Luke Skywalker n’est pas qu’un héros, et ça fait du bien à mon ego

Par  |  | 10 Commentaires

Selon des fans en colère, le Luke Skywalker des Derniers Jedi n'est plus celui de la saga originelle. Vrai ou faux, Luke a montré à Mathilde qu'être imparfait ne signifiait pas être faible.

Luke Skywalker n’est pas qu’un héros, et ça fait du bien à mon ego
 ATTENTION SPOILERS ! Si vous n’avez pas vu Star Wars VIII : Les Derniers Jedi et êtes spoilerophobes, gardez la surprise et revenez lire cet article ensuite. 

Et si tu veux en savoir plus sur le film avant d’aller plus loin, tu peux aller lire la critique de Kalindi sur Les Derniers Jedi : c’est SANS spoilers, pour le coup ! Des bisous.


Dark Vador repoussant fermement les spoilers

Mi-décembre, des fans puristes de Star Wars ont adressé une pétition à Walt Disney Company.  Ils demandent à l’entreprise d’exclure de la saga l’épisode VIII récemment sorti, Les Derniers Jedi, et de le tourner à nouveau. En effet, selon ces fans, cet opus a complètement détruit l’héritage de Luke Skywalker et des Jedi:

« Retirez [l’épisode] de la saga, repoussez l’Episode IX et refaites l’Episode VIII proprement afin de réparer l’héritage, l’intégrité et le tempérament de Luke Skywalker. »

Les Jedi peuvent-ils abandonner ?

Ce qui est reproché au réalisateur, Rian Johnson, c’est d’avoir détruit leur héros, bien trop pessimiste et découragé à leur goût. Cet avis est en partie partagé par l’acteur Mark Hamill : c’est ce qu’il exprimait dans une interview donnée au site Sensacine (l’équivalent espagnol d’Allociné), le 15 décembre dernier.

 

 

L’acteur explique en effet ne pas avoir reconnu son personnage, que pour lui les Jedi n’abandonnaient pas. S’ils font une erreur, ils tentent d’y remédier. Mais ils ne renoncent jamais. Mark Hamill explique néanmoins comprendre aussi le choix du réalisateur.

« C’est là qu’il y a une différence fondamentale, mais ce n’est plus mon histoire, c’est l’histoire de quelqu’un d’autre […]. Je comprends les besoins du script […].

C’est la prochaine génération de Star Wars […] je ne l’ai toujours pas entièrement accepté, mais c’est seulement un film. »

À lire aussi : Le réalisateur des Derniers Jedi et Marion Séclin discutent représentation et personnages féminins

Je comprends cet avis, même si je ne le partage pas. Star Wars a fait rêver des milliers de personnes. Luke Skywalker est le héros de plusieurs générations, et j’avoue avoir déjà tenté d’utiliser la Force (big up à ma petite sœur qui déplaçait les objets visés lorsque je tendais la main, me laissant ainsi me bercer d’illusions).

Ma sœur m’aidant à croire en mes rêves, allégorie

Avons-nous perdu un héros de légende ?

Pourquoi tant de fans, et Mark Hamill lui-même, ont-ils la sensation que Luke a perdu son essence de héros?

Luke Skywalker, a réalisé des prouesses tout au long de la saga Star Wars. Il a appris au fil des épisodes à maîtriser la Force, et même les plus récalcictrant·es savent qu’il joue un rôle majeur dans ces films. Enfants, ados, adultes, nous avons été des milliers à nous identifier à ce personnage héroïque. Nous avons suivi son parcours. Nous l’avons admiré, souvent pris pour role model.

À lire aussi : Avoir des « role models », c’est important — La leçon de la semaine, par Sophie Riche

Or ce personnage qui a donc été hissé au rang de légende se trouve dans cette postlogie dans une situation inédite, pour lui comme pour nous, spectatrices et spectateurs.

Pourquoi je comprends le découragement de Luke (même si j’aurais quand même bien aimé être un Jedi)

Résumons : Skywalker est entré très jeune dans la rébellion. Il se bat depuis des décennies contre un Empire surpuissant et omnipotent. Il fait partie de la Résistance, mais celle-ci ne compte désormais plus que quelques centaines de membres.

Il a vu ses amis, ses alliés, tomber tout autour de lui, être capturés ou encore changer de camp. Il a vécu des deuils et des trahisons. Lorsque Rey le retrouve à la fin de l’épisode VII, ce n’est effectivement plus le Luke Skywalker des grandes heures de la Résistance qu’elle a face à elle. C’est un homme, qui pense être le dernier à perpétuer son combat. Un homme terriblement esseulé.

Et donc, au début de ce VIIIème épisode, le grand Luke Skywalker perd sa foi en le credo Jedi, comme il a vraisemblablement perdu foi en lui-même. Il baisse les bras, il a l’impression d’être confronté à quelque chose de trop grand, trop puissant, contre lequel on ne peut lutter.

