Des athlètes ukrainiens quittent les Jeux Olympiques, choqués par la répression meurtrière

Indignés par la répression meurtrière des manifestations populaires à Kiev, de nombreux athlètes ukrainiens ont décidé de boycotter la fin des Jeux Olympiques.

Des athlètes ukrainiens quittent les Jeux Olympiques, choqués par la répression meurtrière

Pendant que la photo de la place de Kiev avant/après l’assaut des forces anti-émeute faisait le tour du monde, les affrontements faisaient des morts. Plus de soixante manifestant-e-s ont été tué-e-s au cours de la journée du 20 février, par balles.

Balles contre pavés

Romain Hary, journaliste pour Le Petit Journal, a passé la journée au contact des manifestants. On les voit attaquer le sol à la masse pour récupérer des cailloux en guise d’armes. En face, les forces de l’ordre tirent à balles réelles.

Les athlètes ukrainiens quittent les Jeux

Certes, il ne reste que trois jours de compétition et la plupart des athlètes engagés ont déjà concouru. Mais pour les épreuves restantes, de nombreux sportifs ont renoncé à se présenter sous le drapeau ukrainien, indignés par les violences commises par le pouvoir en place.

C’est le cas par exemple de la skieuse Bogdana Matsotska, qui devait prendre aujourd’hui le départ du slalom, mais également de Marina Lisogor et Katerina Serdiouk, alignées en ski cross country, qui ont renoncé à disputer leur demi-finale hier.

via

Ils voulaient participer aux épreuves en portant un brassard noir, en hommage aux manifestants tués depuis le début des manifestations, mais cela leur a été refusé par le Comité International Olympique.

Une information démentie par le CIO, mais la même requête avait déjà été refusée aux skieurs freestyle : différentes nations, mais une volonté commune d’honorer la mémoire de la canadienne Sarah Burke, décédée en 2012 d’un accident survenu à l’entraînement.

L’argument invoqué contre le port d’un brassard noir est toujours l’article de la Charte Olympique interdisant toute manifestation politique, religieuse ou idéologique.

Le président annonce des élections anticipées

Des négociations ont eu lieu toute la nuit, pour aboutir à un accord entre la présidence ukrainienne, l’opposition et l’union européenne : des élections anticipées devraient avoir lieu avant la fin de l’année, afin de donner la parole au peuple ukrainien.

Interrogé sur ce dossier, François Hollande a confirmé cette annonce, et souligné « la part de responsabilité du pouvoir ukrainien » dans ces violences :

« Le message de la France, c’est celui de la liberté des droits »

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 12 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Sill
    Sill, Le 25 février 2014 à 21h45

    tessy;4620925
    sill;4620727
    morganegirly;4620568
    sill;4620482
    Ça me choque profondément que rien ne soit fait contre cette répression. Qu'aucun gouvernement n'apporte son soutien matériel aux manifestants...
    Au Mali, le gouvernement français avait envoyé des soldats, à la demande du président malien, et là, des gens se font tuer par le pouvoir en place, sans réel moyen de riposter, et on met en place des "négociations"...
    C'est vraiment dommage pour les ukrainiens que la France n'ait pas d'intérêts à défendre en Ukraine...
    Faire intervenir une armée étrangère pour régler un problème intérieur c'est une ingérence étrangère... Au Mali, le gouvernement légitime avait demandé de l'aide par le jeu des alliances.
    En Ukraine, le gouvernement légitime est celui contre lequel on proteste... Et tous les Ukrainiens ne sont pas du côté des manifestations. On ne peut pas intervenir comme ça contre un gouvernement élu (même si les élections ne sont pas les plus transparentes), c'est pour ça que les négociations sont les seuls moyens viables pour la France et l'UE d'intervenir.
    L'Ukraine fait partie du Conseil de l'Europe mais il n'y a pas de mesures obligatoires dans cette institution...
    Donc pour faire bouger un pays étranger sans s'imposer par la force, le seul moyen c'est de négocier.

