Un jour au festival de Cannes : montée des marches et chasse aux Stars !

Par  |  | 1 Commentaire

Une madmoiZelle s'est pointée sans prévenir à Cannes pour admirer les célébrités et les fameuses marches. Pas cinéphile pour un sou, elle livre un récit drôle et semé d'embûches !

cannes-cinema-temoignage

Publié le 18 mai 2018 — En vacances avec ma super copine Gerry à Marseille, nous avons décidé de faire un saut à Cannes, pour se la jouer stars hollywoodiennes en devenir.

Le mardi 8 mai 2018, c’était la semaine de lancement du célèbre festival de cinéma !

À lire aussi : C’est parti pour la 71ème édition du festival de Cannes !

Grève de train, covoiturage : arriver à Cannes, ça se mérite

Alors comment vous dire que l’opération « périple à Cannes » s’est avérée être un vrai parcours du combattant…

Allez, on y va !

Et pour cause : prendre le train semblait assez périlleux, si je n’ose dire casse-gueule étant donné la grève nationale en cours, et impossible de trouver un covoit’ au prix décent qui s’arrêtait dans la ville de Cannes même.

Rares sont les automobilistes qui osent défier les routes de la ville au moment du festival. On a donc opté pour un covoiturage qui s’arrêtait à deux pas — bon oké, une bonne vingtaine de minutes, mais, hey, marcher c’est cool ! — du centre ville, plus exactement à… Le Cannet (oui un peu comme le petit Cannes).

Ainsi, le covoit’ avec une ancienne Cannoise a été assez sympa. Elle nous a partagé son ressenti après des années d’observation dudit festival :

« Ces films sont souvent torturés, les gens qui les écrivent vivent dans un autre monde, ils ont besoin de cela pour redescendre sur Terre de temps en temps ! »

On a eu le luxe de partager la voiture avec son adorable chien cavalier King Charles coincé entre Gerry et moi sur la banquette arrière. Après le trajet plus quelques minutes de marche, nous sommes finalement arrivées à Cannes.

Oh la la, le mimi !

Hallelujah ! Première étape : trouver les fameuses marches rouges ! Et ensuite ? Essayer de repérer Brad, Angie ou qui sait, peut-être même Ryan (j’entends par là, Gosling) !

À la recherche des marches de Cannes

Autant vous dire que Gerry comme moi, nous ne sommes pas de grandes férues de cinéma. Nous n’étions donc, mais alors pas du tout, au courant des films nommés !

Nous avions seulement vaguement entendu parler de Pénélope Cruz et de son Javier, qui avaient ouvert le festival quelques jours plus tôt pour le film Everybody Knows, mais ça s’arrête là !

Je m’en tamponne, la Croisette c’est sympa.

Après avoir déambulé quelque peu perdues sur la Croisette, nous tombons sur une série de marches rouges :

« Gerry, je crois qu’on a trouvé les marches ! », ai-je hurlé une fois l’escalier en ligne de mire.

Nous commençons à prendre des photos, toutes fières, encouragées par les passants autour qui font de même.

Bon, elles semblent un peu fragiles ces marches tout de même… Après quelques photos et un temps d’arrêt solennel, un peu déçues — « alors c’est ça les fameuses marches ? » — on décide de continuer notre chemin sur la Croisette.

Ok très bien, vu.

Il faut dire que le soleil tape sec sur nos bras et on a dans l’idée de rejoindre la plage pour faire un petit saut dans la Méditerranée.

C’est alors qu’on aperçoit un grand tapis rouge et… des marches ROUGES.

Je me dis : « Oh lala, on s’est donc trompées de marches tout à l’heure, la TE-HON, je me disais bien qu’elles n’étaient pas spectaculaires ces pauvres marches. »

Cette fois c’est sûr, ce sont Les Marches. Il y a une espèce d’aura qui plane au dessus d’elles, elles s’étendent là, immenses, devant nous — bon oké, une grosse barrière délimite bien la frontière entre notre monde et celui des Very Important People qui ont obtenu un pass pour monter les marches.

