ensemble de creuser un peu nos connaissances en la matière, histoire d’en mettre plein la vue à bonne-maman quand on rentrera en terres natales le week-end prochain (ou celui d’après (ou celui d’après) (ou celui d’après) (ou peut-être même que tu y es déjà). C’EST PARTI avec un le saviez-vous spécial nourriture !

Les M&M’s sont une conséquence de la guerre

La société M&M’s Chocolate Candies a été fondée en 1935 par Forrest Mars et Bruce Murrie. L’idée, Forrest l’avait eu en Espagne, en voyant des soldats manger du chocolat enrobé de sucre. Pour doubler la quantité de sucre dans leur sang et leur donner un regain d’énergie vif comme l’éclair ? Même pas : tout simplement parce qu’ainsi, le chocolat ne fond pas entre leurs doigts.

C’est fort malin. Et dire que je trouvais simplement que les couleurs étaient jolies…

Les glandes anales des castors aiment les desserts

Sous cet intertitre qui semble sortir tout droit de la couverture d’un livre de Katherine Pancol se cache une vérité que j’ai bien longtemps ignorée.

Certains castors ont des glandes « anales » particulières (ce sont en réalité des glandes situées dans le cloaque de l’animal, à proximité de son pénis et de son anus). Ces glandes produisent une substance huileuse appelée castoréum. Et cette substance est un des composants de l’arôme de vanille (et dans une moindre mesure, de ceux des fraises et framboises) et pour parfumer certaines cigarettes, selon le livre des arômes de George A. Burdock.

Enfant dégustant une glace au jus de fesse d’animal. 

L’eau ne calme pas le piment

Chaque fois que je suis au restaurant, je prends toujours un plat trop épicé. Parce qu’un jour, une amie qui vient de l’Île Maurice a dit en soirée « Je suis vachement habituée au piment mais alors Sophie encore plus que moi, c’est fou, j’ai rarement vu ça », et que j’ai ressenti une certaine fierté. Même dans une pizzeria, j’arrive à pourrir mon repas en rajoutant beaucoup trop d’huile piquante. Bon, maintenant, j’ai compris mon erreur et je fais tout l’inverse : je mets plus rien nulle part, comme ça je suis tranquille.

Être surestimée, même pour un truc aussi anecdotique, c’est dangereux quand on a le challenge facile. À chaque fois, la bouchée de trop me faisait pleurer, tousser, regretter mon geste. J’essayais de faire passer la douleur avec de l’eau, mais rien n’y faisait. Je pouvais encore essayer longtemps : la brûlure ressentie est due à une substance liposoluble, ce qui veut dire qu’elle ne peut se dissoudre que dans le gras. Or, y a-t-il du gras dans l’eau ? Non. Sauf si tu bois de l’eau à l’huile (je juge pas, chacun son truc).

Du coup, pour atténuer la douleur du piment, il faut se tourner vers le beurre, le lait, ou la crème glacée. Le fromage aussi, du coup, et tout aliment qui contient une bonne dose de matières grasses.

Ça tombe bien parce que je préfère le beurre à l’eau, personnellement. Du coup, je te raconte pas combien j’aurais aimé qu’on me prévienne plus tôt.

Le concombre est un fruit

Contrairement aux idées reçues, le concombre n’est pas un sextoy, mais bel et bien un fruit. OH ! Bonne vanne.

La complainte du concombre qui ne voyait pas assez le jour.

On savait déjà que l’avocat et la tomate n’était pas des légumes, mais des fruits. C’est un peu un piège récurrent au Trivial Pursuit. Je sais pas pourquoi, les gens ont moins tendance à venir se la raconter en disant la même chose avec le concombre. Si ça se trouve, c’est parce que tout le monde le sait, et que j’étais la seule conne à ne pas être au courant.

Le miel ne se périme pas

Ça, je l’ai appris en regardant Man VS Wild, quand Bear Grylls fait un feu pour que les abeilles ne l’attaquent pas et leur piquer du miel. Là il dit « le miel ne se périme pas, même dans mille ans t’en retrouves bah tu le réchauffes et tu le manges et c’est bon, et au fait sais-tu que ma grand-mère en fait avec ses oreilles ? » (j’ai un peu modifié les propos, j’ai pas pu m’en empêcher).

Et là, j’étais dégoûtée, parce que quelques semaines plus tôt, j’en avais jeté, du miel, en pensant qu’il n’était plus bon. Faut savoir que je déteste gaspiller (c’est pour ça que je mange des haricots plats périmés depuis trois jours : je te jure, cette histoire aura raison de mon colon).