    Par contre, moi ça me gêne la neutralité un peu excessive du CIO...
    Je pense que c'est un peu dépassé. Parfois, ne pas vouloir prendre partie, c'est quand même prendre partie...
    Pour moi, à partir du moment où un gouvernement s'en prend de cette manière à ses citoyens, il n'a plus rien de légitime, mais malheureusement je pense qu'il n'y rien qui définit ça légalement.

    Et par rapport au CIO, je suis d'accord. Sur ce coup là "rester neutre" c'est adhérer...
    Je pense qu'en plus d'être entièrement illégale, une intervention étrangère n'est en aucun cas souhaitable pour les Ukrainiens.

    Un soutien matériel aux manifestants, mais sous quelle forme? Il y a déjà des volontaires qui apportent provisions, vêtements chauds, matériel médical; qu'est-ce que les gouvernements devraient offrir selon toi: des armes? Des munitions? La participation de leur armée?? Tout ce qui peut servir à faire encore monter le nombre de morts?

    Trouver "dommage" que la France n'ait pas d'intérêts à défendre en Ukraine, c'est supposer qu'en défendant ses intérêts, on défend aussi automatiquement la démocratie, alors que c'est tout l'inverse: défendre ses intérêts, c'est les faire passer avant ceux du pays où on intervient, c'est chercher à avoir un gouvernement pro-français plutôt que laisser le peuple choisir son gouvernement. L'intervention française au Mali était légale parce que demandée par le chef d'état; moralement, je la trouve totalement condamnable et motivée uniquement par le désir de piller l'uranium malien dont on a besoin pour nos centrales nucléaires.

    Et si la France n'a guère d'intérêts en Ukraine (mais pas aucun non plus), la Russie en a plus et tient à garder ce pays sous sa coupe, et le chantage de Poutine aux aides financières (il a promis un prêt important, dont la suite du versement sera aléatoire selon les prochains résultats des élections, + les ventes de gaz à l'Ukraine dont les prix sont revus tous les trois mois) a surement pesé dans le choix de Ianoukovitch de vouloir assurer sa position par la violence. Pourquoi l'ingérence étrangère serait-elle souhaitable quand ça vient de la France, et condamnable quand ça vient de la Russie?

    Rappelons aussi que la défense des gouvernements ukrainiens et russes face aux manifestants de Maïdan reposait sur l'argument que ce serait des "agents de l'étranger", et que les manifestations viennent d'une volonté de l'Europe occidentale de déstabiliser l'Ukraine. C'est évidemment pure mauvaise foi de leur part; et malgré les menaces de sanction des gouvernements occidentaux, je pense que c'est surtout l'opposition au sein même du pays (et même au sein du parti au pouvoir face à l'escalade de la violence) qui a poussé le gouvernement à des concessions. Veillons donc à ne pas donner l'impression que Poutine avait raison en assimilant les manifestants à des agents de l'étranger...

    Le conflit aurait beaucoup plus de chances de trouver une résolution pacifique si, justement, les intérêts étrangers n'entraient pas en jeu dans la balance.
    Je pense que tu n'as pas saisi l'ironie dans mon commentaire, mais ce n'était pas très clair. Quand je dis "dommage que la France n'ait aucun intérêt à intervenir", ça sous-entend "dommage que la France ne s'engage que dans des combats (idéologiques, armés...) qui servent ses propres intérêts". Je suis complètement d'accord avec toi concernant l'intervention au Mali.
    Et en fait tu as raison, je ne vois pas ce que les autres gouvernements pourraient faire concrètement... C'est très délicat comme situation mais ce qui m'a fait dire ça, c'est cette impression de totale impuissance face à ce que vivent les ukrainiens. J'aimerais qu'il y ait quelque chose de rapidement efficace à faire pour arrêter le massacre.

Lire l'intégralité des 12 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)