Ambiance.

La désillusion de Luke Skywalker, un mauvais goût de déjà vu

Arrive le moment où il faut que je te parle de moi : j’ai de nombreux combats qui ont une grande importance dans mon quotidien. Parmi eux, le féminisme, l’écologie, et bien d’autres encore. En plus des petits gestes du quotidien (#TeamTriSélectif),  j’ai choisi de m’engager à divers niveaux pour défendre mes idées.

Quand je dis à plusieurs niveaux, ça va desdits gestes du quotidien, à un engagement associatif (organisation d’événements, sensibilisation…), en passant par la formation de néo-bénévoles ou bien… un stage chez madmoiZelle.

De fait, le combat pour ce que je considère être « le côté clair de la Force » m’a menée à vivre de grands moments d’euphorie lors de combats remportés… Mais aussi d’abattement et de découragement.

Dans mon expérience de militante pour de nombreuses causes, j’ai donc aussi souvent été confrontée à ce sentiment d’impuissance, capable d’annihiler toute once d’énergie chez moi, malgré la force de mes convictions. Je me suis déjà sentie comme Luke, épuisée par un combat qui finit par sembler vain, à cause de sa violence, de sa durée, de ses conséquences sur moi et les gens qui m’entourent.

À cause, aussi, de l’impression de lutter pour quelque chose de vain. De l’absence de résultat immédiat.

Tu vois, quand je lutte pour l’écologie et que je vois s’avancer chaque année un peu plus le jour du dépassement, d’abord j’ai la rage, et ensuite je me sens bien inutile avec mon cendrier de poche qui me sert seulement à ce que mes mégots et ceux de mes ami·es ne finissent pas au sol.

La fameuse «part du colibri», ça me paraît bien joli, mais pas très concret les jours où je vois des affiches sexistes qui moquent les féminicides alors que j’essaie de sensibiliser toutes celles et ceux que je croise au quotidien.

À lire aussi : Militer pour le climat, c’est danser sur le fil entre espoir et désespoir

Pour moi, le découragement de Luke, c’est celui que j’ai pu rencontrer en tant que militante et que j’ai vu chez bon nombre de mes ami·es. Et quelque part, ça me fait du bien de voir que même les plus grands héros, les légendes peuvent se sentir abattus face à un combat qui à la longue les lasse, les dépasse, voire les détruit.

À lire aussi : Ma colère (face au sexisme) et moi, de la noyade à la délivrance

Mais c’est aussi le voir reprendre le combat, passer le flambeau pour le perpétuer qui m’a redonné un nouvel espoir (j’assume en toute tranquillité cette blague).

 

Cela montre que Luke a compris le plus important : son combat ne se résume pas à lui. Peu importe le rôle qu’il joue dans la bataille, c’est une lutte collective et qu’il ne peut mener seul.

Il doit apprendre à se faire confiance, à faire confiance aux autres et même à demander de l’aide. Il m’a ainsi donné une leçon d’humilité : être un héros ou une héroïne ne signifie pas être infaillible.

Et il a prouvé que même en connaissant des périodes d’abattement, il est toujours possible de rebondir. Peut-être que c’est ça, être un héros : être résiliant !

Pour ma part, l’expérience m’a prouvé que ces périodes étaient normales, mais aussi que j’ai toujours pu m’en sortir.

… Finalement, j’ai peut-être toujours été un peu Jedi !

À lire aussi : Le harcèlement de rue, de la peur à la colère… puis à l’espoir

Valeur : + de 40€
18.90€ + 4€ de livraison

Mathilde Trg


Tous ses articles

Commentaires
  • Gabelote
    Gabelote, Le 31 décembre 2017 à 11h56

    Clarissse
    Mais sinon ce film est le meilleur des Star Wars, évidemment.
    Exactement !!!!

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!

Gestion des cookies

Partages sur les réseaux sociaux

Grâce à ces cookies, nos articles peuvent être directement partagé sur les réseaux sociaux via des boutons de partages. Ces cookies sont gérés par l'éditeur de chaque réseau social.

Facebook, Twitter, Pinterest, Whatsapp
facebook
twitter
pinterest
whatsapp

Mesures d'audience

Nous mesurons les visites de manière anonyme sur les différents articles pour comprendre les intérêts de nos lectrices.

_ga, _gaq, _gid,
_ga, _gaq, _gid
cb

Stream

Nous faisons parfois des lives sur Youtube ou Facebook. On utilise ce cookie pour ne pas afficher les streams si tu ne souhaites pas les voir sur le site.

hideStream

Publicitaires

Ces cookies sont déposés par Smart AdServer et DFP, les outils que nous utilisons pour afficher des publicités sur le site. Ces publicités servent au financement de madmoiZelle et sa rédaction.

smartadserver, doubleclick
smartadserver
doubleclick

Close your account?

Your account will be closed and all data will be permanently deleted and cannot be recovered. Are you sure?