La pilule masculine avance, et cette nouveauté donne espoir

Par  |  | 47 Commentaires

La pilule masculine n'est toujours pas disponible, mais beaucoup de gens travaillent au développement d'une contraception hormonale et orale pour hommes !

La pilule masculine avance, et cette nouveauté donne espoir

Quand on a un utérus mais qu’on ne veut pas être enceinte, diverses méthodes existent afin de se prévenir d’une grossesse non désirée.

Le super médecin Martin Winckler en a d’ailleurs dressé un beau portrait hier sur madmoiZelle : Tout savoir sur la contraception, quand tu débutes ta vie sexuelle !

Mais ça, c’est quand on a un utérus…

Où en est la contraception masculine ?

Quand on a un pénis, les options sont différentes.

En mars 2017, Chloé vous résumait la situation dans un article très complet : Oui, la contraception pour homme existe au-delà du préservatif… et voici pourquoi vous l’ignorez.

Je vous le résume rapidement ! Pour éviter de provoquer une grossesse, il existe…

  • Le préservatif, qui protège aussi des MST et IST
  • La vasectomie, qui peut être réversible mais « doit être considérée comme irréversible » selon le Ministère de la Santé, car il n’est pas garanti qu’on puisse revenir en arrière
  • La contraception thermique (ou « slip chauffant » pour le grand public), prescrite dans un hôpital seulement
  • La contraception masculine hormonale, prescrite en France par deux médecins seulement

C’est de cette dernière option que je vous parle aujourd’hui. Car les choses évoluent !

La nouvelle pilule masculine

Broadly explique qu’un nouvel essai de contraception orale et hormonale pour hommes est en cours.

Le médicament est testé pendant plusieurs phases. La première, dont les résultats viennent d’être présentés, a été menée conjointement par le Centre médical de l’Université de Washington et le Centre médical de Harbor-UCLA, à Los Angeles.

Le petit nom de cette pilule expérimentale est DMAU, pour dimethandrolone undecanoate (à vos souhaits).

Comme beaucoup de pilules contraceptives féminines, elle combine deux éléments : un progestatif et une hormone. Pour les femmes, il s’agit d’un estrogène, et pour les hommes, de testostérone.

C’est aussi ce cocktail qui compose les rares pilules masculines disponibles en France, dont je vous parlais ci-dessus.

À lire aussi : Le stérilet est déconseillé aux nullipares, et autres idées reçues erronées sur la contraception

Un des écueils à prendre en compte pour les scientifiques développant cette nouveauté est que la testostérone, quand on l’ingère oralement, est trop vite assimilée. Ce qui mène parfois à devoir prendre deux doses par jour, et non une seule.

Un acide gras a été ajouté à la DMAU pour éviter cet obstacle : il ralentit le passage de la testostérone dans le corps et permet aux patients de prendre une pilule par jour, comme les femmes !

La DMAU a été testée sur 100 hommes pour le moment. 83 d’entre eux ont continué le test pendant tout le mois, ce qui indique que les effets secondaires n’étaient pas trop lourds pour être supportés.

Les effets secondaires des pilules contraceptives masculines

Une idée reçue que je vois souvent passer est que « pfff, les hommes refusent la pilule parce qu’elle a des effets secondaires, alors que les femmes vivent avec ».

À lire aussi : Panique autour de la pilule contraceptive : le point avec des expertes

Alors, en premier lieu, personnellement je suis pour qu’on ne répète pas les erreurs du passé et qu’on n’impose pas de sérieux effets secondaires à des gens. Si on peut développer des solutions plus faciles à vivre, tant mieux !

De plus, cette réaction se réfère généralement à l’affaire de la contraception masculine abandonnée pour cause d’effets secondaires trop lourdsSelf fait le point sur la question.

Sur les 320 hommes ayant testé une contraception hormonale composée de progestatif et de testostérone, mais prise par injections régulières et non par pilule, 75% ont déclaré en être satisfaits.

