« Les méchants, c’est pas très gentil » : la vérité sort toujours de la bouche des enfants, paraît-il…

Le Petit Journal a rendu hommage aux victimes des attentats du 13 novembre à Paris. Pour Fanny, leur collègue et amie, mais aussi toutes celles et ceux qui ont été tué•e•s parce qu'ils/elles faisaient la fête, un vendredi soir.

Màj du 21 novembre 2015

Le petit garçon, Brandon, et son papa Angel ont été invités sur le plateau du Petit Journal pour revenir sur cette interview et évidemment, c’est toujours très très pipou.

Au passage, on peut réaliser le succès que ce petit garçon et son papa ont eu autour du monde, notamment aux Etats-Unis qui se sont emballés comme pas permis parce que le demi-mesure, c’est bon pour les autres.

Le 17 novembre 2015

C’est les larmes aux yeux et la voix cassée par l’émotion que Yann Barthès a cité quelques noms parmi les 132 morts au bilan des attentats du vendredi 13 novembre 2015, à Paris. Parmi eux, celui de Fanny, 29 ans, monteuse dans l’équipe du Petit Journal. Elle était au Bataclan vendredi soir.

À lire aussi : Les attentats du 13 novembre, quand le quotidien vole en éclats

« Nous avons le même âge et nous sortons dans les mêmes quartiers », souligne Yann Barthès, avant de lancer les reportages réalisés dans Paris, devant les lieux des tueries, samedi et dimanche. Les reporters ont surtout donné la parole à des enfants, dont ce petit garçon à qui son père tente d’expliquer l’inexplicable, en des termes simples.

Cet extrait, vous l’avez peut-être vu passer sur Facebook, où la séquence vidéo cumule plus de 8 millions de vues. Il faut dire que l’analyse de ce petit bout de chou défonce le mur du bon sens, notamment grâce à cette déduction parfaite :

« Les méchants, c’est pas très gentil. »

À lire aussi : Le lundi le plus long — Retour à la rédac, avec vous

L’émotion des membres de l’équipe et la sincérité de cette édition aussi dramatique que touchante entrent en résonance avec la mienne, celle de mes collègues et ami•es, dont certain•es ont aussi perdu des proches. Je dois bien avouer qu’après plus de 48h de live sur les chaînes d’infos, de pseudo-analyses fallacieuses et de tentatives de récupérations politiques indécentes, ce moment de télévision plein de compassion et de partage m’a fait un bien fou…

Tu sais, je crois bien que c’est la première fois que Catherine et Liliane me font rire et pleurer. En même temps.

Génération Bataclan, une édition exceptionnelle et bouleversante

Aux équipes du Petit Journal : on vous envoie une bonne de dose d’amour et de joie , en espérant que retrouverez vite le goût du rire, et surtout, celui de nous le transmettre.

À lire aussi : madmoiZelle reste debout, avec vous, face à la peur

On se quitte sur la petite vérité du jour, mise en image par notre Cy. bien-aimée

cy-mechants-pas-gentils

À lire aussi : La stratégie de Daech décryptée — Je veux comprendre (màj)

attentats-banner

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 16 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Angele12
    Angele12, Le 23 juin 2016 à 18h59

    J'ai atterrie ici suite à l'article sur la dernière du petit journal. Je n'avais pas vu cette édition la.
    Plus de 7 mois après j'ai pleuré en regardant ça. Je n’oublierais pas la nuit que j'ai passé sur le forum ce jour la, cette peur en attendant des nouvelles de mes proches parisiens, je me rappel j'ai pleuré jusqu'à 4h du matin, en espérant m'endormir et me réveiller en ayant fait un horrible cauchemar. Cette vidéo m'a remit dans le même état d'esprit que le 13 novembre.
    Et le pire dans tout ça c'est que peu à peu, je m'en rend compte que moi aussi je m'habitue à ces horreurs alors qu'avant je ne pouvais pas allumer la radio de peur de me mettre à pleurer à l'évocation d'une fusillade ou que ce soit dans le monde. Maintenant j'allume ma radio, j'entend des nouvelles de la Syrie, j'entends des fusillades, une femme politique assassinée pour ses idées et je ne pleures presque plus.

    Bref ce petit avait raison, les méchants c'est pas gentils, les méchants putain qu'est ce que ça craint.

Lire l'intégralité des 16 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)