Cette fois, on en est sûres, ce sont elles.

cannes 2018 tapis rouge

Les voilàààààààà.

Coucou c’est nous…

Après deux trois clichés, dont quelques selfies foireux, lunettes de soleil à l’appui, et cinq minutes de considération pour le monument, nous finissons par nous poser LA question : « Mais au fait, à quelle heure c’est la montée des marches ? » et plus concrètement « Bordel, c’est quand qu’on voit Ryan !? ».

Comment nous avons vu Ryan à Cannes…

Nous voyant dans l’incapacité de trouver un programme concret des montées prévues que ce soit sur Internet ou aux alentours du festival — c’est à croire que personne ne va monter ces foutues marches ! — nous finissons par demander à un paparazzi à l’air bien rodé qui traîne par là.

En bon connaisseur qu’il est, il nous affirme que la première montée est à 17h30 et la deuxième, plus tard dans la soirée. Rien de tel que le contact humain pour avoir des nouvelles !

Satisfaites de notre réponse, nous décidons qu’il est grand temps d’aller manger et prendre des forces pour partir à la chasse aux célébrités…

Après avoir trouvé LE spot stratégique — pas trop loin des marches, au cas où Brad Pitt ou autre célébrité pointerait son museau — Gerry et moi commençons enfin à pique-niquer.

Notre première bouchée à peine entamée, nous percevons soudain une agitation du côté de la zone VIP, les gens se mettent à courir et à crier derrière la barrière qui les sépare de l’autre monde.

Youpi, on est contentes !

En un clin d’oeil, on décide de tout remballer pour aller voir ce qui se trame. Je jette mon sandwich triangle au saumon-fumé dans mon sac à dos et Gerry et moi commençons à courir vers l’endroit où le petit rassemblement s’est formé.

On est toutes excitées : on va enfin voir une STAR !

Mais qui ça peut bien être ? Ça crie, ça photographie, on entend le nom de Ryan se murmurer. Gerry s’interroge « C’est Ryan Gosling ?! ».

Je blêmis : O.M.G ça y est on va LE voir ! Parvenue à me frayer un chemin dans la foule, je cherche le Ryan en question des yeux côté zone VIP.

N’arrivant pas à le distinguer, je finis par demander à une fille qui semble au courant à côté de moi : « mais c’est qui ? » et elle de me répondre « c’est Ryan, Ryan Coogler ».

Voyant ma mine déconfite, elle rajoute : « Le réalisateur de Black Panther ».

Ah… Bon on est quand même contente, on pourra dire qu’on a vu une célébrité american qui plus est, même si Gerry n’arrive toujours pas à savoir si c’est bien Ryan Coogler ou son garde du corps qu’elle a fixé.

(Il faudra qu’on songe à voir Black Panther quand même, on doit être les derniers spécimens sur Terre à ne pas l’avoir encore vu, quand je vous dis qu’on n’est pas des férues de cinoche…)

La montée des marches de Cannes

Quelques plongeons, séances de bronzette et coups de soleil plus tard, nous voilà prêtes pour observer la montée des marches.

Le film présenté ? Plaire, aimer et courir vite – ça sonne film bien français d’art et d’essai tiens, nous qui voulions voir Brad Pitt ou Leonardo DiCaprio c’est raté.

Ça en fait du monde !

Bon après s’être renseigné, on se rend compte qu’il y a quand même des acteurs sympas dans ce film : du genre Vincent Lacoste ou Denis Podalydès !

Et le réalisateur Christophe Honoré n’en est pas à son premier succès. Tout ça m’a donné envi de le voir (le film, pas forcément Christophe Honoré).

Pour vous décrire la montée, j’ai catalogué les VIP ayant obtenu le ticket sacré pour fouler le tapis rouge et monter les fameuses marches en trois catégories.

D’abord, les personnes comme vous et moi, qui ont juste eu la chance de se faire inviter ou d’obtenir un pass par on ne sait quel mystérieux moyen.

Ensuite, les personnalités« Very Very Important Person » – annoncées par le présentateur et sur lesquelles les cameramans s’amusent à faire de sacrés zooms.