Cependant, parmi ces 320 hommes, on compte un suicide et une tentative de suicide. Plusieurs participants se sont plaints d’acné, de libido élevée, de chaos émotionnel, de douleurs à l’endroit de l’injection et au niveau musculaire.

Et ce ne sont pas ces hommes qui ont décidé de mettre fin au test, mais un des deux organismes indépendants étudiant la gravité des effets secondaires !

De plus, cette méthode s’est révélée un peu moins fiable que la pilule féminine, avec 4 grossesses enregistrées pendant la phase de test.

Voilà pour la contraception mise à l’essai en 2016. Quid des effets secondaires de la nouvelle pilule masculine, la DMAU ?

Eh bien ils semblent être ceux auxquels on peut s’attendre : légère prise de poids, et baisse d’une partie du cholestérol. Cependant, ils sont décrits comme « modérés » !

Quel avenir pour la pilule masculine ?

Stephanie Page, la docteure qui supervise les tests de la DMAU, est citée par Broadly :

« Ces résultats sont les plus encourageants jamais enregistrés dans le développement d’un prototype de pilule. »

La DMAU va entrer dans une seconde phase de test, plus longue, qui vise notamment à prouver qu’elle peut efficacement stopper la production de spermatozoïdes.

En effet, pendant ce mois d’essai, divers dosages (100mg, 200mg, 400mg) ont été ingérés et seul le plus élevé semble avoir donné les résultats escomptés.

Il y a donc du chemin avant de voir la DMAU ou une autre pilule pour hommes sur le marché. Mais je ne perds pas espoir ! Plus il  existera de types de contraceptions disponibles, moins il y aura de grossesses non désirées.

Et le Vasalgel alors ?

Tu te demandes peut-être où en est le Vasalgel, la contraception masculine non-hormonale qui fait régulièrement parler d’elle.

Il s’agit d’un gel injecté dans les canaux permettant aux spermatozoïdes de circuler. Il n’empêche ni l’érection, ni l’orgasme, ni l’éjaculation — il mène juste à « tirer à blanc » !

Après des tests sur les animaux, le Vasalgel devrait être mis à l’essai sur des humains courant 2018.

La place de la contraception masculine dans la société

Au-delà du défi médical que représente le développement d’une contraception masculine hormonale et efficace se pose la question de son acceptation au niveau de la société.

Quand le sujet est abordé sur madmoiZelle, de très nombreuses lectrices expliquent qu’elles ne se sentiraient pas capables de « laisser » la contraception à la charge de leur partenaire.

Et ce, même si elles sont lassées de devoir s’en occuper elles-mêmes, subir les effets secondaires, tester différentes méthodes…

En cause, un argument de taille : si j’oublie ma pilule, je tombe enceinte. Si mon mec oublie sa pilule, je tombe enceinte.

Les risques ne seront jamais les mêmes et pour une question de tranquillité d’esprit, je comprends que pour de nombreuses femmes, rester en charge de leur contraception soit non-négociable.

Alors je vous le demande à nouveau, chères madmoiZelle et chers demoiZeaux : que vous inspire la pilule pour hommes ? Et le sujet de la contraception masculine en général ?

À lire aussi : 3 hommes prennent la pilule pendant un mois, et le résultat les a surpris

7 surprises choisies par Elise, + de 35€ de valeur
18.90€ + livraison

Mymy

Mymy, entre deux bouquins qu'elle chronique parfois en vidéos, est la rédac-chef adjointe/correctrice/community manager de madmoiZelle. Elle aime rester chez elle, les chatons mignons, la raclette du dimanche et les séries télé avec des retournements de situation dedans.

Tous ses articles

Commentaires
  • Loulouboux
    Loulouboux, Le 2 avril 2018 à 10h57

    Si je suis, moi aussi, pour qu'on ne rée§te pas les erreurs du passé, je suis aussi pour qu'on s'améliore... Alors quand est-ce que la contraception féminine aura droit au même soin que la masculine ? Quand est-ce que les chercheurs finiront par s'occuper des effets secondaires de nos pilules ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!