« L’école n’est pas obligatoire », le strip de Tarmasz sur l’école à la maison [MÀJ]

Quand elle était enfant, l'illustratrice Tarmasz n'allait pas à l'école. Elle raconte en dessins cette éducation à la maison.

— Article initialement publié le 3 mars 2015

Mise à jour du 23 juillet 2015 : Tarmasz a publié la 2ème partie de sa BD sur l’école à la maison (voir en fin d’article !)

Quand elle était petite, Tarmasz, une jeune illustratrice, blogueuse BD et tatoueuse, qui fait un travail fort chouette et a notamment été finaliste Prix de la Révélation Blog du festival d’Angoulême, n’allait pas à l’école : elle était éduquée à la maison, par sa mère et avec ses frères et soeurs.

À lire aussi : J’ai testé pour vous… l’école Freinet

L’illustratrice a décidé de raconter en dessins sur son blog cette expérience pas comme les autres, et d’en profiter au passage pour mettre un petit taquet aux préjugés sur l’école à la maison, car, comme elle le rappelle, ce qui est obligatoire, c’est l’instruction, pas l’école !

« Mon but n’est absolument pas de convaincre qui que ce soit de faire pareil. L’unique objectif de cette BD est d’apporter un témoignage et de mettre en lumière une pratique trop peu connue »

tarmasz-ecole-maison

Tarmasz répond aux questions que tu te poses peut-être à sur l’école à la maison : qu’est-ce qu’on apprend ? Comment ? Est-ce qu’on peut se faire des amis sans aller à l’école ? À quoi ressemblent les familles qui font ce choix ?

L’illustratrice raconte par exemple comment elle a appris les maths de manière ludique, les visites au musée pour découvrir des choses ailleurs devant un bureau, les contrôles réguliers de l’inspecteur d’académie… Et a déjà prévu, dans son prochain post, de narrer son entrée au collège après 13 ans à la maison, parmi les élèves « classiques », ceux qui sont allés à l’école. Je te conseille donc de suivre ça de près !

Partie 2 : la scolarisation

À 12 ans, Tarmasz est entrée au collège, en classe de 5ème, suite au divorce de ses parents. Elle a déménagé plusieurs fois, et intégré plusieurs écoles, du coup. Alors, à quoi ressemble l’entrée à l’école d’une ado qui a passé les douze premières années de sa vie à être éduquée et instruite à la maison ?

Pour le savoir, lisez la deuxième partie de la BD de Tarmasz !

tarmasz-ecole-pas-obligatoire-partie2

Et toi, as-tu été scolarisée, ou as-tu connu une éducation à la maison, comme Tarmasz ? As-tu aussi connu l’ennui à l’école ? Viens en parler dans les commentaires !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 34 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Maud Kennedy
    Maud Kennedy, Le 12 août 2015 à 13h37

    D'un côté,je trouve que le système scolaire français est vraiment perfectible,il y a notamment ce problème des notes qui ne servent qu'aux parents je trouve alors que ce n'est pourtant pas à eux que s'adresse le système scolaire. De l'autre,je ne suis pourtant pas convaincue par l'enseignement dispensé à la maison. Déjà parce tous les parents ne sont pas en capacité d'enseigner ni/ou de faire preuve de la pédagogie nécéssaire (je frémis à l'idée que mon père en particulier aurait pu être mon prof,vu son impatience chronique!) Vous me direz que tous les profs ne sont pas forcément pédagogues non plus mais probablement plus que la moyenne des parents disons. Néanmoins,pour un élève avec des capacités dans la moyenne,ça a des avantages:bénéficier de toute l'attention ,ne plus devoir travailler dans des classes surchargées et aller à son rythme sont des avantages certains de l'enseignement à la maison,. Seulement,tous les élèves n'ont pas des capacités dans la moyenne et je ne parle pas des enfants avec un handicap mais des enfants qui ont soit beaucoup de mal à suivre soit pour qui le programme est trop facile. De plus,l'argument de l'isolement est vrai à mon sens:Pas chez tout le monde bien sûr mais ça arrive et beaucoup plus vite qu'on ne le croit. Lors de ma scolarité,en seconde,une fille de ma classe a développé une phobie scolaire assez intense,elle a donc suivi les cours du cned toute sa première et lorsqu'elle est revenue en terminale,elle a dit qu'elle s'était sentie très isolée. Beaucoup plus récemment puisque c'était en janvier de cette année,l'élève dont je m'occupe a voulu un temps arrêter l'école pour des raisons diverses(en particulier,parce qu'elle avait eu de mauvaises notes,comme quoi ça peut être très négatif!)et comme ses parents sont issus d'une communauté chez qui la déscolarisation est fréquente,j'avais peur. Ses parents ont toutefois refusé justement au motif que ça la couperait des autres,l'empêcherait de voir des gens qui n'appartiennent pas à sa famille et réduirait encore ses activités. Après,vous me direz que c'est un cas particulier mais je pense que c'est un argument qui ne peut pas être balayé d'un revers de la main.
    Evidemment,pour quelqu'un pour qui l'école est une torture,il faut envisager une solution mais à mon sens,ce n'est pas une solution adaptée pour la majorité des personnes.

Lire l'intégralité des 34 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)