Bon alors à part Miss France 2017, Fleur Pellerin, Cédric Klapisch, et une certaine Irina qui portait une robe sans sous-vêtements, on a pas trop su définir qui étaient les autres.

💋

A post shared by irinashayk (@irinashayk) on

Il s’agissait donc d’Irina Shayk, voilà.

On aura raté de peu les grosses stars américaines du genre Kendall Jenner (qui était présente la veille), et The Weeknd (présent le lendemain…), mais ma foi c’est la vie !

Enfin, pour clore le bal, le réalisateur et les acteurs du film foulent le tapis en tout dernier : ils nous font même un petit coucou de la main, avant de disparaitre dans la grande salle où leur film est sur le point d’être projeté.

Tout ça agrémenté bien sûr d’un défilé de tenues et robes toutes plus rocambolesques les unes que les autres : colorées, neutres, courtes, longues, avec ou sans soutiens-gorge, bouffantes, moulantes c’est à qui attirera le plus le regard.

« Merci Jean-Claude, un peu d’aide n’est pas de refus avec cette robe.» 

Nous, celle qui a attiré le plus notre sympathie, c’est la pauvre dame qui a raté une marche et a chuté — il en fallait bien une ! —, puis s’est relevée tout sourire.

Ce faux pas à la Bridget Jones dans ce monde de perfection, ça détend un peu les yeux et nous rassure : après tout, les VIP ça pourrait être nous.

À lire aussi : Les 16 co-auteures de « Noire n’est pas mon métier » montent les marches de Cannes le poing levé !

Valeur : + de 40€
18.90€ + 4€ de livraison

Une madmoiZelle


Tous ses articles

Commentaires
  • Jenjirah
    Jenjirah, Le 23 mai 2018 à 12h16

    Bonjour, j'ai fait un stage complet au Festival pour ma part donc si quelqu'un veut un compte rendu plutôt dingue ! Je suis dispo.

    Pour info, le programme est très facilement trouvable sur internet, je trouve cela très bizarre que vous n'avez rien trouvé.

    Pour vous décrire la montée, j’ai catalogué les VIP ayant obtenu le ticket sacré pour fouler le tapis rouge et monter les fameuses marches en trois catégories.

    D’abord, les personnes comme vous et moi, qui ont juste eu la chance de se faire inviter ou d’obtenir un pass par on ne sait quel mystérieux moyen.
    Alors. Il y a plusieurs types de badge : cinéphile, festivaliers, marchés et ensuite c'est du VIP
    Les trois premiers ne peuvent pas accéder à la montées de marches, ils peuvent aller dans une fille "dernière minutes" en esperant que tout ne soit pas plein.
    Les presses eux peuvent y aller tranquille mais grosse queue pour eux.

    Pour entrer au Grand Palais, il faut une invitation, bleu ou verte, bleu pour entrer sans rien (à poil) vert pour entrer avec badge.
    Voilà voilà

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!

Gestion des cookies

Partages sur les réseaux sociaux

Grâce à ces cookies, nos articles peuvent être directement partagé sur les réseaux sociaux via des boutons de partages. Ces cookies sont gérés par l'éditeur de chaque réseau social.

Facebook, Twitter, Pinterest, Whatsapp
facebook
twitter
pinterest
whatsapp

Mesures d'audience

Nous mesurons les visites de manière anonyme sur les différents articles pour comprendre les intérêts de nos lectrices.

_ga, _gaq, _gid,
_ga, _gaq, _gid
cb

Stream

Nous faisons parfois des lives sur Youtube ou Facebook. On utilise ce cookie pour ne pas afficher les streams si tu ne souhaites pas les voir sur le site.

hideStream

Publicitaires

Ces cookies sont déposés par Smart AdServer et DFP, les outils que nous utilisons pour afficher des publicités sur le site. Ces publicités servent au financement de madmoiZelle et sa rédaction.

smartadserver, doubleclick
smartadserver
doubleclick

Close your account?

Your account will be closed and all data will be permanently deleted and cannot be recovered. Are you sure?