Anton Yelchin en 5 films qui m’ont marquée

Anton Yelchin est décédé le 19 juin 2016 à l'âge de 27 ans. Durant sa trop courte carrière, plusieurs films ont marqué Aki, elle vous les présente.

Anton Yelchin en 5 films qui m’ont marquée

Ce dimanche, on apprenait avec grande tristesse la disparition d’Anton Yelchin. J’ai repensé à sa filmographie, et j’ai voulu partager avec vous les cinq films de sa carrière qui m’ont le plus marquée, et dans lesquels il était l’acteur principal.

Honnêtement, je suis rarement la première émue par les disparitions des acteurs, ainsi va la vie après tout. Mais quand il s’agit d’un acteur dont je suivais la carrière, oui, ça fait quelque chose, un sentiment d’injustice et de fatalité contre lequel on ne peut rien y faire.

À lire aussi : Comment rester calme sur Internet lorsqu’une star décède ? — Guide pratique

Comme on a déjà parlé de Like Crazy ci et, et qu’il sera bientôt à l’affiche de Star Trek : Sans limites, je ne vais pas reparler de cette anti comédie romantique ni de la franchise de science-fiction, mais m’attarder sur d’autres projets plus inconnus peut-être.

Anton Yelchin, c’est le seul acteur qui réussissait à me faire regarder des slashers sans le préjugé direct que ça allait être mauvais, et pour tout avouer, j’en ai même apprécié plusieurs. C’est celui qui m’a donné envie de passer la main dans ses cheveux et de lui pincer les joues comme avec un gamin, et celui qui m’a fait réaliser que l’accent russe, c’est aussi très mignon.

Charlie Bartlett (2007), les débuts indépendants

La première fois que j’ai croisé Anton Yelchin, c’était dans Alpha Dog, mais Emile Hirsch cassait tellement la baraque qu’il était difficile de retenir un autre nom. Non, quand Anton Yelchin m’est apparu comme un premier rôle, c’était dans la comédie dramatique indépendante Charlie Bartlett.

Charlie Bartlett est une réflexion décalée sur l’adolescence

Déjà, un très joli casting l’accompagne, avec Robert Downey Jr. et Kat Dennings, mais surtout, c’est une réflexion autour de l’adolescence complètement décalée par rapport aux autres teen movies qu’on a l’habitude de voir.

Charlie Bartlett, un gosse de riche vient d’être transféré dans un lycée public avec des cas sociaux et autres réalités qu’il ne connaissait pas. Il comprend très rapidement que pour s’intégrer il va falloir ruser. Et ruser pour lui, c’est se faire prescrire des médicaments par le psy de sa famille pour les revendre aux élèves de l’école.

Petit à petit, il va devenir le psy des lycéens, et en cours de chemin, il change, s’adapte, tombe amoureux, commet des erreurs, comme tout un chacun. Et directement, on tombe sous le charme de cet Anton Yelchin, jeune nerd maladroit qui se la joue tombeur.

Fright Night (2011), conte vampirique divertissant

Bon, okay, il est possible que j’ai regardé ce film pour David Tennant tout simplement, car les histoires de vampires, on connait — eh non, je ne parle pas d’Only Lovers Left Alive. Même quand ils prétendent être des rock stars ou encore faire partie du commun des mortels, ces êtres surnaturels aiment le sang et ne sont pas des plus sympathiques à côtoyer.

Mais en fait, de voir David Tennant dans un rôle à contrepied de Doctor Who, comme tueur de vampires, ça fait plaisir, et de voir Anton Yelchin batailler à nouveau avec une hache, ce n’est pas de refus non plus. Le pompon : Colin Farrell en vampire. À détrôner les Cullen.

Ce remake de Fright Night réussit à nous attacher aux personnages

Sorti pendant la vague vampirique des Twilight, tout le monde se montrait prudent sur le sujet. Mais au final, ce remake du film Fright Night du même nom datant de 1985 remplit bien son cahier des charges. Il divertit, il réussit à nous attacher aux personnages et surtout grâce au talent du réalisateur Craig Gillepsie (Une fiancée pas comme les autres, l’un des rares films où Ryan Gosling trouve grâce à mes yeux mais ceci est une autre histoire) qui sait créer des dynamiques hyper intéressantes entre les protagonistes.

Dans Fright Night, le couple principal Yelchin/Imogen Poots fonctionne très bien, et le fait qu’ils jouent particulièrement bien, ça efface un peu l’incohérence du scénario pour se concentrer sur les acteurs.