Au fait, t’as déjà vu Bear Grylls qui se fait un lavement anal sur un radeau ? Non ? Ça te tente ? Eh bien écoute, plaisir d’offrir…

…joie de recevoir.

Une combinaison incongrue, mais obligatoire

Je sais pas si tu te souviens, mais en novembre dernier, on découvrait le travail d’Olivia Locher, une photographe américaine qui mettait en images quelques-unes des lois les plus absurdes au pays de l’Oncle Sam. On apprenait ainsi, entre autres, qu’il était interdit de servir de la tarte aux pommes sans fromage au Winsconsin.

J’aime beaucoup cet État.

Ta vessie, les asperges et le pet du putois

J’aime bien manger des asperges, mais je n’aime pas la conséquence première de ce choix culinaire : l’odeur désagréable quand je vais vider ma vessie après coup. L’explication de cette modification olfactive est toute simple (bien que difficile à orthographier) : en se dégradant, l’asperge produit du méthyl mercaptan, une molécule très odorante qu’on retrouve dans les pets de putois – tu sais, ce jet qui reste pendant des jours quand on en a été le destinataire. Youpi.

Honhonhon le croissant

Le croissant est, avec la baguette de pain, la Tour Eiffel, le baiser mouillé, le béret et le fromage qui sent fort, l’un des symboles de la France.

Eh bien, selon une légende, le croissant n’aurait pas été créé en France, mais en Autriche, au dix-septième siècle. L’armée autrichienne a débouté les Turcs hors du pays, prévenue par les boulangers levés à l’aube que ses adversaires creusaient un tunnel pendant la nuit. Un de ces professionnels du petit-déjeuner aurait mis au point une recette (sucrée ou salée, on ne sait pas vraiment) en forme de croissant musulman pour fêter la victoire.

C’est près de 100 ans plus tard que la viennoiserie serait arrivée en France avec Marie-Antoinette. Le croissant feuilleté au beurre que nous connaissons ne serait commercialisé dans nos boulangeries que depuis 1920.

De la drogue dans ta purée

La noix de muscade est une épice plutôt cool : utilisée avec parcimonie, elle relève parfaitement le goût des pommes de terre, en purée ou dans les gratins dauphinois par exemple.

Eh bien si l’idée te prend, dimanche avec ton rôti, de préparer un petit gratin en ajoutant une pointe de noix de muscade, essaie de ne pas avoir la main trop lourde : consommée en grande quantité, elle est une drogue aux puissants effets hallucinogènes (un peu comme les champignons qui font voir des trucs bizarres). À une dose très, très très élevée, ça peut même être mortel.

Je ne regarderai plus mes placards de la même façon.

Les plats sont meilleurs si c’est quelqu’un d’autre qui les fait pour vous

Quand on cuisine, on devient insensibles à l’odeur des aliments, vu qu’on a le nez dedans pendant toute la préparation. Or, une grande partie du plaisir gustatif vient de l’odorat. C’est donc tout logiquement que les plats préparés par les autres nous semblent avoir meilleur goût.

Ah bah, j’suis bien rassurée, j’avais toujours pensé que je trouvais les plats des autres meilleurs que les miens parce que je cuisine de manière intensément nulle.

Oh.

Le boeuf à bière du Japon

On est probablement nombreuses à connaître le boeuf de Kobe, au moins de nom. Il fait partie du Wagyu, un terme qui englobe plusieurs races de boeufs japonais.

Le boeuf de Kobe, c’est déjà vachement luxueux. Il paraît que ça a un goût de beurre, de noisette et parfois de foie gras (c’est pas moi qui le dis, c’est Le Monde). Mais certains éleveurs, souhaitant que la viande soit encore plus tendre, vont très loin : ils massent leurs boeufs à la bière et au saké (pour mieux faire pénétrer les graisses dans le muscle, toujours d’après Le Monde) et leur font écouter de la musique classique pour qu’ils dorment mieux.

Bière, massage, musique… Franchement, c’est à se demander si même le plus gros amateur de viande rouge préférerait manger du boeuf de Kobe, ou en être un. 

– via Secouchermoinsbête, Le Saviez-Vous, edidyouknow

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 18 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Petite unicorn
    Petite unicorn, Le 25 mai 2014 à 21h39

    Super cet article, j'ai appris pleins de choses. Et faut dire que je suis comme toi, je ne savais pas que le concombre était un fruit.
    Du coup, je ne vois plus certains aliments comme avant !!!

Lire l'intégralité des 18 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)