Une école primaire du Finistère interdit les tenues provocantes et le maquillage

Par  |  | 98 Commentaires

Le phénomène britannique de l'hypersexualisation des petites filles tend à s'implanter en France. À Ploudalmézeau, près de Brest, une école primaire a décidé de réagir.

« Nous voulons que les enfants restent des enfants. Habillés avec des vêtements pratiques, adaptés à l’école ! ». La direction de l’école primaire publique Kéribin vient d’interdire officiellement aux élèves les tenues indécentes et le maquillage.

Erell Quéré, la directrice de l’école explique :

« L’an passé, nous avons remarqué plusieurs filles de CM2, habillées comme des femmes. Maquillées, minijupes ou shorts « ras les fesses » et talons. Entre enseignants, nous ne savions pas quoi en penser. Nous en avons parlé en conseil d’école… » Et le conseil a tranché. « Nous voulons que les enfants restent des enfants. Habillés avec des vêtements pratiques, adaptés à l’école ! »

Les petites filles ont toujours aimé les jeux de rôle, de projection et sont nombreuses à apprécier maquiller leurs poupées. Que se passe-t-il quand le rôle dans lequel elles se projettent est celui de la femme désirable et qu’elles ne se contentent plus de farder seulement les joues de leurs mannequins en plastique ?

Suite à notre papier sur les icônes mode de plus en plus jeunes, vous avez été nombreuses à vous inquiéter de la sexualisation des fillettes, véritable « fléau sociétal » selon Marie Claire.

Roselyne Bachelot, ministre de la Santé, a même installé aujourd’hui un groupe de travail sur « l’élaboration d’une charte relative à la protection des enfants dans les médias intégrant un focus sur l’hypersexualisation », expliquant :

« Nous ne sommes pas dans l’interdiction mais dans la pédagogie. Les petites filles constituent un nouveau marché. Hélas, les marques reproduisent les stéréotypes féminins contre lesquels nous nous battons. »

Les collèges connaissaient déjà des cas de légifération en interne contre les tenues jugées trop provocantes. Faut-il agir de la même façon au sein des écoles primaires ? Une jupe et un peu de gloss sur une élève de 8 ans sont-ils des avatars de la féminité aussi sexualisée que sur une collégienne de 13 ans ?

« C’est du sexisme ! Une atteinte à la liberté des femmes ! [Mes filles] sont revenues en pleurs et ont rangé leurs jupes […] Elles mettent parfois du mascara et du gloss : c’est ma liberté de parent », a expliqué une mère en colère, à Ouest France.

Et la directrice de l’école de préciser que « Jupes ou shorts ne sont pas interdits. Mais avec un collant opaque ou un legging (caleçon) ».

Alors : à l’heure où la make-up party pour petites filles est un phénomène en pleine expansion, faut-il laisser l’habillement des enfants à la discrétion des parents ou décider d’en faire une mission publique qui incomberait au ministère des Solidarités et de la Cohésion sociale et/ou au ministère de l’éducation nationale ? Faut-il dissocier la volonté de légiférer sur la question de l’exploitation des plus jeunes dans l’imagerie publicitaire de la mode des tenues à l’école ?

— Source : Marie Claire

Valeur : + de 40€
18.90€ + 4€ de livraison

Emilie Laystary


Tous ses articles

Commentaires
  • Aude14
    Aude14, Le 23 octobre 2012 à 13h57

    J'ai personnellement envie de mettre un gros coup de boule à la mère qui parle de liberté de parent alors qu'il est question de préserver l'innocence de sa fille.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!

Gestion des cookies

Partages sur les réseaux sociaux

Grâce à ces cookies, nos articles peuvent être directement partagé sur les réseaux sociaux via des boutons de partages. Ces cookies sont gérés par l'éditeur de chaque réseau social.

Facebook, Twitter, Pinterest, Whatsapp
facebook
twitter
pinterest
whatsapp

Mesures d'audience

Nous mesurons les visites de manière anonyme sur les différents articles pour comprendre les intérêts de nos lectrices.

_ga, _gaq, _gid,
_ga, _gaq, _gid
cb

Stream

Nous faisons parfois des lives sur Youtube ou Facebook. On utilise ce cookie pour ne pas afficher les streams si tu ne souhaites pas les voir sur le site.

hideStream

Publicitaires

Ces cookies sont déposés par Smart AdServer et DFP, les outils que nous utilisons pour afficher des publicités sur le site. Ces publicités servent au financement de madmoiZelle et sa rédaction.

smartadserver, doubleclick
smartadserver
doubleclick

Close your account?

Your account will be closed and all data will be permanently deleted and cannot be recovered. Are you sure?