L’influence d’Instagram dans le mannequinat : le casting par popularité

L'explosion des réseaux sociaux a changé certaines règles du mannequinat : avoir des followers peut parfois primer sur les talents de mannequin. Et Mary-Astrid n'est pas franchement pour !

L’influence d’Instagram dans le mannequinat : le casting par popularité

Retrouvez Mary-Astrid sur son blog, sur madmoiZelle et sur Facebook !

– La photo d’illustration vient de couturestories.

Les réseaux sociaux ont pour moi un pouvoir bien trop puissant sur les carrières des jeunes mannequins d’aujourd’hui. Quand j’ai commencé, il y a huit ans, il n’y avait pas encore Instagram, ou alors il était très peu utilisé. Je me rendais en casting dans ma tenue dite de casting (talons aiguilles, petit pull noir, jean slim et pépitos), je faisais le truc et je repartais. Le client ne m’avait vue que deux fois : sur mon composite d’agence lors de la pré-sélection et en vrai. L’affaire s’arrêtait là. Il me choisissait s’il avait ressenti un truc, s’il me trouvait idéale pour le job, sinon on ne se revoyait pas.

Instagram et la simplification des castings

Aujourd’hui, on peut trouver un job grâce à Instagram. Il est arrivé plusieurs fois qu’on me contacte via mon profil Instagram pour me proposer des choses, qu’on se rencontre ou qu’on fasse des photos. Je trouve ça chouette dans un sens, c’est un peu comme Facebook le fait depuis déjà longtemps. Ces réseaux favorisent les échanges et les rencontres virtuelles et peuvent devenir un Pôle emploi 2.0 très rapide. Avec l’évolution des books photos en ligne, cela devient encore plus simple d’envoyer ses clichés à un photographe et de faire un casting à distance qui se conclue sur Skype.

fleur du désert entrainement défilé

Par contre, je reproche à Instagram une chose : la course aux followers pour booker une mannequin sur un job.

Quand le talent est concurrencé par la popularité

La célèbre mannequin Tyra Banks s’est confiée à E! sur le sujet, en expliquant qu’il était aujourd’hui beaucoup plus difficile d’être mannequin qu’auparavant. En effet, le client va augmenter sa côte de popularité s’il choisit une fille avec un nombre de followers incommensurable puisque elle est susceptible de poster des photos des backstages en citant la marque, ou de poster la campagne finale.

C’est assez dommage de caster son égérie en fonction d’un potentiel virtuel plutôt que de ses qualités de mannequin réelles. Il y a beaucoup de filles qui sont loin des réseaux sociaux et ne vivent qu’à travers leur métier-passion, et qui sont très belles et très douées, reconnues dans le milieu sans pour autant avoir un compte débordant de fans. Fonder son choix de mannequin sur ce critère-là me semble donc vraiment injuste, d’autant plus qu’être célèbre sur Instagram dépend d’énormément de facteurs, parfois même du hasard, ou de nos relations… Donc de notre vie « privée » qu’on décide finalement de rendre publique.

desperate housewives gabrielle top model

En conclusion

Être une « it girl » connue grâce à son nombre de fans peut s’avérer génial, je ne dis pas le contraire. Qui plus est, une « it girl » qui est à la base une mannequin peut être intéressante pour une marque et faire partie d’une stratégie marketing. Alexa Chung est par exemple incontournable. Mais c’est différent pour les jeunes mannequins qui ne sont connues que par leur réseau social explosant ! Cette popularité virtuelle n’est pas forcément basée sur des talents de mannequinat. Pour moi, les talents d’un mannequin ne se jugent pas sur un réseau. Il faut creuser plus loin que ça, au risque de prendre une fille « inconnue », sans followers, mais qui sera photogénique et incarnera parfaitement l’esprit de la marque. Rien que ça peut faire énormément pour une campagne photo.

À lire aussi : « Le défilé des vanités », un livre juste et léger sur le milieu de la mode

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 7 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Alita99
    Alita99, Le 6 août 2015 à 17h27

    Princessechat
    @alita99 : Actuellement pour avoir lurké des comptes IG personnels de mannequins, je pense qu'elles sont libres de poster ce qu'elles veulent. Les "contenus problématiques" selon moi, c'est pareil que pour les apparitions en public ou les photos de paparazzi, à savoir des comportements immoraux/illégaux (kikou Kate Moss) qui peuvent pousser les marques voir les agences à virer un mannequin pour préserver leur image.
    Ben malheureusement je pense qu'on ne peut pas savoir comme ça si elles se sentent autorisées à poster ce qu'elles veulent ou si elles se sont auto-censurées, ni sur quels critères les agences vont vraiment les choisir ou les discriminer :dunno: Comment on peut savoir si certaines n'auraient pas aimé parler du racisme des agences de mannequin ou de sujets politiques encore plus sensibles. Ou encore comment savoir si certaines n'ont pas voulu parler de choses plus personnelles sachant qu'un employeur allait peut être passer sur le compte? Quid d'une mannequin qui voudrait parler de sa lutte contre les troubles alimentaires? Les marques peuvent facilement faire de la discrimination à l'embauche en se basant sur tout ça.
    Justement si on sait qu'un employeur va regarder je pense que ça biaise beaucoup le genre de contenu qu'on va publier, surtout si on ne sait pas d'avance quelle agence va vous recruter ça signifie qu'il fait quand même avoir un discours assez grand public.

Lire l'intégralité des 7 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)