L’anti-dress code de cette école prend le contrepied des règles d’habillement trop strictes

Par  |  | 29 Commentaires

Un anti-dress code met fin aux règles vestimentaires parfois injustes auxquelles les étudiant·es sont soumis à l'école. Caroline t'explique comment.

L’anti-dress code de cette école prend le contrepied des règles d’habillement trop strictes

Si tu es ou a été à l’école, tu es sûrement familier·e avec le dress code parfois assez strict qui est proposé — pardon, imposé au sein des établissements scolaires.

Pas de hauts trop courts, pas de mini-shorts ni de mini-jupes.

Les chapeaux/casquettes sont interdits à l’intérieur, tout comme le port de la capuche.

On doit donc se débrouiller pour trouver un juste milieu avec le peu qu’il nous reste.

Ces règles parfois absurdes provoquent régulièrement des conflits entre des étudiant·es et la hiérarchie scolaire, comme dans ce lycée californien dont madmoiZelle a parlé l’année dernière, où des élèves s’étaient rebellé·es contre l’interdiction des tops à épaules dénudées.

On peut aussi ajouter qu’il s’agit quand même souvent d’interdictions qui vont toucher principalement les filles.
C’est pour ça que le dress-code de cette école californienne dont je vais te parler va aussi permettre à tout le monde d’être traité sur un pied d’égalité à ce niveau là, puisqu’il ne fait pas de différenciations entre les sexes.

Une école californienne met en place un anti-dress code

Cette année, d’après le Chicago Sun, l’école nord californienne d’Alameda (l’Alameda Unified School District) a opté pour une nouvelle manière de dicter le dress code à ses élèves.

De la mini-jupe au hijab, ce dress code accepte plus de choses qu’il n’en interdit.

La structure même du dress code en témoigne, puisqu’il se divise en trois points :

Ce que les étudiant·e·s DOIVENT porter, ce qu’ils et elles PEUVENT porter, et en dernier point seulement, les interdictions.

Pour résumer, tout est accepté, tant que la poitrine et les parties génitales sont couvertes par des matériaux opaques.

Quant aux interdictions, elles se limitent aux messages violents, haineux ou pornographiques — et aux casques.

La liste complète :

Les étudiants doivent porter :

  • Des bas
  • Des tops
  • Des chaussures
  • Des vêtement qui couvrent les parties génitales, les fesses, les tétons avec des matériaux opaques

Les étudiants peuvent porter :

  • Chapeaux, religieux inclus
  • Sweatshirts à capuches (même avec la capuche sur la tête)
  • Pantalons ajustés, incluant leggings, pantalons de yoga, jeans « skinny » — jogging, shorts, jupes, robes
  • Crop tops
  • Pyjamas
  • Jeans abimés, tant que les sous-vêtement ne sont pas apparents
  • Débardeurs, incluant bretelles, dos-nus et bustier
  • Tenue de sport
  • Vêtement à logos tant qu’ils n’ont pas de particularités énoncées dans la partie « ne pas porter »
  • Vêtement protecteurs du soleil, incluant chapeaux à porter à l’extérieur

Les étudiants ne peuvent pas porter :

  • Images ou texte représentant drogue ou alcool… (ou tout article ou activité illégale)
  • Discours haineux, insultes, pornographie
  • Images ou texte créateurs d’un environnement hostile, intimidant ou discriminant
  • Sous-vêtements visibles ou maillots de bain – mais ceintures et bretelles visibles sous les vêtements ne sont pas une violation
  • Casques, cagoules

Une manière de remettre l’apprentissage au cœur des préoccupations à l’école

Le directeur de l’école, Steven Fong, a expliqué dans un communiqué de presse pourquoi l’établissement a fait ce choix.

« Nous pensons que ces changements vont mettre fin à des règles qui ne sont ni équitables ni nécessaires, et nous aider à optimiser le temps d’apprentissage. »

Pour résumer, cela va permettre de se concentrer sur ce qui compte vraiment à l’école : apprendre.

Il ajoute que d’autres écoles sont en train de suivre cet exemple.

« D’autres districts à travers le pays sont en train d’adopter les mêmes changements pour les même raisons. Nous sommes contents d’aller de l’avant avec une approche aussi centrée sur l’étudiant. »

Comme le souligne le Chicago Sun, un dress code aux règles trop spécifiques peut intimider les étudiant·e·s et cela peut compromettre leur confiance en eux.

Qu’est-ce que tu penses de cette décision ? Tu penses que l’on accorde trop d’importance au dress code, en n’oubliant parfois que l’école est un lieu d’apprentissage avant tout ?

Si tu as eu des expériences avec un dress code trop strict, n’hésite pas à les partager dans les commentaires !

À lire aussi : Les garçons peuvent porter des jupes et les filles des pantalons dans 80 écoles britanniques

Caroline.A


Tous ses articles

Commentaires
  • Marilynette
    Marilynette, Le 2 septembre 2018 à 17h04

    Pyjamas... ils et elles peuvent venir en pyjama ?! :d:d
    Mais quel temps je gagnerais le matin si c'était possible pour tout XD !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!