Everyday Feminism déconstruit les mythes autour des règles

Les règles ça n'est pas sale, vous pouvez avoir des relations sexuelles pendant que vous les avez et elles ne concernent pas seulement les femmes ! Une BD d'Everyday Feminism déconstruit toutes ces idées reçues et bien d'autres.

Un nouveau strip du site Everyday Feminism, parle des règles et des idée reçues à leur sujet.

La BD commence avec une jeune femme qui dit à une autre que toutes les informations sur les règles qu’elle a reçues au cours de sa vie divergent. Ce qu’elle a appris à l’école est tout à fait différent de ce que sa mère lui a raconté, ou encore de ce que son église lui a enseigné.

À ce moment-là, un petit personnage ayant la forme d’un utérus apparait afin d’expliquer comment fonctionne les règles et revient sur les mythes et les légendes qui les entourent.

Après avoir expliqué le mécanisme des menstruations, la BD explique qu’en ne nommant que les femmes en parlant des règles, on exclut les personnes transgenres, les queers, les personnes intersexes ou agenrées, alors qu’elles aussi peuvent être concernées !

Mais cela ne veut pas dire que TOUTES les femmes sont concernées par les règles. Il y a énormément de raisons pour lesquelles une femme peut ne pas avoir de règles.

Le strip insiste aussi sur le fait que les menstruations ne font pas obligatoirement d’une personne une adulte. La puberté n’est pas obligatoirement l’étape qui fait grandir quelqu’un.

Les idées reçues sur le comportement soit disant « irrationnel » des personnes ayant leur règles sont aussi traitées. Vous pouvez dire que les règles ont un impact sur le comportement d’une personne, en lui faisant ressentir les émotions d’une manière plus intense, mais c’est insultant de dire à une personne qu’elle agit d’une façon irrationnelle juste parce qu’elle est réglée !

La BD revient aussi sur le mythe du tampon qui ferait « perdre la virginité ». Chacun•ne devrait avoir le droit de mettre des tampons sans craindre de perdre sa virginité. La virginité ne dépend aucunement d’un bout de coton que vous insérez dans votre vagin.

Les questions autour du syndrome du choc toxique sont aussi traitées. Beaucoup de personnes s’interrogent sur le rôle du tampon et son lien avec cette maladie grave. Elle est provoquée par une bactérie qui pénètre dans la peau et qui peut parfois résulter d’un tampon trop absorbant ou/et porté trop longtemps. Si vous suivez toutes les instructions d’utilisation des tampons, vous ne devriez pas vous inquiéter. En utilisant une cup, vous réduisez le risque de syndrome de choc toxique !

À lire aussi : Une mannequin parle du Syndrome du Choc Toxique, qui lui a coûté sa jambe

la BD dit aussi que vous n’avez aucune raison de croire que les rapports sexuels sont prohibés lors du cycle menstruel, tant que votre partenaire est consentant•e.

Un message important est délivré : les règles ne sont pas sales ! Il s’agit juste d’un peu sang qui peut tacher un tissu. Les personnes ayant leurs règles ne sont pas sales, malades, ni contaminées.

Ne laissez personne décider de votre état à votre place. Il s’agit de votre corps, et personne ne peut vous dicter le rapport que vous devriez avoir ou non avec lui.

À lire aussi : Le consentement expliqué par des métaphores toutes simples

Big up
Viens apporter ta pierre aux 34 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Margay
    Margay, Le 8 août 2015 à 19h57

    Merde, j'avais pas pensé à l'enlèvement, je l'enlève en novembre/décembre normalement, j'avais jamais réfléchis au fait que ça puisse faire mal :fear:

Lire l'intégralité des 34 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)