Je suis en couple avec un Asperger – Témoignage

Connaissez-vous le syndrome d'Asperger ? Cette forme d'autisme, très peu connue, ne correspond pas aux clichés qu'on pourrait avoir. Voici le témoignage touchant d'une madmoiZelle dont le compagnon est Asperger !

Je suis en couple avec un Asperger – Témoignage

Si je tiens à témoigner aujourd’hui c’est à cause de la « tuerie de Newtown ». Je viens de lire que le tueur serait peut-être atteint du syndrome d’Asperger, une forme d’autisme assez méconnue. Je viens raconter mon histoire car j’ai peur des réactions des médias, des amalgames faciles du type « Les Aspergers sont des personnes instables ».

« Je suis Asperger », comme un aveu gênant

Plus jeune, j’ai fait la connaissance d’un garçon un peu solitaire, drôle et surprenant, avec lequel j’étais amie et j’entretenais en parallèle une relation épistolaire. Le temps passant, nous nous sommes rapprochés jusqu’à tomber amoureux et vous vous doutez de la suite de l’histoire. Rien de notable jusqu’ici. Un peu avant qu’on ne se mette en couple, il m’a « avoué » être Asperger, chose qu’il avait toujours cachée – à ses professeurs, à ses meilleurs amis, à ses anciennes copines… Impossible de le deviner : c’est un garçon comme les autres, tout juste un peu plus original, comme beaucoup le sont.

Je me suis donc renseignée sur Wikipédia, qui m’a indiqué des « difficultés de compréhension dans les relations humaines ». Et je n’ai pas cherché plus loin. Ça n’a rien changé à notre relation (à sa plus grande joie, comme il me l’a confié plus tard) : j’acceptais difficultés et contraintes comme faisant partie de lui, tout comme moi je suis control freak, lunatique ou nulle en sciences. Quand on dit « autisme », beaucoup de gens pensent à des personnes mentalement retardées, avec des difficultés d’expression… Mais il n’existe pas d’autisme « type » : il y a autant d’autismes et de syndromes que de personnes autistes. Mon fiancé s’exprime parfaitement, argumente et écrit mieux que moi, étudie dans une prestigieuse école d’art, réussit la majorité des choses qu’il entreprend, mène une vie sociale stable, bref… il est très loin du cliché ancré dans notre société.

Être Asperger, ça change quoi ?

Comment se traduit cette différence ? Ce n’est qu’en partageant sa vie au quotidien que je l’ai remarquée. Il a des tics, comme tapoter frénétiquement des doigts sur la table, il est facilement perturbé par le changement et sujet à des angoisses (la plus importante en ce moment étant son premier repas de Noël dans ma famille). Il ressent les choses différemment, et j’insiste sur le différemment car ce n’est ni mieux, ni moins bien. Il est comme une palette de couleurs sur laquelle on verrait peu de teintes pâles, pastels, mais plutôt des couleurs vives, criardes. Notre relation a su intégrer ses particularités et je tente de lui montrer ces teintes claires qu’il connaît peu !

Lorsqu’il s’attaque à quelque chose, il doit aller jusqu’au bout, sinon il ne se sentira pas bien (il est incollable sur la physique quantique, sait comment éplucher parfaitement une clémentine et peut analyser complètement n’importe quel épisode de Sherlock). Souvent, il ne saisit par le sarcasme, ce qui peut aboutir à des situations très comiques ! Il a du mal à comprendre certaines conventions sociales, ne sait pas toujours quoi répondre à des questions banales et ne saura probablement jamais faire la causette avec les voisins dans l’ascenseur. Quand je suis avec lui et que je sens que quelque chose lui a échappé, je lui explique comment il aurait fallu réagir, pour qu’il s’en souvienne la fois suivante.

Et vivre avec un Asperger, ça change quelque chose ?

Comment je gère, de mon côté ? Pour moi l’Asperger (ou « aspie » pour les intimes) fait tout autant partie de lui que ma myopie fait partie de moi. Il est né avec, et ça a contribué à faire de lui l’homme qu’il est aujourd’hui. Je ne préfèrerais pas un garçon qualifié de « normal », car j’adore l’embêter avec ça, rire de ses maladresses, être impressionnée par ses multiples talents, le taquiner lorsqu’il ne sait pas si je suis ironique ou non. Je n’ai jamais eu l’impression d’être en couple avec un Asperger, mais simplement avec l’homme que j’aime.

Si le sujet vous intéresse et que vous souhaitez en savoir plus, je vous conseille le livre Ma vie d’autiste par Temple Grandin, ou de jeter un coup d’oeil à cette vidéo !

– NDLR : Bien que Dan Harmon ne l’ait jamais totalement confirmé ou infirmé, il est très probable qu’Abed, le personnage de Community illustrant l’article, soit Asperger, tout comme Sheldon dans The Big Bang Theory (là encore, sans que ce ne soit confirmé par les créateurs de la série).

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 64 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Sarahblablabla
    Sarahblablabla, Le 6 octobre 2016 à 8h39

    Je m'arrêterai juste sur cette phrase parce que je trouve qu'elle est super belle: "Il est comme une palette de couleurs sur laquelle on verrait peu de teintes pâles, pastels, mais plutôt des couleurs vives, criardes."
    Bref cet article est vraiment chouette. :)

Lire l'intégralité des 64 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)