À lire aussi : Mary Elizabeth Winstead, étoile montante du cinéma de genre révélée par « 10 Cloverfield Lane »

Odd Thomas (2013), le slasher intrigant

Odd Thomas, de son nom, est capable de voir des monstres, et c’est une capacité spéciale qu’il a dégotée récemment. Il se contente de les ignorer généralement, mais visiblement, les monstres sont bien partis pour faire du mal au monde… Comme Odd est le seul à pouvoir les voir, il devient le rempart de l’humanité sans que personne ne le sache.

Le ton comique de ce slasher détonne avec les clichés du genre

Le ton employé dans ce slasher est très comique, et c’est ce qui m’a convaincue car il se plaçait en opposition à tout le sang et les clichés qu’on a l’habitude de voir dans le genre. Ici, on serait presque en présence d’une parodie, avec beaucoup de second degré.

Il y a toujours le héros un peu loser dans la ville paumé, avec la fille trop belle pour lui, et le petit twist final. Mais ce qui est chouette dans Odd Thomas, c’est qu’ils vont plus loin dans le développement des personnages qui sont vraiment bien écrits malgré une histoire un peu tirée par les cheveux.

Odd traverse cette phase de maturité à peine sorti de l’adolescence et entrant dans l’âge adulte. Et comme d’habitude, Anton Yelchin est juste parfait dans son interprétation. Malgré ses capacités surnaturelles, il représente probablement le personnage ayant le plus d’humanité.

À lire aussi : Les férus de films d’horreur sont-ils des psychopathes en puissance ?

Rudderless (2014), la musique avant tout

Sam a perdu son fils lors d’une fusillade scolaire, sombrant alors dans le deuil. Il rencontre le jeune Quentin qui cherche un guitariste pour son groupe, avec qui il va sympathiser. Commence alors une introspection où il apprend à découvrir son fils, mais où il aide également Quentin à grandir sans pour autant le paterner.

Billy Crudup et Anton Yelchin poussent la chansonnette et grattent la guitare avec l’énergie des passionnés. Cette passion, ils l’extraient de leur amour pour la musique mais aussi par un jeu d’acteur poignant.

Pour une fois, Anton Yelchin ne jouait pas dans un film d’horreur !

Bien entendu, c’est l’aspect musical qui m’a attirée au départ, comme d’habitude, mais aussi parce que pour une fois, Anton Yelchin ne jouait pas dans un film d’horreur. Une excellente vibe indépendante se dégage de ce long-métrage un peu torturé, rempli de doutes et de remises en question que ce soit chez Sam ou chez Quentin. La vie ne nous emmène pas toujours là où on l’espère.

La bande originale est très jolie, digne des compositeurs professionnels, surtout quand ce sont les acteurs qui chantent eux-mêmes. L’ensemble reste un peu fouillis et aurait pu être un grand film, mais malgré tout, Rudderless m’a laissé un très bon souvenir.

À lire aussi : Quatre films musicaux pour annoncer le beau temps

Green Room (2016), un genre assumé

Sorti en avril cette année, Green Room a été acclamé par la critique tant dans la maîtrise du genre que dans les performances de ces acteurs. Anton Yelchin retrouve Imogen Poots de Fright Night pour une nouvelle aventure horrifique.

Déterminés à survivre après avoir assisté à un meurtre, un groupe de jeunes punks se fait traquer par des skinheads. La tension de ce film ne retombe jamais, et l’image possède un style bien propre à Jeremy Saulnier, le réalisateur.

Je dois avouer que je n’ai pas vu Green Room en entier car… c’était trop tendu pour mon petit cœur. Mais on ne m’en a dit que du bien, surtout les amateurs de l’horreur !

Anton Yelchin a rejoint le « club des 27 »

Ça me rend toute chose de savoir qu’Anton Yelchin a rejoint le club des 27 Je sais qu’il aurait pu proposer d’autres performances encore plus brillantes, qu’il ne sera jamais oublié, mais le cinéma de genre perd un de ses éléments les plus prometteurs. Et à part ça, quand je verrai Star Trek : Sans Limites, je vais sûrement pleurer sans raison quand il apparaîtra…

big-crise-larmes-conseils

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 3 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Siglyra
    Siglyra, Le 21 juin 2016 à 23h53

    Tu as mentionné Only Lovers Left Alive et je me suis rendue compte qu'Anton joue Ian dedans... 3 trains de retard j'avais pas capté du tout avant que c'était lui, faut dire avec les cheveux et la barbe!
    C'est pas un acteur que je suivais vraiment mais ça fait de la peine, beaucoup trop jeune et beaucoup de talent :sad:

Lire l'intégralité des 3 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)